Récits de Voyages aux quatre coins du monde
Bonjour et bienvenue sur notre forum, merci de votre participation.
A très bientôt,

Ann et John
Récits de Voyages aux quatre coins du monde

Récits de voyages, conseils, camping-cars, croisières, actualités.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 8:57

Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa, Le Retour !



http://voyageforum.com/discussion/tour-monde-2012-costa-deliziosa-retour-d5049248-2/

Merci Chamadou pour ce récit au jour le jour de votre tour du monde Bravo




Le Canal de Panama

Boulot

_________________
Amicalement


Dernière édition par John le Dim 12 Oct 2014 - 9:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 15:34

Voila le texte de Chamadou Oui

Bonjour à tous !

Voici le début d'un CR, qui va s'égrener au fil du temps, faire 99 jours demande du temps et n'est pas chose facile, aussi je demande votre indulgence. Mes amis de VF présents à bord auront tout le loisir de compléter, voire même de modifier, en fonction de leur ressenti personnel.

Jeudi 29 Décembre 2011 - 1er Jour - Marseille - FRANCE

Arrivé à Marseille tous les 2, enfin je devrais dire tous les 6 si on tient compte de nos 4 valises encombrantes.
Nous avons été très surpris par autant de publicité médiatique, où j’ai eu aussi la surprise d’être interviewé par Le Parisien avec notre ami Esculape. L’atmosphère semblait comparable au départ des grands transatlantiques du début du 19ème. Un parfum d’aventure y régnait.

Puis apparait enfin le Deliziosa, il est là, imposant et majestueux. Nous nous engouffrons dans le terminal de croisière. Après avoir remis nos valises, nous nous dirigeons vers le contrôle des papiers.
Il nous en manque un pour l’Australie, mais cela va pouvoir s’arranger à bord, puisque nous avons notre numéro de visa. Ce papier est tout simplement l’accusé de réception reçu par mail en complément du visa.

C’est très important de le savoir pour les futurs TDM. Lorsque vous n’êtes pas en règle avec les autorités indiennes, australienne ou USA ne comptez pas rester sur le bateau. Vous devez prendre l’avion avant, par exemple pour l’Australie en Nouvelle Zélande et reprendre le bateau à Colombo. Costa lutte actuellement pour que les quelques dizaines de passagers qui ne sont pas en conformité avec les autorités locales puissent rester sur le bateau. Ils font vraiment le maximum, et je les en remercie (je précise que je suis pas concerné)

Nous embarquons et faisons une première connaissance avec ce qui sera notre univers pendant plus de 3 mois.

Les valises arrivent rapidement dans notre cabine, mais pas le temps de les défaire pour le moment.

Nous nous rendons à la première réunion d’information pour les francophones, menée par Frédéric Mathieu. Il nous prodigue les informations indispensables, mais aussi anecdotiques. Nous apprenons par exemple que les passagers les plus nombreux sont les allemands (850) suivit par les italiens (680) les francophones (500) les espagnols (180) ... et les portugais (4...) puis d’autres nationalités en petit nombre.

Ensuite c’est l’heure du spectacle au magnifique théâtre Duze, où un groupe de flamenco se produit. La présentation du spectacle était assuré par un certain Luigi qui nous avons déjà croisé sur d’autres croisières.

Entre temps le bateau a appareillé par un fort vent de travers (50 noeuds) qui chahute un peu tout le monde, mais aussi au bar ou quelques dizaines de verres se sont retrouvés cassés au sol.

Je ne sais si c’est le mauvais temps, mais nous n’étions que tous les deux à table au lieu des huit prévus. La salle de restaurant sur deux niveaux est splendide et très bien insonorisée. Les repas sont excellents, et c’est tout le problème ! comment faire pour résister, sinon gare aux kilos !
Il faut trouver une solution. Après le repas, nous rentrons ranger la cabine (enfin quand je dis nous, c’est plutôt Madame Chamadou, mais vous l’aviez peut-être deviné).

Après dodo et demain Barcelone.

Vendredi 30 Décembre 2011 - Jour 2 - 1ère escale - Barcelone - ESPAGNE

Après une nuit de mer agitée, Deliziosa entre vers les 7 heures du matin dans le port de Barcelone.

Intéressé par les entrées et sorties de port, je tire les rideaux de notre porte fenêtre et j’observe la manoeuvre du paquebot. Ce dernier fait un demi tour complet sur place pour effectuer une marche arrière pendant une vingtaine de minutes. Incroyable, de voir cette masse de 100 000 tonnes aussi maniable qu’un jouet téléguidé!

Nous connaissons bien Barcelone, aussi avons nous décidé de faire relax, et de ne pas prendre d’excursion organisée. Le point fort de la journée était le rendez vous que nous avions avec le groupe. Notre rencontre a été très joyeuse et chaleureuse. Le rendez vous avait été fixé au pied de la statue de Christophe Colomb, lieu symbolique de notre voyage, dont le premier segment porte son nom.
Canigo66 a eu la géniale idée de venir avec des spécialités de sa région (Rivesaltes et petits gâteaux) Nous avons ainsi fait connaissance de visu, un verre à la main, sous le soleil catalan.

Ce soir nous appareillons à 18 heures pour Funchal (Madère) où nous arriverons le 2 janvier 2012 au matin.
Entre temps nous franchirons le détroit de Gibraltar,Samedi 31 Décembre 2011 - Jour 3 - En mer

Cette nuit fut calme. Sans nous en apercevoir, au petit matin nous avons franchi le méridien de Greenwich, et réglé nos montres sur celles du bateau.
Deliziosa glisse le long des côtes espagnoles, pour atteindre les colonnes d’Hercule dans l’après-midi (il fut un temps, on pensait que le monde prenait fin à cet endroit, et bien non je vous rassure). Nous sommes côté bâbord, vue sur le large, exposé plein sud. Le soleil inonde notre cabine que nous apprécions beaucoup. la température a sensiblement monté et nous avons sorti les vêtements d’été que nous porterons durant ces 3 mois, hormis peut-être du côté de San Francisco.

À 21 heures 30 nous passerons devant l’imposant Rocher de Gibraltar, illuminé par de puissants projecteurs. Nous sortirons ainsi de la Méditerranée pour entrée dans l’Atlantique par le Détroit de Gibraltar.

Plus tôt dans la matinée nous avons effectué les formalités de visas, heureusement le papier qui manquait était dans mon ordinateur, il a suffit de l’imprimer et le tour a été joué.

Ensuite nous nous sommes rendus à 10 heures 30 pour avoir les informations indispensables pour les excursions du 1er segment: Marseille - Los Angeles. L’heure de l’apéritif approchant nous avions convenus que notre groupe VF (qui se compose de 25 personnes tout de même!) se retrouverait à cette occasion. Ce fut un bon moment de convivialité qui se termina autour d’une bonne table. En fin d’après-midi ce sera le traditionnel cocktail de gala du commandant, suivi par le spectacle au théâtre Duze, toujours de très bonne qualité, suivit par le dîner que nous prendrons au restaurant Club Delizisa. Rendez vous est fixé avec notre petit groupe à 22 heures 30 pour célébrer comme il se doit le passage à l’an 2012. Nous serons 1heure en avance sur vous !Dimanche 1er Janvier 2012 - Jour 4 - En mer

TRÈS BONNE ANNÉE À TOUS !

Notre réveil en atlantique fut agréable, avec un joli lever du jour que nous pouvons voir de notre lit sans se lever! Petit à petit nous prenons nos marques et notre rythme.
Cette journée de mer est particulièrement calme, les visages des membres de l’équipage portent encore les stigmates d’une courte nuit de fête.
Hier soir le passage à la nouvelle année a été formidable, tenue de gala et buffet «magnifico» à minuit où tout le monde s’était rassemblé dans une ambiance festive.
Ce matin nous avons définitivement réservé nos excursions, pas toujours simple pour les organisateurs si on tient compte des choix proposés, du nombre de participants, de la langue des guides, des infrastructures sur place etc ...
Ensuite notre traditionnel apéro VF (23 ce midi) devient une (bonne) habitude pour le journées passées en mer. Après le repas nous sommes allés écouter la réunion d’information qui concerne notre escale à Madère demain. J’en connais un qui en a profité pour faire une tite sieste discrètement!
Nous avons également passé du temps dans la cabine d’amis, les femmes discutant, les hommes essayant de trouver des solutions pour Internet. À ce niveau c’est la révolution à bord, car j’ai été surpris que malgré l’âge moyen, pratiquement tout le monde a son ordinateur ou son smartphone.

Demain matin nous accosterons à Funchal et partirons en excursion. Cette île est magnifique, c’est la troisième fois que nous nous y rendons. Nous irons découvris des coins que nous ne connaissons pas encore.

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 15:36

Suite ...

Lundi 2 Janvier 2012 - Jour 5 - 2ème escale - Funchal - Île de Madère - PORTUGAL

Vers 7 heures 30 le Déliziosa entame sa manoeuvre pour s’amarrer à quai.

Funchal est superbe illuminée dans l’aube naissante. Nous admirons ce spectacle pendant que deux autres paquebots accostent: l’Infinity et le Princess Danae qui part également faire le tour du monde à la mi-janvier.

Nous nous activons pour débarquer le plus tôt possible. Nous sortons du bateau vers 9 heures pour nous rendre au centre ville à pieds. 35 minutes de marche sont nécessaires pour contourner le port. Nous arrivons au marché couvert, très coloré avec ses étales de fleurs, de fruits, de légumes et de poissons. C’est un lieu très visité et nous nous y rendons avec toujours autant de plaisir. Nous admirons au passage les décorations de Noël très réputées. Retour au bateau (toujours à pied) et rapide repas pour partir en excursion à 13 heures.

Notre bus a pris la route côtière nous a conduit jusqu'au Cabo Girão, l'un des plus hauts promontoires au monde (580 mètres). Nous avons rejoint ensuite le pittoresque village de Camara de Lobos, typique pour ses maisons de pêcheurs accrochées aux pentes rocheuses et ses vignobles en terrasse au-dessus de la mer. Ce paysage fut souvent représenté dans les peintures de Winston Churchill, pendant ses nombreux séjours en hiver. D’ailleurs un restaurant où nous avions déjeuné avec Philippe et Françoise porte son nom. Nous nous sommes dirigés ensuite vers Pico dos Barcelos, splendide terrasse panoramique donnant sur la côte sud de l'île. À notre retour à Funchal, nous avons fait une escale pour déguster le madère, ce célèbre cépage grâce auquel cette île est mondialement connue.

Puis retour à bord, ou après le traditionnel thé de cinq heures, Déliziosa s’est lentement détaché de son quai. Nous avons admiré les collines de Funchal, mais cette fois avec une magnifique lumière de soleil couchant. La température est douce!

En route pour la traversée de l’atlantique qui durera 5 jours. Cette nuit nouveau changement de fuseau horaire, quand il est Midi en France il est 10 heures chez nous.

Spectacle, repas et dodo !Mardi 3 Janvier 2012 - Jour 6 - En mer

La surprise au réveil ce matin c’était la douceur de la température extérieure, environ 20°C. Déliziosa file maintenant à une vitesse de 20 noeuds vers les alizés tout proche maintenant. Nous sommes « environ 30° de latitude nord, tout proche du tropique du Cancer situé à 23°26’ de latitude nord et qui marque la fin de de la zone tempérée et le début de la zone équatoriale.

Madame Chamadou et moi avons pris de bonnes résolutions, faire un peu de sport!

Nous avons donc commencé ce matin en faisant des tours du bateau, sur la coursive du pont N°3 situé sous les chaloupes, et qui permet de faire complètement le tour sans obstacle. C’est un endroit qui nous plait par sa tranquillité et ses larges espaces.

Ensuite conférence au théâtre Duse: «Qui a découvert l’Amérique» présentation en image de Carlo Scopelliti, éminent conférencier italien, qui parle 7 langues couramment ! Nous le connaissions déjà, il était sur le Costa Romantica en Février 2011. Comme à l’accoutumé son discours est très captivant, il parle (vite) et sans lire aucun document.
Pour faire bref, ce n’est pas Christophe Colomb qui a découvert l’Amérique. D’autres avant l’avait déjà découverte, comme les vikings, les romains et les arabes. Des preuves irréfutables attestent ces faits. Mais c’est Christophe Colomb qui a fait connaître l’Amérique à toute l’Europe.

Après cette page culturelle, nous sommes montés au pont N°9 où nous avons déjeuné au self et pris le café dehors au bord de la piscine. Ça y est, ça sent bon les vacances !

Cette nuit encore un changement de fuseau horaire, quand il est Midi en France il est 9 heures chez nous.

Voilà comment rajeunir !
Mercredi 4 Janvier 2012 - Jour 7 - En mer

Ça y est ! Nous avons touché les alizés de Nord et allons passer le tropique du Cancer à la fin de la journée.

Nous sommes à peu près à l’intersection d’une ligne qui va de Madère à Sainte Lucie avec le tropique du Cancer.

La température est chaude maintenant et notre balcon exposé plein sud ne nous permet pas de rester longtemps dehors à certaines heures de la journée. Allez, on va pas se plaindre non ? Il y a situation bien plus difficile.

Petit déjeuner frugal (si, si, juste 2 viennoiseries et un peu de fromage, autant dire rien (pour moi), Madame Chamadou, la plus raisonnable de nous deux, ne mange presque exclusivement que des fruits.

Ensuite sport, oui j’ai bien dit sport, à savoir 3 tours du pont 3 soit environ 1,5 kms. Mais en rencontrant nos amis Marseillais nous en avons fait un 4ème tout en discutant. Le but est d’augmenter d’un tour chaque jour. Je reconnais que cela me fait beaucoup de bien. Nous apprécions vraiment cette partie du navire, la mer est omniprésente, et le doux zéphyr caresse nos visages.

Après c’est notre page culturelle quotidienne. Normal, c’est en quelque sorte la tête et les jambes. Aujourd’hui le professeur Carlo Scopelliti nous parle de ceux qui peuplèrent les Amériques, avant l’arrivée des colonisateurs. Toujours très passionnant, agrémenté par de nombreuses diapositives, dans un français impeccable.

Nous nous sommes retrouvés avec nos amis marseillais pour un apéritif Ricard, grâce à une bouteille que nous avons pu introduire sur le bateau, en déjouant la vigilance des agents Costa qui nous vérifient à chaque sortie et entrée sur le navire. Il est en effet interdit de ramener toute boisson, officiellement pour des raisons sanitaires, mais en réalité pour des raisons économiques, car ces mêmes boisson Costa préfère les vendre.

Au cours du repas qui a suivit, nous avons vu tout le monde se lever simultanément. Il s’agissait tout simplement d’un cargo qui croisait à proximité. Cela peu paraître anecdotique, mais nous n’avons rien vu sur mer depuis 2 jours, alors c’était un évènement!

Cela fait maintenant une semaine que nous sommes parti, et nous n’avons pas vu le temps passer ! Le rythme est différent d’une croisière d’une ou deux semaines. Nous nous organisons pour un marathon, et non pour un sprint.

Après ce sera l’heure du thé, spectacle, dîner et ... après on verra.

Cette nuit encore un changement de fuseau horaire, quand il est Midi en France il est 8 heures chez nous.
Jeudi 5 Janvier 2012 - Jour 8 - En mer

Ce matin nous avons faillit au traditionnels tours de pont après le petit-déjeuner, pour cause d’excursions modifiées.
Nous ferons notre sport après déjeuner.

C’est à chaque fois 3/4 d’heure de queue pour accéder au comptoir. En effet nous devions valider certaines modifications faites par les organisateurs. Nous en avons profité pour changer certaines sorties, par d’autres qui nous semblent mieux nous convenir.

Ensuite la non moins traditionnelle conférence matinale, toujours appréciée et qui rassemble de plus en plus d’adeptes.

Le déjeuner fut pris avec une dizaine de membres de notre petit groupe VF. L’ambiance était aux rires et à la plaisanterie.
Pourquoi se gêner non ?

Nous sommes maintenant dans le rythme de la croisière où les jours s’écoulent sans que nous nous en apercevions.

La mer est belle, immense, et majestueuse. Les couchers de soleils sont superbes avec un ciel «Velasquez» qui donne aux couleurs du jaune au rouge une patine particulière. On ne se lasse pas de ce paysage.
La fin de l’après-midi sera consacré à quelques photos et prises de vue. Les occupations ne manquent pas.

Le Deliziosa est un magnifique paquebot, où existent de nombreux coins isolés et tranquilles (à commencer par notre balcon)
Quelles que soient les parties du navire du théâtre, au restaurant, en passant par les bars ou les boutiques, c’est de loin le plus beau bateau sur lequel nous ayons navigué.

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 15:39

Suite ...

Vendredi 6 Janvier 2012 - Jour 9 - En mer

Nous approchons maintenant de l’Île de Sainte Lucie petit à petit, nous y arriverons dimanche matin.

Pas grand chose à écrire ce matin, car au cours de notre promenade matinale, j’ai glissé sur le pont qui venait d’être lavé, et tombé brutalement sur les fesses. Rien de cassé, mais une forte douleur au bas du dos qui m’oblige à m’allonger le plus longtemps possible.

Heureusement que j’ai avec moi ma petite infirmière qui reste à mes côtés.

Je me déplace très difficilement. Si demain cela persiste, j’irai voir le médecin.

Demain sera un autre jour,
Samedi 7 Janvier 2012 - Jour 10 - En mer

La température a encore augmentée aujourd’hui. Ce matin au réveil il faisait 24°C. Elle est maintenant à l’heure ou j’écris (Midi pour nous ) de 28°C.

Ce matin je suis allé voir le médecin du bord. Aujourd’hui je marche avec beaucoup de difficultés et avec douleur. Imaginez Paolo Conte, vous saurez à quoi ressemble le toubib. Ils sont deux, aidés par 3 infirmières. Il y a 2 salles de soins, une pharmacie, deux salles d’attente.
Rien de cassé, ni de déplacé d’après Paolo Conte, seulement des contusions, mais qu’est ce que ça fait mal! Il m’a administré des petites pilules, à la place des piqûres que je déteste par dessus tout.

Un Costa boy, responsable de la sécurité, a voulu savoir comment s’était exactement produit la chute. Nous nous sommes donc rendu sur les lieux, Mme Chamadou à pied, bien sûr, et moi en petite chaise roulante ... Il a fait des photos de l’endroit, puis est venu dans notre cabine pour photographier mes chaussures bateau, ainsi que les semelles!

Je pense que Costa doit se sentir en partie responsable, car je n’ai pas eu à régler le médecin.

Sur recommandation du toubib, nous avons annulé l’excursion prévue demain et qui devait durer 7 heures.
Je ne regrette pas trop, car nous sommes déjà allés à Sainte Lucie.

Notre activité est maintenant réduite au stricte minimum, mes déplacements sont longs et fatigants.
On verra demain si Paolo Conte a vu juste et si les médicaments font de l’effet.

Hier nous avons traversé une ondée tropicale, c’était superbe, la mer aplatie par la pluie se confondait avec le ciel, ensuite ce fut un arc en ciel.

Dimanche 8 Janvier 2012 - Jour 11 - 3ème escale - Castries - ÎLE DE SAINTE LUCIE

Terre ! terre! comme devaient sans doute dirent les marins de la Pinta, la Niña ou de la Santa Maria.

Dans l’aube naissante se dessinent, telles des ombres chinoises, les contours de Sainte Lucie. Petit à petit Déliziosa s’approche de la côte, le soleil levant laisse entrevoir les premiers signes de vie, puis venant à raser la côte, tout devient accessible, la nature verdoyante, les maisons des pêcheurs et les odeurs que nous avions oubliées durant ces 5 jours de la traversée de l’Atlantique.

Mme Chamadou et moi avons fait exactement la même constatation: bien qu’ayant plusieurs fois traversé en long et en large l’Atlantique, mais en avion, c’est seulement là que nous nous sommes véritablement rendu compte de la juste échelle des distances: l’Atlantique c’est beau et c’est immense!

Trois autres paquebots sont à quai le Costa Méditerranéa, le Célébrity Constellation et le Freewinds.
Mais, et c’est à souligner, malgré les 8000 personnes que représentent les passagers des 4 paquebots, à aucun moment, je nous n’avons constaté la foule, et c’est très agréable. Tout est bien organisé.

Après avoir téléphoné à la famille, nous entreprenons de descendre à quai pour fouiner dans les plus proches boutiques (mon état ne me permet pas plus).
Elles sont en duty free, mais du duty free «spécial touriste» alors ne comptez pas faire de bonnes affaires. Magasins surpeuplés qui vendent comme dans tous les pays du monde des gadgets «made in China», alors vite nous fuyons.
De toute façon mon état ne me permettait pas de poursuivre.

Nous profitons de notre balcon, bien à l’ombre, avec vue sur le village et des collines environnantes.
En fin d’après-midi nous dégusterons un planteur «fait maison»

Alors à votre santé !

P.S.: Aujourd’hui changement de fuseau horaire, quand il est Midi en France il est 7 heures chez nous.

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 15:42

Suite ...

Lundi 9 Janvier 2012 - Jour 12 - 4ème escale - Saint Georges - ÎLE DE GRENADE

De port en port, comme dis la chanson, et bien ce matin nouveau port, nouveau spectacle, l’accostage à Grenade. Il set 6 heures, le soleil se lève doucement, sur le balcon profitons de la fraîcheur matinale (26°C) et de la vue sur Grenade qui s’offre à nous.

Pas le temps de chômer, c’est excursion, on verra bien si Paolo Conte, m’a bien soigné. Ça tire un peu au réveil, mais pas le temps de s’apitoyer, on y va !
Nous quittons le navire à 9 heures, pour l’excursion que nous avons choisie: le tour de l’île.
Comme je vous l’ai déjà dit pas de foule ni de cohue. Entre les différentes nationalités et les différentes excursions proposées, sans compter sur les passagers qui choisissent de rester à bord, c’est en minibus que nous partons.

Premières impressions dès que nous avons quitté le port: Grenade ne porte plus en elle les stigmates du terrible cyclone Yvan, qui l’avait frappée en 2004. Plus de 50% de l’île avait été touchée nous informe notre guide Pamela (Pas Anderson, faut pas non plus rêver hein?)

Deuxième impression, l’île est de plus en plus bétonnée, le tourisme étant maintenant la première ressource du pays.

Nous nous arrêtons une première fois à l’unique cascade de l’île. C’est beau comme toute les cascades, pour 1 $ US, un homme se jette du haut (peut-être 20 mètres). J’ai réussi à filmer cet exploit (mais le filmer fut aussi un exploit ... Bon OK, c’est mauvais je sais ...)

Deuxième arrêt, nous avons porté un regard sur le grand étang de Forest Reserve, il s’agit d’une étendu d’eau qui s’est constituée dans un cratère, bof ...

Le déjeuner a été très apprécié, situé au milieu de la verdure, avec des mets locaux et du jus frais de corrosol, hum, un vrai régal.

Nous avons déjeuné à proximité immédiate d’une fabrique de cacao (pas de chocolat) nous avons vu les cabosses récoltées, l’extraction du beurre de cacao et des fèves, leur séchage puis en fin la torréfaction. Ça sentait vraiment bon ! Au passage, un beau perroquet vert, nous répétait: hello! et bye bye! très marrant.

L’après midi commença par la visite d’une distillerie de rhum. Tout est fait de façon artisanale. C’était très intéressant de voir les différentes étapes existantes entre la canne à sucre et le rhum. Petite dégustation au passage avec un rhum ordinaire à 68° et un supérieur à 75° ... du feu !

Nous poursuivons notre route avec un arrêt à la Grande Falaise, d’où se jetèrent dans le vides des indigènes caraïbes fuyant les occupants français. Les pauvres ce fut ensuite au tour des anglais de prendre possession de Grenade, je doute qu’ils furent plus heureux ! Un mémorial, face à l’océan, immortalise cette page de l’histoire locale.

17h 30 retour à bord. Deliziosa quitte le quai à 18 heures pour Curaçao que nous atteindrons Mercredi matin, après une journée de mer.

Mardi 10 Janvier 2012 - Jour 13 - En mer

Nouvelle journée de mer pour rejoindre Curaçao.

Nous aimons cette alternance de jours en mer qui nous permettent de récupérer la fatigue des excursions. Eh oui, hier le(la) plus fatigué(e) des deux n’était pas celui(celle) que l’on croit! Je vous laisse deviner.

Ce matin nous avons récupérés nos passeports. Nous les laisserons dans le coffre de la cabine jusqu’à la fin du tour du monde.

Le navire a refait le plein de sa cambuse à l’occasion de nos deux dernières escales aux Antilles.

Nous dégustons ainsi des ananas mûris et sucrés à point, absolument délicieux.
Au self, à midi, il a été proposé de la langouste, vous voyez que l’on prend bien soin de nous!
Après le petit café italien, bien serré, d’après repas, nous admirons le vol des oiseaux autour de Déliziosa, les terres ne sont pas très éloignées.
Ils pêchent, je devrait dire plutôt ils chassent en virevoltant au dessus de nos têtes, puis se jettent comme une pierre dans l’eau. Ils en ressortent quelques instants plus tard dégustant leur précieux met, en flottant comme un bouchon. On ne se lasse pas d’observer leur manège à la jumelle.

Nous passerons la fin de l’après-midi à la piscine pour être en forme avant les festivités du soir!

La salle des amarres du Déliziosa

Mercredi 11 Janvier 2012 - Jour 14 - 5ème escale - Willemstad - ÎLE DE CURAÇAO (PAYS BAS)

Ce qui se remarque à l’arrivée sur Curaçao au petit matin, ce sont les torchères des raffineries. Elles brillent de mille feux comme des bougies posées sur un gâteau. Mais rassurez vous elles disparaîtront du paysage, dès la prochaine pointe qui sera virée par Déliziosa.
M’est avis que notre commandant fera le plein ici. En effet le pétrole est la principale activité économique de Curaçao, juste devant le tourisme. D’importants gisements pétroliers apportent à cette île, comme au Venezuela tout proche la prospérité.
Bingo ! À peine à quai, le plein en fioul du navire est commencé, il durera jusqu’à l’heure de notre départ à 18 heures. Ici le super coûte environ 70 centimes d’euro le litres.

Mme Chamadou et moi avons décidé de ne pas partager la même excursion. En effet notre amie Mme Esculape devait faire une ballade en sous-marin pour explorer les coraux et les poissons, mais cela ne lui convenait pas. Nous avons donc permuté nos excursions, c'est ainsi que Mme Chamadou et Mme Esculape sont parties faire un tour dans la campagne et profiter d’une des nombreuses plages de l’île, quant à moi, j’ai fais équipe avec M. Esculape dans le sous-marin.
Le dit sous-marin était plutôt un bateau avec une coque en V très profonde, permettant aux passagers de s’installer dans la partie immergée et équipée de vastes hublots de part et d’autre, laissant défiler les paysages marins. Le spectacle valait la peine, nous avons croisé des barracudas qui «filaient» à toute allure.
Nos épouses, quant à elles ont utilisé un bus multicolore, typique de Curaçao, et dont le plafond était composé de feuilles de palmiers. Au cours de cette randonnée elle ont eu l’occasion de croiser des flamants roses.

L’après-midi fut consacrée à la visite pédibus de la vieille ville. Les rues commerçantes sont très animées, typiques d’un paradis fiscal où tout est en duty free.
Les façades des maisons sont peintes de couleurs vives et donnent un cachet particulier au bâtit. Pourquoi les maisons ne sont-elles pas blanches? Tout simplement parce qu’un ancien gouverneur de l’île avait interdit la couleur blanche qui lui faisait mal aux yeux, depuis cela les façades multicolores sont devenues la tradition dans toute l’île.

Pour bien terminer l’après-midi, nous avons invité quelques amis à un pot sur notre balcon, grand comme une terrasse ! On se serait cru un peu comme à la maison.

Demain Aruba, dernière île des Caraïbes que nous visiterons au cour de ce tour du monde.

Jeudi 12 Janvier 2012 - Jour 15 - 6ème escale - Oranjestad - ÎLE D’ARUBA (PAYS BAS)

Distante de Curaçao de seulement 70 milles nautiques, Aruba fut accostée par Déliziosa qui passa le plus clair de la nuit (si j’ose dire) à avancer au ralenti (environ 3 noeuds). Le trajet aurait pu être fait en 3 heures 30, mais cela aurait nécessité que notre bateau reste à quai plus longtemps. Or 1 heure de location de quai pour un paquebot, coûte plus cher qu’une heure de navigation. Pas très écolo tout ça, mais c’est le système.

Après un petit déjeuner frugal (si, si) nous voilà partis en excursion.

Aruba est une île située en mer des Caraïbes à 30 kms au nord du Venezuela. Etat autonome du Royaume des Pays-Bas, elle craint par dessus tout les réactions imprévisibles d’Hugo Chavez, c’est pourquoi la protection du royaume des Pays-Bas est très importante.

Le climat? 28° régulièrement toute l’année et il ne pleut que 3 semaines par an. Les plages de sable blanc (avec cocotiers et tout et tout) s’étendent sur des kilomètres et des kilomètres sur le côté ouest. C’est un endroit rêvé pour les vacances à la plage.

Premier arrêt à un élevage de papillons, magnifique, les explications passionnées du propriétaire, un canadien immigré à Aruba, ajoutèrent à l’attrait du lieu.

Quelques kilomètres plus loin, nous avons profité d’une plage magnifique.
Nous avons continué notre périple par la côte sauvage (à l’est) où les paysages s’enchainent, magnifiques, avec en particulier un pont naturel (mais en parti éboulé depuis 2005) qui enjambe un bras de mer: impressionnant.

La végétation est plus rare, le cactus fait partie intégrante du paysages. Il y en a partout et leur hauteur peut aller jusqu’à 10 mètres.

Le point le plus intéressant (à notre avis) fut la vision d’une grotte avec des écritures rupestres datant de 2000 ans, dessinées par les autochtones indiens de l’époque.

De retour au bateau, nous irons à la conférence de 16h30 pour avoir des explications sur Carthagène en Colombie, que nous atteindrons demain matin.

Puis les festivités habituelles, le spectacle, le dîner, et après on verra ...


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 15:46

Suite ...

Vendredi 13 Janvier 2012 - Jour 16 - 7ème escale - Carthagène - COLOMBIE

Nous touchons pour la première fois l’Amérique du Sud en accostant à Carthagène.
6ème vile de Colombie, par la population, c’est la première ville touristique du pays.
Sa vieille ville est classée patrimoine de l’humanité par l’Unesco.
Son histoire est particulièrement riche et tour à tour ce sont espagnols, anglais, hollandais et français qui se sont disputés ce pays.

Nous sommes descendus du Déliziosa, amarré à 5 kms du centre ville et perdu au milieu du port de commerce où manoeuvrent cargos, et où sont entassés des centaines de conteneurs.

Mais l’organisation a prévu un service de navettes pour relier la vieille ville.

Quant à nous, nous avons préféré l’excursion, ce système permet d’avoir les explications (en français) de l’endroit visité. C’est le principe de la croisière: on voit de tout un peu. D’autres préfèreront le contraire, chacun ses goûts, mais l’avantage de ce système c’est qu’il nous laisse découvrir des endroits où nous aimerons retourner un jour, et également où nous ne serions probablement jamais allé. Parfois nous nous disons aussi: cet endroit ne vaut pas le coup, malgré sa bonne réputation (à notre avis, bien sûr)

Donc, nous voilà parti pour la visite de la citadelle, que nous grimpons à pied, emmené par Juan de la Cruz, un guide faisant preuve de beaucoup d’humour. De là-haut la vue est magnifique!

Ensuite c’est dans la vieille ville que nous déambulerons, rues étroites et magnifiques balcons qui étaient, en fonction du nombre et de la taille, un signe extérieur de richesse de son propriétaire.

Nous terminerons la ballade au musée naval, où des danses et musiques locales animaient le lieu pour notre venue.

On entend beaucoup de choses négatives sur la Colombie, mais il faut savoir que c’est un pays où la population est très, mais vraiment très accueillante et d’une gentillesse incroyable. Tout les problèmes de sécurité ne sont pas encore résolus, mais des efforts sont faits et petit à petit le pays retrouve son calme.

C’est sûr que nous avons été sous bonne escorte durant cette journée.

De retour au bateau, ce sera piscine (il fait très chaud 32°C et très humide), puis nous appareillerons à 18 heures pour Puerto Limon au Costa Rica, que nous atteindrons après-demain.

Samedi 14 Janvier 2012 - Jour 17 - En mer

Nous avons appris la terrible nouvelle du naufrage du Costa Concordia. Cela nous a fait un choc, car ce bateau était à quai à Marseille, à côté de nous et nous avait suivi jusqu’à Madère. Nous suivons les informations en français sur France 24, Euro news et TV5 monde, enfin, quand monsieur Satellite veut bien.

Aujourd’hui c’est repos, je veux dire par là que cette journée en mer arrive à point après les 2 escales menées à fond de train et sous la chaleur tropicale. (Je sais c’est pas sympa pour ceux qui sont en hiver, mais bon, c’est la vérité)

Pour bien commencer cette journée nous avons testé pour la première fois le petit dej’ en cabine.
C’est bien pour 2 raisons:
la première que c’est plus diététique, on ne se laisse pas tenter par le choix très varié du restaurant,
la seconde c’est que ce sera plus pratique les jours d’excursion.
Actuellement ce service est gratuit pour le tour du monde.

Pour aborder, succinctement je vous rassure, le sujet de la nourriture à bord, je dirais que les us et coutumes veulent que les repas d’un paquebot de croisière soient des plus fins et et des plus gastronomiques. Cela a toujours été le cas, dans tous les bateaux sur lesquels nous sommes partis, mais là cela bat tous les records.
Tous les repas sont encore plus fins, variés, avec une très belle présentation.
Aussi devant de telles tentations, nous avons réagi!
Hier nous nous sommes contentés d’une pomme et d’une orange dans la cabine. Nous avons décidé de faire un break gastronomique de quelques jours. Cela nous fait le plus grand bien.

Pendant toute cette journée nous profiterons des possibilités nombreuses et variées qui sont offertes à bord, sans oublier, si la chaleur nous le permet, de profiter de notre balcon, pour admirer le paysage marin ou pour la lecture.

Demain nous aborderons l’Amérique Centrale avec le Costa Rica, alors rendez-vous sur Deliziosa FM pour toutes les informations !

Dimanche 15 Janvier 2012 - Jour 18 - 8ème escale - Puerto Limon - COSTA RICA

Ce matin réveil à 5 heures pour appeler Mamie à midi heure française. Nous avons été heureux d’apprendre que tout allait bien, et qu’elle s’est organisée et adaptée à ces trois mois d’absence de Monique.

Puerto Limon, est un port qui évoque aux amateurs de régates, l’arrivée de courses transatlantiques.

Pour nous pas de coupe, ou de fleurs, seulement des ondées tropicales qui se succèdent à un rythme soutenu pour nous accueillir.
Devant un tel déluge, nous décidons de reporter notre sortie pour l’après-midi.
La température a légèrement baissée, et l’air est saturé d’humidité. Les montagnes qui forment le paysage sont luxuriantes, la culture du bananier est omniprésente.

Nouvelle escale: nouveau dépaysement. La croisière c’est vraiment chouette, et ce tour du monde en particulier.

Nous croisons en début d’après-midi quelques amis qui rentrent d’excursion. Les avis sont unanimes, sous un tel déluge, l’excursion ne vaut pas le coup. Et bien, ni une, ni deux, nous sortons dans les parages entre deux éclaircies.

Voilà c’était la météo du jour, en direct du Costa Rica!


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 15:50

Suite ...

Lundi 16 Janvier 2012 - Jour 19 - Canal de PANAMA

C’est un des plus grands points forts de notre tour du monde: le canal de Panama !

Au revoir Atlantique, bonjour Pacifique.

Ce moment nous l’avions attendu, rêvé, le voici enfin qui s’offre à nous dès 4 heures ce matin.
Inutile de vous dire que personne ne dormait à bord. Il y régnait une atmosphère particulière, de celle qu’on ressent dans les grands moments. Équipage comme passagers, tout le monde, s’impatientait, guettait, découvrait, avec le sourire aux yeux.
Faut dire que ce moment personne ne l’avais vécu à bord, ni le bateau dont c’est le premier tour du monde, ni son commandant, ni l’équipage, ni nous non plus.
Un «Welcome in Panama» diffusé sur hauts parleurs nous accueille. Il y a des cargos par dizaines, des remorqueurs dans tous les sens, des hommes qui s’affairent à la manoeuvre, et puis ces célèbres petites locomotives électriques sur les bords des écluses.

Comment faire rentrer un mastodonte de près de 100 000 tonnes, d’ environ 290 mètres de long, dans une écluse laissant à peine quelques mètres devant, derrière, et sur les côtés?

Comme le dit l’histoire, c’est étudié pour.

Deliziosa est un Panamax, c’est à dire la taille maximum qui puisse emprunter le canal de Panama.

Donc, aucun problème me direz vous. Et bien si, quand on est un italien qui se respecte, on ajoute des accessoires, en se disant que ça passera quand même .... et bien cela ne passa pas.

Il s’agissait d’un élément ajouté pour effectuer le nettoyage extérieur des vitres et balcons. Il fallu en démonter une partie. Nos amis italiens (je ne critique pas, hein, je ne m’en sens pas si éloigné ...) ont provoqué un joli bouchon.
Des voitures attendaient pour franchir l’écluse, mais plus important des cargos attendaient aussi.
Sans complexe, Déliziosa a entreprit de faire marche arrière pour sortir de l’écluse dans laquelle il s’était engagé.

Quand tout fut rentré dans l’ordre, les petites locomotives entrèrent en piste. Incroyables de dextérité, elles nous firent passer les trois écluses, sans qu’à aucun moment le paquebot ne vint à toucher. Ces manoeuvres, rythmées par des tintements de cloches, et dont la signification n’est compréhensible que par ses initiés, furent redoutables d’efficacité.
4 heures, ont été nécessaires pour franchir les 3 premières écluses menant au lac Gatun.
Ensuite ce fut une navigation dans le canal, dont les rives paraissent naturelles, tellement étroites en certains endroits, que cela rappelait la navigation fluviale. 2 remorqueurs nous ont assisté tout au long du canal.
En fin d’après midi nous franchissons les 2 dernières écluses sous les vivas des spectateurs venus nous manifester leur sympathie. C’est une tradition du Panama.

Nous débouchons maintenant sur l’océan Pacifique, après être passé sous le pont de l’Amérique.
Déliziosa va mettre maintenant un peu de Nord dans son Ouest, direction le Mexique et l’Amérique du Nord.

Le Canal de Panama s’étend sur environ 80 kms, accepte des bateaux de 294,68m de long sur 32,31 mètres de large (sauf si on est italien...).
En 2009 14 342 navires l’ont emprunté transportant 198 millions de tonnes de marchandises.

Mardi 17 Janvier 2012 - Jour 20 - En mer

Pacifique, c’est vrai qu’il est pacifique cet océan. Calme plat depuis hier soir, comme pour saluer la première trempette de Déliziosa dans ses eaux.
Puisqu’un bonheur ne vient jamais seul dit-on, le lever de soleil s’est montré sous son plus beau jour (on ne pas demander autre chose à l’aube non ?)
Flânerie sur notre balcon, quand tout à coup des dauphins se sont mis à «jouer» autour du bateau. Ils étaient une vingtaine environ, comme toujours c’est un spectacle magnifique et captivant dont on ne se lasse pas.

De temps en temps nous croisons un cargo en route pour Panama. Par rapport à la traversée de l’Atlantique, on se croirait sur un vrai boulevard !
Comme je l’ai déjà écrit les jours de mer sont appréciés par tous, chacun vaque à ses occupations favorites, tout est relax et tranquille.
Le temps passe très vite, trop vite.
Parfois au hasard d’une conversation, on se retrouve en cabine pour résoudre un problème de PC... Ben oui, les Mac n’en ont pas ... 2 PC contre 1 Mac, le Mac est sorti vainqueur par K.O., et les PC sont restés avec leurs problèmes ...

Mme Chamadou et moi continuons notre régime «anti» Costa, c’est à dire fruit et poisson. Les premiers signes de perte de poids se font sentir. Tiendrons nous jusqu’au bout ? (Mme Chamadou, oui)

Milles choses encore à dire, mais faut bien en laisser pour demain, non ?

Mercredi 18 Janvier 2012 - Jour 21 - En mer

La fin de journée d’hier soir ne prêtait pas spécialement à la joie. Notre commandant Francesco Serra, a demandé d’observer une minute de silence, en mémoire des disparus du Costa Concordia. Des coups de sirène marquèrent le début et la fin de cette manifestation.

L’aube naissante nous a réservé une bonne surprise: le soleil avait rendez vous avec la lune, je me suis précipité sur l’appareil photo pour vous en faire profiter

Déliziosa file en ce moment entre 21 et 23 noeuds vers sa prochaine destination au Mexique. La mer est toujours très calme et les levers comme les couchers de soleils sont superbes.

Nous voyons de temps à autres quelques visiteurs, comme cette embarcation de pêcheurs que nous avons croisé à environ 150 milles nautique (environ 270 kms) de la côte la plus proche !
On aurait cru un moment à des pirates somaliens!

Plus tard au moment du déjeuner, ce sont des dauphins qui sont venus jouer sous nos yeux.

Notre ami Esculape, marseillais, a même vu une baleine! Mais ce devait être plutôt une grosse sardine...

Et je ne vous parle pas des oiseaux qui viennent pêcher sous notre balcon !

Vous savez les jours de mer sont calmes, mais passent très vite. Les activités à bord sont nombreuses, et puis nous commençons à connaitre pas mal de monde hormis le «groupe» d’une vingtaine de personnes du forum.

Nous partageons toujours de bons moments de convivialité avec ce groupe du départ, et tout le monde en est ravi.

Jeudi 19 Janvier 2012 - Jour 22 - En mer

Dernière journée en mer avant le Mexique.

Les côtes se rapprochent, on croise maintenant des filets de pêcheurs. Depuis ce matin un cargo porte conteneurs fait route avec nous. Va-t-il au même endroit?
Ce matin nous sommes allés au théâtre Duse, pour avoir des informations préalables sur le Mexique, d’une part, et sur les deux escales de Puerto Vallarta et Cabo San Lucas.
Ces deux destinations paraissent intéressantes, et offrent de nombreux sites à visiter.
Nous ne manquerons pas bien sûr de vous en parler.

À la demande de certains passagers, il nous a été communiqué le coût supporté par le Costa Deliziosa pour le passage par le canal de Panama: 320 000 US$. Cela laisse songeur, et explique peut-être pourquoi le Panama est aujourd’hui en plein essor économique

Bon allez, les journées de mer vous connaissez, alors nous vous quittons pour aller à la piscine.
Ensuite ce sera l’heure du thé, puis les concerts des orchestres de musiques variées (du classique au jazz, en passant par la variété) dans les salons où chacun peut choisir en fonction de ses goûts musicaux où s’installer pour écouter confortablement.

Le spectacle music hall au théâtre Duse avant le dîner.


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 15:51

Suite ...

Vendredi 20 Janvier 2012 - Jour 23 - 9ème escale - Puerto Vallarta - MEXIQUE

Tout a commencé ce matin à toute vitesse (peut-être que l’on perd la notion du temps ...).
«P’tit dej» en cabine, nous l’avons adopté pour les jours d’excursions, puis rendez-vous à 8 h 45 au théâtre Duze pour étudier et valider les excursions du segment Los Angeles - Singapour, puis déjeuner frugal au self, puisqu’à midi nous descendons à terre. Cela va nous faire du bien de nous dégourdir un peu les «pattes»!

Nous avons choisi de nous rendre à San Sebastián del Oeste, c’est à dire Saint Sébastien de l’Ouest, pour différencier de Saint Sébastien en Espagne. Au Mexique, il est courant d’ajouter del Oeste, car bon nombre de villes portent le même nom qu’en Espagne.

Et bien nous ne fûmes pas déçu, car nous voulions nous écarter de la côte et rentrer un peu dans les terres.
San Sebastián del Oeste est un village de 700 habitants, perché dans la montagne; à une heure et demi de route.

Nous avons traversé un paysage de campagne au début, de forêt ensuite, laquelle forêt est protégée au niveau de la faune et de la flore. On y trouve environ 5 nouvelles plantes endémiques par an. Elle est occupée par des jaguars, des koatis... et des boas! Des condors nous survolent à basse altitude, à la recherche d’un bon casse croûte.

La végétation évolue de type tropicale au bord de la mer à tempérée en montagne où nous avons pu observer des pins!

Après deux arrêts, l’un chez un distillateur artisanal de téquila, l’autre chez un propriétaire récoltant de café (que cela sentait bon la torréfaction!), nous arrivons à San Sebastián del Oeste.

Qu’il est beau ce village!

S’il fallait dessiner un village typique mexicain, je pense que nous aurions exactement dessiné celui que nous visitons.
Qui plus est, nous arrivons en pleine fête patronale, et pour l’occasion tout le village est en liesse.
Nous serons durant cet après-midi les seuls touristes, témoins de ce bonheur partagé.

Pas moins de 3 orchestres de mariachis, jouaient à plusieurs coins du village. La qualité de leur musique nous a étonné. Un immense arbre «de fuego» était dressé sur la place principale. C’est la même chose que le «toro de fuego» mais statique sous forme d’arbre.
Autour du kiosque à musique (c’est traditionnel ici, chaque village en possède un) sont disposés les étales de petits artisans locaux, qui fabriquent et vendent chapeaux, sacs tissés, gourmandises etc, etc.
La musique omniprésente rehaussait les couleurs chatoyantes du village.

Visite de l’église et bref coup d’oeil à la prison (brrrr...) nous nous éloignons à regret de cet endroit perdu au milieu de la montagne.
Mais le clou de la fête se tenait à quelques centaines de mètres du centre.
Nous avons assisté à un rodéo amateur qui se tenait dans l’arène, accompagné par une musique endiablée et des spectateurs autochtones passionnés.

Mais les meilleures choses ont une fin, il faut se résoudre à quitter définitivement ce joli coin, pour ne pas rater le départ du Deliziosa.

Adios muchachos!


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 15:58

Suite ...

Samedi 21 Janvier 2012 - Jour 24 - 10 ème escale - Cabo San Lucas - MEXIQUE

Après avoir été escorté une bonne partie de la matinée par des dauphins, Deliziosa jette l’ancre aux environs de 11 heures 30 dans la baie de San Lucas au nord du fameux Cap de San Lucas.
Et oui, c’est une nouveauté, pas de quai pour débarquer cette fois, mais les chaloupes du paquebot.
Au moins cela fait un exercice pour l’équipage et les passagers, excellente occasion pour vérifier le bon fonctionnement du système.

Cabo San Lucas, se trouve à la pointe extrême de la péninsule bordée par l’Océan Pacifique d’un côté, et de la mer de Cortes de l’autre. Cabo est une cité balnéaire appréciée par les touristes américains, avec moult hôtels donnant directement sur les plages.
Mais la vraie beauté du lieu c’est la mer qui l’offre, grâce à ses eaux poissonneuses, faisant ainsi de Cabo l’un des hauts lieux de la pêche sportive. Tous les ans se tient ici, la plus fameuse compétition de pêche au Marlin du monde.

Grâce à sa situation privilégiée, il est possible d’observer les baleines lors de leur passage de la Mer de Cortes à l’Océan Pacifique.

C’est pour cette raison que nous avons choisi de ne pas débarquer, mais au contraire d’embarquer sur un petit bateau, pour un safari photos de baleines.

C’est un Zodiac à fond rigide qui nous attend, avec 2 moteurs de 200 CV. Gilets capelés, nous sommes une vingtaine d’occupants à prendre place. Nous quittons le port en croisant de nombreux pélicans, signe que le casse croûte doit être copieux dans le coin. Une otarie sur un rocher joue la sirène d’Amsterdam, pendant que d’autres peu farouches, s’approchent très près des bateaux quémandant quelque poisson.

Le «go fast», à peine sorti du port lance alors la pleine puissance de ses moteurs. Je dois dire que je ne me souviens pas d’avoir été une fois dans ma vie aussi vite sur l’eau. Dans ces conditions, secoués, trempés, les appareils photos et autres camescopes ont rejoint, vite fait, leurs étuis protecteurs.

Arrivé sur zone, comme l’attente d’un signe annonciateur d’un cétacé. Nous scrutons tout autour l’horizon: rien.

Lorsque soudain nous un souffle caractéristique nous apparait.

Vite le Zodiac se remet en route pour se rapprocher. Mais la baleine s’en est allée, peut-être dans une autre direction. L’attente recommence, et ainsi de suite, jusqu’au moment où Dame Nature nous offrit, pour nous remercier de notre patience, deux baleines nageant à proximité de nous, pour ensuite disparaître sous l’eau, dans un élégant plongeon.

Ce fut bref, mais vraiment intense. Ces images, resterons à jamais dans notre mémoire.

Nous regagnerons ensuite Deliziosa au mouillage, satisfait de notre journée, qui décidément est encore totalement différente de celle d’hier.

De quoi sera fait demain ? On vous dira tout (enfin presque ...)

Le cadeau de "Dame Nature"

La sirène de Cabo


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:02


La sirène de Cabo



"El Arco" le point de vue célèbre de Cabo


Le Déliziosa au mouillage

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:03

Suite ...

Dimanche 22 Janvier 2012 - Jour 25 - En mer

Nous filons maintenant à allure soutenue vers San Diego, première escale parmi les trois que nous ferons au U.S.A.

Pour nous cette côte ouest est une découverte, nous ne connaissions que la côte est.

La température s’est sensiblement rafraîchie, en quittant la zone tropicale, elle n’est que de 15°C actuellement.
La zone des ponts extérieurs et piscines est quasi déserte, et nous avons ressorti des vêtement plus chaud.
Selon la météo il fera environ 12°C à San Francisco terme de nos escales Nord américaines, que nous visiterons après Los Angeles.
Petite nostalgie, que de quitter une région hispanisante, où nous sommes depuis deux semaines, qui nous allait très bien, de par sa culture, et sa langue qui nous est familière.

Plusieurs réunions et conférences sont à l’ordre du jour.

La première ce matin traitait des populations précolombiennes d’Amérique du nord, par le professeur Carlo Scopelliti, toujours aussi bien documenté et captivant. Une façon comme une autre de ne pas voyager idiot.

L’après-midi deux autres réunions (j’vous dis on arrête pas) !

La premières évoquait les modalités d’immigration aux USA.
Celles-ci commenceront à bord des 6 heures du matin, où une dizaine d’agents de l’immigration américaine monteront à bord pour vérifier les passagers.
À la suite de quoi, un laisser passer nous sera fourni, nous permettant de sortir et monter à bord sans autre formalité.
Nous n’aurons pas à renouveler ces démarches pour les escales de Los Angeles et San Francisco.
Le commandant Francisco Serra a été chaudement remercié, car il a obtenu des autorités américaines de pouvoir accoster dès 4 heures 45 du mati au lieu de 10 heures comme cela était prévu initialement.

La seconde réunion avait pour objet de nous informer sur les différents sites intéressant à visiter lors de nos prochaines escales américaines.

Après le spectacle de 19 heures 30 au théâtre Duse, un dîner de gala est organisé.
Pour l’occasion, la tenue vestimentaire de gala, sera de mise.

Bye bye !

Lundi 23 Janvier 2012 - Jour 26 - 11 ème escale - San Diego - U.S.A.

Hello!

Ce matin arrivée à San Diego.
Nous avons été accueilli par une mouette qui a élu domicile sur notre balcon. Mais c’est surtout la pluie qui a cru devoir faire du zèle en s’associant au froid (13°C).

Ce matin nous nous sommes soumis (il n’y a pas d’autre mot) aux autorités états uniennes d’immigration. De vrais cowboys! Après avoir attendu notre tour soit environ 1h 30, nous voilà enfin tamponnés ... et aptes à fouler le sol californien.
Nous avions choisi de découvrir San Diego ... à vélo. On est sportif, ou on ne l’est pas.

Malheureusement les dieux du Coca Cola et des hamburgers réunis en ont décidé autrement. Vu le déluge qui s’abat sur San Diego, le loueur de bicyclette n’a pas voulu mettre ses engins à notre disposition. Pfff...

Tant pis, on fera sans et on improvise.

Nous nous engouffrons dans le premier taxi venu (ici on ne marchande pas...) et nous lui demandons de nous mener à down yown, la ville ancienne.

Nous avons cherché, ce qui pouvait être ancien, mais nous n’avons pas trouvé. Je sais, je sais, c’est un pays jeune qui n’a pas d’histoire, on peut se tromper non?

Alors, déçus, nous changeons de quartier pour aller à Seaport Village, situé au bord du port de plaisance. Beaucoup de magasins, dans un style purement américain, finalement, nous apprécions cet endroit malgré la pluie. Nous irons même jusqu’à déguster quelques cookies réalisés sur place.

Avant de retourner à bord, nous faisons un tour dans un grand centre commercial, dont les américains raffolent.

J’avoue que nous sommes assez éloignés de cette culture, et que le temps (dans les 2 sens du terme) ne nous a pas permis de faire grand chose.

Bon allez au revoir, on sera demain à Los Angeles, où nous resterons 2 jours.

Costa Deliziosa amarré en pleine ville


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:06

Suite ...

Mardi 24 Janvier 2012 - Jour 27 - 12 ème escale - Los Angeles - U.S.A.

Quand je vous disais que les escales se suivent, mais ne se ressemblent pas: ce matin soleil fixe et température en hausse!
Changement de décor aussi, pour arriver à son quai Deliziosa emprunte un large chenal bordé de bateaux de pêche, de marinas, mais aussi des grues et des conteneurs par milliers !

Nous décidons d’occuper la matinée pour aller avec un taxi voir les endroits symboliques qui ont contribué à la renommée de L.A.
C’est à cette occasion que l’on saisi la démesure de cette mégapole. 2ème ville des U.S.A. derrière New York, L.A. compte 3 845 000 habitants et plus de 10 000 000 avec la banlieue. Elle s’étale sur 1200 km2 et compte près de 3000 kms d’autoroute. Aller du port au centre ville, c’est environ 50 kms!

C’est sûr qu’en 2 jours nous n’auront fait que survoler la ville, mais de toute façon en 2 semaines ce serait pratiquement la même chose tant la ville est grande et regorge de centres d’intérêts, alors ...

Dès la sortie du port le ton est donnée: autoroute comprenant 8 voie dans un sens et 8 voies de l’autre. Les 16 voies donc, sont encombrées de véhicules: impressionnant !

Nous faisons un premier arrêt pour admirer le Walt Disney Concert Hall, un chef d’oeuvre d’architecture contemporaine, puis cap sur Hollywood, pour voir le «sign» perché en haut de la montagne.

Puisque nous parlons star, Hollywood Boulevard fut notre 2ème étape. Quartier vivant, avec les célèbres étoiles sur le sol portant les noms de stars de la chanson, de la musique et du cinéma. Ce quartier est vraiment agréable, nous l’avons apprécié.

Puis, l’après-midi, nous ne pouvions pas manquer la plage de Malibu, longue de 40 kms, qui a été rendu célèbre par la série «Alerte à Malibu», ni la plage de Santa Monica (le lieu où en fait la célèbre série citée plus haut a été tournée). Nous avons fait une ballade sur le «Pier» construction tout en bois, où les artistes locaux se retrouvent, où se côtoient cafés, boutiques, marchand ambulants, caricaturistes etc. ... Très sympa.

Pour finir, nous sommes allé à Beverly Hills. Le luxe existe, nous l’avons rencontré en ce lieu, où tout ce qui se fait de plus beau (et de plus cher) se trouve rassemblé dans quelques rues.

À un moment j’ai cru apercevoir Paris Hilton sortir d’une boutique, mais non, ce doit être la fatigue de cette journée de vadrouille.

Il est donc temps que nous nous couchions pour être en forme demain.

Good night !
le Walt Disney Concert Hall

Mercredi 25 Janvier 2012 - Jour 28 - 12 ème escale - Los Angeles - U.S.A.

Ce deuxième jour d’escale à L.A., nous l’avons consacré à la visite des studios Universal Pictures. C’est les plus grand producteur mondial de films, avec quelques uns comme les dents de la mer, King Kong ou Jurassic Park, qui ont nécessités de grands moyens au niveau des effets spéciaux.

Je passerai sur l’incompétence totale de notre guide US qui nous a informé de ne pas parler le français, ainsi que de ne pas répondre aux questions. Le ton était donné. Ses divers manquements ont occasionné un retard tel que le bateau a été obligé de nous attendre (parce que c’était une excursion Costa, sinon il n’attend pas!), mais aussi les services de sécurité, les préposés aux amarres, etc., etc.

Dès franchit l’entrée d’Universal 2 mots s’imposent: rêve ou réalité ?

Les rues, les maisons, les personnes aux fenêtres qui interpellent la foule: rêve ou réalité ?
Une Cadillac rose avec Marilyn Monroe au volant: rêve ou réalité ?
Tiens un quartier français avec son bistrot, une église, un pueblo español, un ranch: rêve ou réalité ?

Nous décidons de prendre l’un des nombreux petits trains, qui en plus d’une heure fait le tour de l’immense territoire des Studios Universal.

Ce fut une extraordinaire ballade! Nous avons pu découvrir le nombre impressionnant de bâtiments immenses où sont tournés les films, certains étaient ouverts, on pouvait alors discerner les décors rangés par catégories. Nous sommes passé au travers de nombreux villages «fantômes» de véhicules utilisés dans certains films.

Puis quelques surprises nous ont été réservées.

Tout d’abord le train s’engouffra dans un tunnel obscur. Nous nous équipons de nos lunettes 3D, tout d’un coup nous sommes plongé dans un décor préhistorique où une horde de dinosaures se livrent à un combat sans merci. Le réalisme est parfait, la sonorisation, les jets d’eau reçus, le vent, les mouvements, complétaient ce spectacle, sans parler des cris des spectateurs. Alors: rêve ou réalité ?

À l’extérieur, au détour du chemin, Le train s’arrête. Nous voyons un homme étrange au teint blafard dissimuler dans le coffre d’une voiture un cadavre emballé. Surpris de nous voir, il vient vers nous avec son couteau ensanglanté, le petit train ne parvient pas à redémarrer, il se rapproche, il se rapproche, vite ! vite ! Ouf on repart. Cauchemar ou réalité ?

Nous traversons les ruines d’un Boeing écrasé, les fauteuils sont disséminés, éventrés, tout un fatras d’objets se sont éparpillés autour. Cauchemar ou réalité ?

Nous nous retrouvons ensuite au beau milieu d’une station de métro. Un tremblement de terre se déclenche, le sol se dérobe, un camion de pompier tombe dans la station en s’enflammant, les canalisations rompues laissent jaillir l’eau, tout explose. Là ce n’est pas du cinéma, mais alors: rêve ou réalité ?

Au beau milieu d’un village mexicain, la pluie se met à tomber, le ruisseau se transforme en une rivière débordante, l’eau jaillit jusqu’à nous mouiller, le tonnerre gronde, les éclairs zèbrent le ciel: rêve ou réalité ?

Pour faire la part des choses nous entreprenons de visiter un atelier d’effets spéciaux. Beaucoup d’explications nous sont fournies.
C’est ainsi que nous découvrirons, que parfois de petites astuces peuvent donner de grandes illusions, quitte à désacraliser certaines scènes connues.

Alors chut, on ne vous dira rien de plus !


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:09


Le Costa Deliziosa amarré en pleine ville Bien


Beverly Hills au soleil couchant



_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:11

Suite ...

Jeudi 26 Janvier 2012 - Jour 29 - En mer

Cette journée en mer est la bienvenue, et nous permet de faire un break avant San Francisco.

Ce matin au théâtre Duse a eu lieue la maintenant traditionnelle réunion de briefing. Tout porte à croire que San Francisco, dernière escale aux États Unis, sera la plus intéressante.

Nous avons programmé un tour de ville dans l’après-midi, et déjà avec quelques amis, nous avons le projet de dîner en ville. Profitons que le bateau reste à quai cette nuit, pour découvrir Frisco la nuit. Les restaurants y sont nombreux et variés et en général de bonne qualité. Certains disent que les meilleurs restaurants de la côte ouest des USA se trouvent à Frisco. On verra bien et bien sûr on vous tient au courant.

Pour l’heure la vie s’organise comme toujours les jours de mer.
Pas eu le temps encore de jouer au casino, de regarder un film en 4D, et d’autres choses encore.
C’est vrai que nous privilégions sans doute les discussions entre amis, avec les blagues qui vont avec. Nous prenons le temps de vivre et de profiter des bons moments.

Alors ce sera tout pour aujourd’hui. Ben oui, avec le temps qui passe on devient de moins en moins courageux!

Vendredi 27 Janvier 2012 - Jour 30 - 13 ème escale - San Francisco - U.S.A.

Des coups de corne de brume répétitifs nous sortent de notre sommeil vers 6 heures ce matin. C’est Deliziosa qui approche de San Francisco dans un brouillard à couper au couteau. Vers 6 heures 30 il passe sous le Golden Gate, que nous apercevrons à peine, malgré ses illuminations.
À 8 heures il s’est amarré au quai «Pier 35» situé en plein coeur de la ville.
Nous prenons le p’tit dej’ en espérant que le brouillard viendra à se dissiper entre temps. Notre souhait a été exhaussé puisqu’à 9 heures nous quittons le navire sous un soleil radieux. Décidément nous avons de la chance en ce moment!

Dès les premiers pas dans San Francisco, nous nous sentons à l’aise. C’est une ville cosmopolite, à l’origine du mouvement hippie des années 68, qui en a gardé tout le côté créatif et culturel.
L’architecture urbaine est à taille humaine, avec des maisons de bois et de briques qui rappellent Montréal que nous avions appréciée en son temps.
Chaque quartier a sa spécificité, de grands immeubles pour le quartier des affaires et des banques.
Chinatown est très important ici car 30% de la population de San Francisco est d’origine asiatique, d’ailleurs le maire de San Francisco est lui aussi un américain d’origine asiatique.
Le quartier où résident les homosexuels est aussi caractéristique de Frisco, où toutes les minorités ont le droit de cité. Des drapeaux arc-en-ciel aux maisons et le long des rues est sans équivoque.

C’est vers le départ du «cable car» que nous dirigeons aussitôt. Nous ne voulons pas manquer ce moyen de transport symbole de la ville.
Nous avons été enchantés de traverser une parti de la ville à 15 kms heure. Un câble souterrain entraine les «cable car» qui viennent à s’y accrocher. Les rues de S.F. sont parfois très pentues! D’ailleurs la réglementation exige que les voitures qui stationnent laissent leurs roues braquées à fond.

Nous sommes descendus au centre ville, pour faire une ballade fort agréable.
La gentillesse des Saint Franciscains est à souligner, il sont toujours disponibles pour vous aider, et avec le sourire. À mes yeux, c’est une qualité que partagent beaucoup d’américains.

Nous prendrons un taxi pour retourner au bateau, en lui demandant d’emprunter la «Lombard street» mondialement connue, c’est une rue à forte pente (27%) et avec 8 virage serrés. C’est dans cette rue que fut tourné le film Bullitt avec Steve Mc Queen.
L’après-midi nous ferons un tour de ville dans les différents quartiers de Frisco, sans oublier bien sûr de passer par le Golden Gate, construit en 1937 avec ses pylônes de 227 mètres de haut. Il fut à son époque le plus haut pont suspendu du monde.

Cette nuit le bateau reste à quai, si le coeur nous en dit nous pouvons descendre à quai profiter des nombreux commerces et restos qui longent le port.

Samedi 28 Janvier 2012 - Jour 31 - 13 ème escale - San Francisco - U.S.A.

Ce matin réveil en fanfare à 6 heures. Dur, dur, nous devons être fin prêt pour l’excursion qui part à 7h45. P’tit dej en cabine, le sac, l’appareil photo, le camescope, les papiers, et tout le tsoin tsoin, nous voilà partis.

Direction Muir Woods à quelques encablures de San Francisco, ce qui nous permet de voir l’arrière pays montagneux.

Que cela fait du bien de se promener en forêt, la nature nous révèle toute son importance, après tous ces jours en mer, et toutes les sorties en ville. Cela sent bon les pins ... séquoias. Nous marchons au beau milieu de magnifiques espèces qui peuvent atteindre 80 mètres de haut et vivre jusqu’à ... 3000 ans!

Un important chantier de bénévoles est là ce samedi matin pour entretenir la forêt. Ils sont peut-être une centaine à débroussailler, entretenir les chemins, les bancs, les ponts en bois etc. Cela nous a fait une excellente impression, c’est aussi cela l’Amérique.

Au retour vers le bateau, nous nous arrêtons à Sausalito (ce qui veut dire petit bouleau en espagnol) petit village chic, qui comporte une grande marina. C’est à cet endroit que s’est développé la communauté hippie. Ils habitaient dans des maisons bateau, faites de bric et de broc. Petit à petit les hippies se sont rangés, et l’endroit est devenu à la mode. Il subsiste encore certaines de ces habitations colorées.
Bernard Moitessier, très grand marin (mon préféré) est venue à Sausalito quelques mois pour faire traduire son dernier livre nous a indiqué notre guide, qui le connaissait.

Il est temps maintenant de regagner le bord, de quitter Frisco (San Francisco). Nous avons adoré par dessus tout cette escale. Il y a temps de choses à faire et à voir ici. La vie est si agréable. Nous regrettons de n’avoir pas eu plus de temps. Mais nous nous sommes promis de retourner ici pour quelques semaines. C’est aussi ça la croisière: un catalogue de voyage, avec des pages (escales) en grandeur nature.

Deliziosa largue ses amarres, s’éloigne du quai, sort de la superbe baie de San Francisco, en passant sous le Golden Gate. Un long coup de corne de brume pour saluer l’évènement et les spectateurs qui nous regardent depuis le pont.

Adieu Frisco!


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:13


A San Francisco, le cable-car


Le Golden Gate

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:28

Suite ...

Dimanche 29 Janvier 2012 - Jour 32 - En mer

Une heure de plus pour dormir ce matin, toujours appréciable en ce dimanche, merci monsieur Longitude!

Une journée de mer, vous commencez à connaître, on ne va pas se répéter. Je vais donc me limiter aux choses que nous avons faites pour la première fois.

Aujourd'hui j’avais rendez-vous avec 2 amis qui partagent notre table, l’un pour des problèmes de fonctionnement de camescope, l’autre pour apprendre à compresser une photo numérique, et permettre ainsi son envoi par courriel.
Il faut dire que le débit est toujours extrêmement lent, il n’est pas possible de télécharger une photo non compressée, sauf à passer une demi heure par photo! Alors on s’organise pour travailler hors connexion, et de tout compresser. C’est une bonne école, cela rappelle aussi les débuts d’internet.

Et puis si tout le monde s'y met, cela favorisera le débit en général. À proscrire également les mises à jour réclamées par les PC, qui prennent des mégas et des mégas, donc des heures et des heures de connexion... pour rien!
Les mises à jour peuvent attendre le retour. De même toutes les con...ies en .ppt et .pdf qui sont vues archi vues et qui pèsent lourd en mégas... mais aussi en virus.
J'avais réglé ce problème avant de partir, en éliminant systématiquement les expéditeurs de ce genre de courriers.

Nous avons aussi souhaité déjeuner à midi avec notre équipe du forum VF, nous avons partagé une grande table pour 10, l’ambiance était on ne peut plus joyeuse et conviviale.

Ce soir après le spectacle, nous aurons un dîner de gala, suivit par un buffet d’anniversaire à minuit.
En effet Déliziosa fête ses 2 ans aujourd’hui.

2 ans, pfff ... une gamine ! (en italien un bateau est au féminin: «la nave»)

Lundi 30 Janvier 2012 - Jour 33 - En mer

L’étrave de Deliziosa glisse sur une mer d’huile. Nous sommes à environ 1000 milles (1 852 kms) dans le sud ouest de San Francisco, et la mer est aussi plate qu'un étang!

La température remonte doucement, actuellement il fait 18°C.

Nous avons croisé un porte conteneur ce matin, preuve s’il en fallait, que la vigilance doit rester de mise même si il n’y a pas foule ici.

Ce matin nous sommes allé à la conférence de Carlo Scopelliti ayant pour thème «les civilisations de l’Océanie. Il a fait un tabac comme d’habitude. Ce type est incroyable, il nous communique sa passion de l’anthropologie, et enchaîne conférence sur conférence. Celle d’avant nous était en allemand, celle après en italien. Et toujours sans notes !

Au niveau de la télévision, c’est pas terrible. Après une coupure du faisceau satellite, la télévision fonctionne à nouveau, ça c’est la bonne nouvelle! La mauvaise nouvelle c’est qu’aucune chaîne n’est en français. Ce n’est pas tant la langue qui nous dérange, on comprend globalement, mais c’est surtout que nous n’avons plus les infos françaises.

Nous nous sentons déjà dans une bulle hors du temps et de l’espace, le seul lien avec notre pays vient de se rompre. Espérons que tout rentre dans l’ordre rapidement.

Cet après-midi sera consacré à quelques prises photos et vidéos dans le bateau. Si le programme nous plaît, nous irons regarder un film en 4D. Ceux qui l’ont essayé nous en ont dit le plus grand bien.

Bon, et ce sera tout pour aujourd’hui.

Mardi 31 Janvier 2012 - Jour 34 - En mer

Ce fut une nuit fort agréable.

Nous ne réalisons pas, mais toutes les nuits nous sommes agréablement bercés par le bateau.
Ce matin le bercement (j’allais dire la bercetude ...?) était plus accentué que d’habitude. Un coup d’oeil sur la mer (et oui, on voit le ciel et la mer sans sortir de la couette!) nous constatons une houle assez prononcée qui fait monter et descendre les 296 Mètres de Deliziosa de quelques mètres à chaque fois.

Tout le monde est maintenant parfaitement amariné, donc aucun problème.

La température est encore remontée et se situe autour de 21°C. C’est maintenant très agréable de lire sur le balcon, ou de prendre un verre. Il paraîtrait qu’en France il fait froid, selon certaines informations qui nous parviennent de ci de là sur le bateau.

Ce matin nous avons profité de ce temps libre passé en mer pour faire quelques vidéos du bateau, et puis j’ai taquiné mon bandit manchot préféré (je prend toujours le même) pour voir s’il serait généreux aujourd’hui. Et bien oui il m’a récompensé de ma fidélité en m’octroyant quelques euros.

C’est curieux ces jours de mer ils passent comme je vous l’ai déjà dit très vite, pourtant on ne peut pas dire que nous soyons super actifs! Au hasard des promenades nous croisons toujours quelques connaissances avec qui nous prenons plaisir à discuter.
Cela peut durer, et nous finissons parfois la discussion au restaurant.
C’est peut être dur de lire cela quand on travaille, mais votre tour viendra aussi (avec la vieillesse pour certains ...)

Allez, on vous laisse car vous êtes en train de dormir au moment ou nous écrivons ces lignes et on ne voudrait pas vous réveiller !

Mercredi 1er Février 2012 - Jour 35 - En mer

Ça y est, finit le pantalon, vive le short !

Déliziosa file toujours cap sud ouest à environ 19 noeuds, la température est remontée à 25°C, et nous venons de refranchir le tropique du cancer.

Demain nous atteindrons l’île d’Oahu, sur laquelle se situe Honolulu.

En réalité Hawaï (anciennement dénommée îles Sandwich) est un chapelet de 137 îles, dont la plus grande (Hawaï) a donné le nom à l’archipel.
Ces îles sont situées à plus de 3 850 kms de la Californie, 7885 kms de la Chine, 6195 kms du Japon. Cet isolement, que l’on ressent vraiment au bout de 4 jours et demi de mer, en fait le foyer de population le plus isolé sur terre.

Elles sont les îles septentrionales de la Polynésie. C’est le 50ème état des États Unis, depuis le 20 Août 1959. L’ensemble de ces îles constitue l’état de l’Aloha.

La langue officielle est l’anglais et l’hawaïen. C’est d’ailleurs le seul état des USA autorisé à avoir 2 langues officielles.

Vous vous dites, comment savent-ils tout cela ? Tout simplement parce que ce matin, au théâtre Duse, Frédéric Mathieu nous a communiqué beaucoup d’informations concernant Hawaï ainsi que les endroits intéressants à voir. Mme Chamadou a pris des notes, c’est de nous deux certainement la meilleure élève. Il paraitrait que pendant la réunion je réfléchissais les yeux fermés... Ben oui, la concentration ça existe non?

C’est comme ça que les jours de mer s’écoulent, tranquillement mais en étant toujours occupé. C’est après-midi nous irons écouter Carlo Scopelliti, qui nous parlera du peuple Maori de Nouvelle Zélande, après c’est tea time, casino, spectacle, dîner italien, et soirée avec différentes animations en fonction de l’endroit du navire.

Nous avons hâte maintenant de nous dégourdir les jambes sur le sol hawaïen.

Demain s’annonce comme une grande journée, car nous sortirons en individuel demain matin, puis partirons de 13 heures à 23 heures.

Spectacle au théâtre Duse


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:30

Suite ...

Jeudi 2 Février 2012 - Jour 36 - 14 ème escale - Honolulu - Île d’Oahu - Hawaï - U.S.A.

Ce matin réveil à 5 heures 30, nous ne voulions rater cette arrivée au port sous aucun prétexte. D’ailleurs, depuis le départ, il n’est pas un accostage que nous n’ayons manqué. C’est un des nombreux points positifs d’un balcon.

Honolulu se présente à nous, ville moderne, avec ses buildings typiques d’une ville américaine, loin des clichés stéréotypés d’une île tropicale.
Pourtant cette île a 2 visages, celui que je viens de vous décrire, et celui de la nature, avec ses montagnes, sa campagne, ses plages et ses cocotiers bien sûr.

Nous sortons les premiers du bateau, heureux de se dégourdir les jambes après ces 4 jours et demi en mer. Mais après tout, la distance est longue, il faut bien naviguer pour effectuer le tour de notre planète.

Nous découvrons la proximité immédiate du bateau, car le temps nous manque avant notre excursion qui part à 12 heures 30.
C’est au centre culturel polynésien que nous avons choisi d’aller, car il est cité dans tous les documents touristiques comme étant l’endroit à ne pas rater lorsque l’on vient à Hawaï.

Pour y aller, nous avons traversé l’île d’Oahu. C’est l’occasion d’admirer le paysage, qui ressemble parfois à la Réunion, pour son côté montagneux, et aux Antilles pour ses plages de sable fin et ses cocotiers langoureusement disposés.

À l’arrivée, nous ne fûmes pas déçus. Ce centre installé sur plusieurs dizaines d’hectares est le seul lieu au monde qui réunit toutes les îles polynésiennes. C’est une volonté des polynésiens de pouvoir présenter au monde entier, leur culture spécifique, mais différente en fonction de sa situation en Polynésie. Nous avons rencontré les vraies populations des îles Samoa, Hawaï, Marquises, Tonga, Fidji, de Nouvelle-Zélande et de Tahiti. Il existe sept différents authentiques villages insulaires avec des dizaines de démonstrations divertissantes et instructives. Des pirogues flottent sur les voies d’eau pour nous présenter les chants des danseurs et la reconstitution historique de la Polynésie.
En soirée nous avons partagé un repas dans la tradition hawaïenne, ce qui nous a fait le plus grand bien, car cela changeait de la nourriture du bord (au demeurant excellente).

Pour finir, nous avons assisté à un spectacle époustouflant.
C’est une sorte de son et lumière, dans un décor naturel fait de roches, de végétation, de cascades.
Environ 60 artistes donnaient le spectacle, rehaussés par des musiciens locaux.

L’histoire était belle, même si très simple. La vie d’un polynésien depuis sa naissance, en passant par toutes les phases essentielles de l’histoire d’un homme.

Les danses furent éblouissantes, les cascades de guerriers maoris avec leurs lances enflammées produisirent le meilleur effet. C’est impossible à décrire ainsi (sauf pour un écrivain chevronné que je ne suis pas) mais l’ensemble était plein d’énergie, et la communion avec le public totale.

Il a bien fallu se résoudre à rentrer au port et c’est fatigué mais la tête plein de belles images que nous rentrons vers 23 heures au bateau.

Nous restons, là aussi 2 jours, alors ce soir c’est dodo sans bercement, tant pis!

Vendredi 3 Février 2012 - Jour 37 - 14 ème escale - Honolulu - Île d’Oahu - Hawaï - U.S.A.

Réveil toujours aussi matinal pour un départ fixé à 8 heures.

Ce matin nous avons décidé de visiter Pearl Harbor, port militaire toujours en activité situé à quelques encablures d’Honolulu
Nous tenions vraiment à cette visite à caractère historique, car venir à Hawaï, sans visiter Pearl Harbor, c’est comme aller en Normandie sans visiter les plages du débarquement.

Nous avons pu revivre un moment historique en visitant Pearl Harbor ainsi que l’Arizona Mémorial et sa toute dernière attraction, le Mighty Mo (ou USS Missouri). À notre arrivée à l’Arizona Memorial, nous sommes allés au centre des visiteurs, où nous avons vu un documentaire sur les événements de l’attaque sur Pearl Harbor de 1941. Nous avons embarqué ensuite sur une vedette de la marine américaine pour rejoindre rapidement le mémorial.
Il s’agit d’une construction érigée à l’endroit même où a coulé l’USS Arizona. Du mémorial nous pouvons voir au travers de l’eau l’épave et également des parties émergées les restes du cuirassé qui contient encore dans ses entrailles les corps de plus de 1000 marins.
Une stèle porte les noms gravés de tous ces morts.

Puis nous nous sommes dirigés vers le Mighty Mo pour y monter à bord. L’USS Missouri (BB-63) - également connu sous les noms de Mighty Mo et Big Mo - est un cuirassé de la classe Iowa et le quatrième navire de la marine américaine à avoir été nommé en l’honneur de l’État du Missouri. Durant la Seconde Guerre mondiale dans le Pacifique, il participa aux batailles d’Iwo Jima et d’Okinawa et pilonna les îles japonaises. Il prit part à la guerre de Corée de 1950 à 1953. Les états de service de l’USS Missouri durant la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée et la guerre du Golfe lui valurent 11 médailles. Il fut déclassé le 31 mars 1992, mais resta inscrit au registre naval américain jusqu’à sa radiation en janvier 1995. En 1998, il fut cédé à l’USS Missouri Memorial Association et devint un navire musée à Pearl Harbor.
Nous avons été impressionné de pouvoir visité ainsi de fond en comble se bâtiment chargé d’histoire, qui servit encore il n’y a pas si longtemps et où la rédition sans condition du Japon a été signée le 2 septembre 1945.

Nous sommes très satisfaits d’avoir pu visiter Pearl Harbor, qui possède également de nombreux musées dont certains furent l’objet de notre visite.

On retourne au bateau vite fait, juste le temps de prendre les serviettes de bain, sans déjeuner (mais si, mais si) nous prenons un taxi avec 2 amis, direction la plage de Waïkiki à environ 10 kms du port.

Nous ne voulions tout de même pas repartir sans une petite trempette dans le Pacifique!

Nous découvrons cette plage branchée d’Honolulu, avec ses hôtels de luxe, ses boutiques, et ... ses surfeurs.
Le plus difficile est de trouver une ch’tite place pour 2 ch’tites serviettes. Il y a un monde: c’est fou!
Mais quoi de plus normal, nous sommes le 3 février après tout !
Après ce bain réparateur, nous sommes rentrés à bord à 17h 30 juste à temps pour le départ de Deliziosa, que nous suivrons depuis notre balcon, en compagnie de 6 amis que nous avons invité à boire le pastis.

Ce soir ce sera dodo avec bercements !

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:34


Honolulu


l’USS Missouri à Pearl Harbor

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:37

Suite ...

Samedi 4 Février 2012 - Jour 38 - En mer

Deliziosa file maintenant vers les îles Samoa situées à 2250 milles de notre position, à une vitesse d’environ 21 noeuds.
La mer est belle, nous avons vraiment de la chance. Hormis le 1er jour au départ de Marseille, où cela secouait fort, nous avons eu des conditions exceptionnelles.

Après le petit déjeuner, Madame Chamadou est allée assister à un cours de cuisine, avec le maître d’hôtel italien du bord.

La température de 26°C est propice à la baignade dans l’une des 2 piscines de Déliziosa.
Nous approchons tous les jours un peu plus de l’équateur et la température continue de monter.

C’est tout pour aujourd’hui !

Dimanche 5 Février 2012 - Jour 39 - En mer

Le soleil qui inonde notre cabine nous a sorti de notre sommeil de façon naturelle. Nous aimons laisser les rideaux ouverts. De notre lit on peut voir ainsi le ciel et la mer, de nuit comme de jour, c’est on ne peut plus agréable.
Et puis les voisins d’en face ne risquent pas de pénétrer notre intimité!
Isolé de toute terre, pas d’oiseaux, pas de bateaux qui croisent par ici: rien, nada.

C’est vrai que notre position babord dans le navire favorise l’exposition par rapport au soleil car il navigue toujours vers l’ouest, avec un peu de sud comme en ce moment ou du nord plus tard.

La température monte toujours, ce doit être les vases communicants avec la France, aujourd'hui nous avons 28°C et nous approchons de l’équateur, notre position se situant à 7° de latitude nord. La mer est un peu plus formée, mais la navigation et toujours aussi agréable.

Ce matin nous profitons de ces moments de répits pour tout remettre en ordre en faisant le tri des photos, des films et les sauvegardes nécessaires.

En fin de matinée, Esculape, l’un des membres de notre groupe, fête ses 70 ans. Il avait prévu en conséquence et nous a offert une coupe de vrai champagne français, bouteilles qu’il a réussit à passer en déjouant l’attention des Costa boys chargés de la sécurité.

Nous nous sommes réunis dans une petite salle à côté du putting de golf. Ambiance bien évidemment conviviale, et qui s’est terminée autour d’une bonne table au restaurant.

Après-midi réservé aux diverses activités qu’offre le bateau, mais aussi lecture ... et sieste pardis! pour être en forme ce soir à la soirée de gala!

Lundi 6 Février 2012 - Jour 40 - En mer

Ce matin, notre tempérament d’un naturel sportif (?) s’est réveillé. On enfile les maillots de bains, direction la piscine où nous prendrons notre petit déjeuner.
Tôt le matin, cet endroit est vraiment tranquille, et puis petit-déjeuner dehors, à l’ombre du soleil équatorial, on se dit que ces instants privilégiés, il faut en profiter.

C’est donc dans l’eau de la piscine que nous franchirons la ligne de l’équateur, quittant ainsi l’hémisphère nord pour entrer dans l’hémisphère sud. Un fête dédiée à Neptune est donnée pou l’occasion autour de la piscine centrale.

De retour à la cabine, j’ai voulu immortaliser l’évènement en prenant un cliché de la position de Déliziosa qui vient tout juste de franchir l’Équateur.

Ensuite, nous sommes allés au théâtre Duse, où il était question des pierres d’Opale. Comment se sont-elles formées, quelles sont leurs caractéristiques, leur extraction, les différents types d’Opale, etc. etc. Cette présentation faite par un Néo Zélandais monté à bord à Hawaï et qui descendra à Auckland était très Intéressante, mais la déconvenue arrive lorsque l’on franchit la porte de la boutique. Les prix affichés en ont refroidi plus d’un !

L’emploi du temps est très chargé en ce Lundi, jugez plutôt:

- 15 heures c’est la siesta, il faut bien garder la forme !
- 16 heures plouf plouf dans la piscine du pont n° 9. Nous choisissons toujours cette piscine, car plus calme, sans musique qui finit par vous taper sur le système. •17 heures c’est le thé,
•18 heures on retourne à la cabine pour se changer
•19 heures 30 Spectacle de variété au théâtre Duse,
•20 heures 30 Dîner
•22 heures 30 à jusqu’à plus d’heure, c’est le choix entre les différents orchestres qui se produisent dans les salons.
Sans oublier la traditionnelle et quotidienne surprise de minuit: ce soir buffet de tapas (pour ceux qui ont encore faim...)

Quand je vous dis qu’on arrête pas !

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:40

Suite ...

Mardi 7 Février 2012 - Jour 41 - En mer

Qu’il est grand cet océan Pacifique!

Cela fait 8 jours et demi de mer depuis San Francisco que nous faisons route ver l’ouest (déduction faite de l’escale à Hawaï) sans pour autant le quitter.
C’est le plus grand océan de la planète, jugez plutôt:
Superficie 166 241 700 km2 (300 fois la France!) sa profondeur maximale est de 10 016m (autre record).
Le sentiment de solitude est plus important ici qu’en Atlantique. Bien que la navigation se fasse au milieu des îles polynésiennes, celles-ci sont trop éloignées les unes des autres pour que l’on puisse les voir. Non pas comme aux Antilles où il est fréquent de voir l’île suivante.

Ce matin nous avons renouvelé notre stage piscine, vers les 8 heures, le décalage horaire nous a aidé en nous donnant gentiment une heure de plus en cours de nuit.

Nous sommes tout près maintenant de la ligne de changement de date que nous franchirons Jeudi 9 février 2012.
Jusqu’à présent personne ne nous a clairement expliqué ce qui se passera.
Allons nous perdre une journée ? ou seulement quelques heures ?
Des passagers natifs du 9 février voient déjà leur gâteau d’anniversaire passé à l’as!

Ce matin nous sommes allé à la conférence traitant des îles Samoa. Tout d’abord l’île de Tutuila où nous accosterons fait partie des Samoa américaines, ne pas confondre avec les Samoa indépendantes .

C’est une toute petite île qui a su garder son identité polynésienne, malgré son rattachement aux USA.
Elle est très peu visitée, en particulier par les français qui préfèrent, et c’est normal, la Polynésie française.

On vous racontera ça en détail.

Mercredi 8 Février 2012 - Jour 42 - 15 ème escale - Pago Pago - Île de Tutuila - Samoa - U.S.A.

Que c’est beau!

Ce sont les premiers mots qui nous viennent.

Déliziosa glisse doucement vers son quai d’accostage. Il est 7 heures, comme à chaque arrivée de port nous sommes sur le pont, heu..., pardon, le balcon pour assister à la manoeuvre.
Nous sommes au fond d’une baie de toute beauté, qui ne laisse même pas entrevoir le passage vers la mer. C’est vert tout autour, la végétation est très dense, criques, plages, montagnes, cocotiers: tout y est.
La bonne nouvelle, c’est aussi l’habitat, de type traditionnel polynésien, qui n’est guère développé et qui se cantonne aux bords de mer. Gageons que dans 20 ans tout sera bétonné.

Tout petit le quai ! Deliziosa «déborde de 100m devant et 100 m derrière.

Vite on sort !

Nous nous engouffrons dans une sorte minibus fait d’un châssis de gros 4X4 sur lequel est posé une caisse en bois comportant des bancs pour s’assoir et des fenêtres ouvertes. Tout est pour le moins rustique, pas de clim, mais je dois avouer que malgré les 32°C que nous avons connu aujourd’hui, nous n’avons jamais eu trop chaud grâce à la ventilation naturelle du bus et au bois qui n’emmagasine pas la chaleur comme les tôles de nos voitures.

Destination un village situé au bout de l’île resté authentique tant par ses maisons, que par ses traditions culinaires.
En passant nous ferons un arrêt au «pot de fleur» devenu le symbole de l’île et qui figure sur toutes les plaques d’immatriculation. Quelques arrêts pour admirer de beaux points de vue et croyez moi, ils ne manquent pas!

Arrivé à destination, nous prenons le temps de nous promener au travers de ce village pour découvrir la culture samoane. Leurs us cet coutumes tendent à disparaître peu à peu, au profit de la civilisation américanisée dont ils dépendent. D’ailleurs, tous regrettent, jeunes compris, les années passées, où la nature omniprésente et leur culture maori définissaient leur quotidien.

Nous tenons à préciser, que rarement nous n’avons connu un peuple aussi souriant, gentil, prévenant, calme.

Nous pourrions parler longuement de ce peuple qui nous a franchement séduit, de ces deux soeurs vahinés qui nous ont guidé au cours de ce périple, répondant gentiment à nos interrogations, de ces policiers en «jupe» qui vous saluent et se laissent photographier, toujours avec sourire, de ces pirogues qui s’entrainent le soir en vue de la prochaine compétition de dimanche, de ces églises omniprésentes, de toutes ces tombes au milieu des jardins, les polynésiens tiennent à garder leurs morts avec eux, et tant de choses que nous avons eu à peine le temps de découvrir, mais sans ce tour du monde aurions nous été une fois dans cet île des Samoa ? Je ne pense pas, aussi c’est un souvenir précieux que nous garderons en nous.

À regret nous devons quitter cette petite île habitée et située la plus à l’ouest de notre planète.

Deliziosa s’éloigne lentement du quai, direction les îles Fidji.

Entre temps nous aurons franchi dans quelques heures l’anti méridien. Au passage nous reculerons d’une heure et nous changerons de jour. Alors nous serons le 9 ou le 10 ? Devons nous vous dire à demain, ou à après-demain ?

Ce sera la surprise, promis on vous dira tout, mais sachez que cela n’est pas aussi évident que cela!

Alors patience et ... à ..... vous verrez bien !

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:42






_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:43

Suite ...

Vendredi 10 Février 2012 - Jour 43 - En mer

Voilà: vous avez la réponse.

Nous n’avons pas eu de 9 février, les passagers nés ce jour là n’auront pas leur gâteau d’anniversaire à table, avec chants, Proseco et tout le tralala !

Nous étions à l’ouest de vous (sans jeu de mots, hein ! quoi que ...), maintenant nous sommes à votre est.
En fait la journée que nous «perdons» nous la récupérons heure par heure, à chaque changement de fuseau, jusqu’à totaliser 24 heures, soit cette fameuse journée.

Un peu d’information:

La ligne internationale du changement de date est une ligne imaginaire sur la surface du globe instituée en 1884, qui suit en grande partie le 180° méridien. Chaque nouvelle date commence à être comptée à partir du versant ouest de celle-ci, traversant par la suite les différents fuseaux horaires d’Est en Ouest.
Au moment duquel, par exemple, le fuseau horaire centré sur la ligne de changement de date arrive à l’heure 00:00, à l’ouest de la ligne il sera le 10 février, alors qu’à l’Est de celle-ci il sera le 9 février. Qui voyage de l‘Asie vers l’Amérique, doit compter la même date 2 fois, (celai plairait surement aussi à Édouard) tandis que dans la direction opposée, il faut sauter 1 jour.

Bon pour le reste, c’est une journée en mer comme vous commencez à connaître.

Ce matin nous sommes allés écouter toutes les explications dont nous aurons besoin pour notre prochaine escale à Suva aux îles Fidji.

Cette réunion a été suivie par la découverte des perles du pacifique. Aïe, aïe, dur, dur, le tour aux boutiques qui a suivi. Formidable, je m’en suis bien tiré ! Même pas mal !

Nous avons arrosé ce non évènement sur notre balcon avec quelques amis.

Cette fois-ci nous devions avoir 2 jours de mer pour rallier Suva, et bien Mister Méridien a donné des ailes à Deliziosa, puisque nous aurons fait l’économie du 9.

Samedi11 Février 2012 - Jour 44 - 16 ème escale - Suva - Île de Viti Levu - FIDJI

Les escales se suivent et ne se ressemblent pas, je vous l’ai déjà dit et cela se vérifie encore aujourd’hui.

À l’aube naissante Déliziosa glisse dans une mer d’huile, le pilote a de la chance aujourd’hui, pas besoin de cascade dangereuse pour gagner le bord. Le pilote du port est celui qui prend les commandes du navire pour le mener à son quai. Il connait parfaitement le plan d’eau, les passes, les courants, les bancs de sable (ici ils sont légion) et tous les pièges à éviter pour accoster sans encombre. C’est une procédure obligatoire dans tous les ports du monde. Pour nous cela fait parti du rituel des arrivées.

Mais la mauvaise nouvelle c’est la pluie! Nous sommes dans la zone tropicale de l’hémisphère sud, les saisons sont donc inversées, et nous sommes en pleine saison des pluies. D’ailleurs un cyclone vient tout juste de passer entre les îles Fidji et la Nouvelle Calédonie. Il est parti vers le sud. Ouf on ne le verra pas !

Puisque les escales ne se ressemblent pas les unes aux autres nous avons voulu changer nos habitudes touristiques.

Partant du principe que toutes les îles de Polynésie, rivalisent de plages paradisiaques avec sable blanc, eaux turquoise, cocotiers, etc. etc., notre île de Viti Levu, la principale des 332 îles qui composent les Fidji, ne déroge pas à cette règle.

Aussi nous sommes partis à l’intérieur des terres... en pirogue!

Nous avons remonté la rivière Navua avec quelques sueurs froides au passage des quelques rapides que nous avons franchi. Ce fut une extraordinaire navigation qui a duré environ 1 heure. Les berges sont envahies par une végétation luxuriante, où quelques maisons faites de bois colorés et de tôles se détachent. Nous croisons des pêcheurs, des écoliers qui rentrent à la maison ... en radeau. Des vaches paissent tranquillement sur le bord de la rivière, pas stressées mes belles !

Nous arrivons enfin au but de cette ballade: les cascades.
Semblable à toutes les cascades, me direz vous, oui mais celle là, son eau est chaude et invite à la baignade avec douche multi-jets garantie. Quelques uns ne se sont pas fait prié pour ploufer (expression de notre petit-fils) dans son eau.

Au retour, nous faisons escale dans un petit village Fidjien composé de quelques familles seulement. Ils vivent encore d’une façon traditionnelle. C’est ici que nous assisterons à la cérémonie du kava, suivie d’un déjeuner.

La cérémonie du kava est un rituel ancestral fidjien, qui a pour objet de souhaiter la bienvenue aux voyageurs, aux amis qui passent etc.
La cérémonie a eu lieue dans un bâtiment fait de bois, d’une couverture en feuilles de palmiers, et où les côtés sont ouverts. Le sol est couvert de nattes et l’on y accède pieds nus.
Les hommes du village sont rassemblés autour de leur chef, assis en arc de cercle, face aux invités, assis eux aussi, les hommes devant et les femmes derrière. Un chef a été désigné pour représenter les invités, et le hasard a voulu que ce soit le rédacteur de ces lignes.

Ouais, ouais, c’était pas forcément la meilleure place, car il fallait le boire ce f... kava! et au nom de tous ! Certains rigolaient dans leurs moustaches...
On m’avait préparé pour l’occasion, et expliqué quelle devait être mon attitude.
En face de moi le chef, torse nu, vêtu d’un pagne, avec des marques noires sur son visage est assis face à une vasque en bois. Au signal un homme lui apporte de l’eau dans un gros bambou de 1 mètre de long environ, et la verse dans sa vasque.
A ce moment le chef malaxe des racines contenues dans des feuilles de palmier, tout en poussant quelques incantations. Jusque là tout allait bien pour moi, jusqu’au moment où il montre à l’assemblée le «précieux liquide» essoré de ses feuilles de bananier. Vous me croirez si vous voulez, mais pour moi cela ressemblait à une serpillière que l’on essore dans l’eau sale!
Pas engageant tout ça!
Puis vint le moment fatidique tant redouté, il demande à l’un de ses assistant de me servir, dans mon petit bol, fait d’une noix de coco coupé en deux: pas de doute c’est du jus de serpillière!
Enfin il me fait signe, c’est à moi de jouer.
Je m’applique à bien suivre le rituel:
Je frappe une fois dans les mains,
je dis «Bula» (qui veut dire bonjour)
je bois cet excellent nectar d’un seul trait, en souriant, comme on m’avait préciser de le faire
Je frappe enfin trois fois dans les mains et j’ajoute «vinaka» qui veut dire merci (tu parles)

D’autres se sont aventurés à goûter le kava. C’est un gout indéfinissable, avec des accents poivrés.
Le repas qui a suivit s’est déroulé simplement, autour de mets locaux, dont certains étaient délicieux.
Des danses vinrent clore cet agréable moment passé au village.

De retour sur Deliziosa, nous assistons au départ, c’est toujours un moment intense, mais cette fois, tous les fidjiens qui étaient dans les parages, nous ont fait un concert de klaxons, pour les uns, un show de clignotants pour les autres, ou tout simplement des grands signes de la main.

Au revoir Polynésie, on t’aime bien!

Dimanche 12 Février 2012 - Jour 45 - En mer

Le dimanche c’est la grasse matinée, en principe, car avec le nouvel horaire et bien notre nuit a été amputée d’une heure. Ce que beaucoup ne comprennent pas: comment peut-on avancer d’une heure en faisant route vers l’ouest?

Deux solutions possibles:•le fuseau horaire de la Nouvelle Zélande, qui à l’instar de la France n’est pas calé sur le méridien géographique,
•une erreur de Costa ... peu probable... mais avec les italiens tout est possible.
Quoiqu’il en soit nous profitons de ces moments de répit que nous offrent les journées en mer pour remettre de l’ordre dans nos affaires, ainsi qu’au classement des photos et des films.
Nous continuons notre route au sud-ouest vers la Nouvelle Zélande, que nous atteindrons le mardi 14 février.
Auckland sera notre première escale néo-zélandaise.
Je vous passe les occupations traditionnelles du bord, lorsque nous sommes en mer, pour vous relater seulement des faits inhabituels.
Beaucoup de nos amis qui font également un journal de bord, mettent ces deux mots «en mer», personnellement je trouve cela un peu réducteur.
Parmi les nouveautés que nous avons découvert, il y a la chocolaterie. Nous avons longtemps résisté à son odeur envoutante, lorsque nous passions par là, mais un après-midi de croisière, nous avons craqué et dégusté un délicieux chocolat chaud, bien noir, bien épais très long en bouche. Excellent moment que nous renouvellerons.

Pour terminer la soirée, nous avons dîné au restaurant «Le Club Deliziosa» où nous avons dégusté un excellent repas.

Voilà de quoi préparer une excellente nuit!

Lundi 13 Février 2012 - Jour 46 - En mer

La nuit fut agitée, très agitée. Le vent, même s’il n’est pas très fort (60 kms/heure) souffle par le travers, et fait giter (pencher) légèrement Deliziosa sur le côté bâbord, en agissant sur ses superstructures imposantes.

On pourrait comparer les mouvements incessants du paquebot, à un voyage en train couchette.
En effet lorsque les stabilisateurs du navire sont en place, les mouvements amples et réguliers du roulis et du tangage, deviennent beaucoup plus courts et saccadés. La contrepartie est de permettre une déambulation plus aisée, en particulier, au moment des repas, de faciliter le travail des serveurs et d’assurer un meilleur confort.

Dans la nuit, ces stabilisateurs sont rentrés, car la vie à bord est réduite, pour permettre ainsi une vitesse supérieure tout en diminuant la consommation de fioul.

Nous sommes maintenant à 24 000 Kms de la France, soit le point le plus éloigné. Jusqu’à Wellington, capitale de la nouvelle Zélande, nous serons aux antipodes.

Ensuite nous prendrons le chemin du retour, puisque nous arriverons à la moitié de notre périple, et chaque mille effectué nous rapprochera de la maison.

La température a sensiblement baissée, il fait 21°C actuellement. On ne se plaint pas non plus !

Nous avons également franchi pour la première fois le tropique du capricorne. Ce qui nous a valu un beau tampon sur notre carte «tour du monde» qui nous a été offerte au départ de Marseille. Cette carte portera, lorsque nous aurons terminé le tour du monde 6 tampons:

Le départ,
Le méridien de Greenwich,
Le tropique du cancer,
l’Équateur,
Le tropique du capricorne,
Les 7 mers (lorsque nous aurons bouclé la boucle.

Mais c’est pas encore pour demain,

À suivre donc ...

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:44

Suite ...

Mardi 14 Février 2012 - Jour 47 - 17 ème escale - Auckland - NOUVELLE ZÉLANDE

En ce jour de Saint Valentin, je pense que toutes les dames ont été comblées par leur maris ou compagnons !

Et pour nous? Vous voulez savoir?
Bon, et bien j’ai offert à mon Épouse une journée de promenade à Auckland...

C’est en plein centre ville, à deux pas des commerces que Déliziosa s’est amarré ce matin.
Partant à 8 heures 15 nous n’avons pas chômé pour être à l’heure.
Nous commencerons la visite d’Auckland par l’île de Devonport située à quelques kilomètres du centre ville.

Ce qui frappe tout d’abord, dès que nous avons foulé le sol néo-zélandais, c’est le calme, la propreté, les maisons chics «so british» sans clôtures, les immeubles de verres et d’acier, les voiries en parfait état, et enfin la richesse qui se dégage.
Visiblement le niveau de vie est beaucoup plus élevé qu’en France, et tranche avec les dernières escales polynésiennes.

Devonport est la station balnéaires des «aucklandais». L’habitat est traditionnel, souvent en bois style colonial et toujours coquet. Les boutiques, restaurants, et tout ce qui fait l’animation d’une station balnéaire sont présents.

Il faut préciser que février est la période des vacances, c’est l’été (cela correspond à peu près au mois d’août pour nous). Partis depuis un mois et demi, presque toujours au soleil, dans des pays tropicaux où il fait chaud toute l’année, on ne peux pas dire que l’on ressent une période de vacances, par contre ici, oui.

Sur le chemin nous faisons plusieurs arrêts, dans la forêt et dans la campagne. l’expression «une ville à la campagne» prend tout son sens ici. Il y a beaucoup d’espèces endémiques, de par l’isolement et la situation géographique de la Nouvelle Zélande. Un arbre retient plus particulièrement notre attention: c’est le kauri. C’est un bois très dur qui servait pour la fabrication des bateaux. Il présente un aspect assez parfait, droit et sans noeuds.
Nous faisons connaissance avec les célèbres fougères, qui peuvent atteindre une hauteur de 10 mètres, elles sont avec le kiwi, cet oiseau au long bec et qui ne peut pas voler, le symbole de la Nouvelle Zélande.

Petit tour sur la plage, d’où nous avons un joli panorama sur le centre moderne d’Auckland, et hop, retour au centre pour monter dans la Sky Tower. D’une hauteur de 328 mètres elle est la plus haute construction de l’hémisphère sud.
La rapidité avec laquelle nous sommes monté est impressionnante! quelques secondes, en tout cas largement moins d’une minute.
Impressionnant aussi le plancher en verre de l’ascenseur !
De là haut la vue sur la baie d’Auckland est magnifique, nous y resterons un bon quart d’heure, pour prendre quelques clichés et films, facilité par le plancher partiellement ... en verre.
Atteint par le vertige, j’ai particulièrement apprécié le retour sur le plancher des vaches.
D’autres plus téméraires avaient la possibilité de descendre dans le vide au bout d’un câble. Nous avons vu le dispositif: coeur sensible s’abstenir.

13 heures, nous laissons le bus rejoindre le bateau et nous continuons à pied en plein coeur de la ville.

C’est toujours agréable de se balader ainsi. C’est une bonne manière de s’inspirer de la ville et de l’ambiance.
Vu l’heure, nous avons un petit creux, nous nous engouffrons dans un Mac Do. Je sais, je sais, les enfants, nous entendons d’ici vos remarques ! Que voulez vous, tous ces jours de bateau ont du nous changer. Et puis c’était bon, na!
Nous faisons ainsi un peu de shopping, puis nous prendrons un bus pour faire un tour de ville, du côté où nous n’étions pas allé.
Dans tous les quartiers que nous avons traversé, nombre de maisons étaient décorées du drapeau national, ainsi que de celui des All Blacks. Ici le rugby c’est une religion, les All Blacks en sont les dieux. Tout le pays est derrière son équipe: c’est frappant.
Le bateau est aussi la deuxième passion des néo zélandais. on en dénombre pas moins de 135 000, oui vous avez bien lu 135 000 dans les environs d’Auckland. Ce n’est qu’une succession de marinas, de ports, de criques avec mouillages, à perte de vue.
Pour l’essentiel ce sont des voiliers. Nous avons même eu l’occasion de passer devant le bassin où étaient installés les bateaux de la coupe de l’America. Quand on voit tout cela, on se dit qu’il est tout à fait normal que ce soient les kiwis qui réussirent à ravir la coupe aux américains.

Très belle journée donc et très bonnes impression sur Auckland et les néo zélandais.

L’essai a été marqué aujourd’hui, reste la transformation qui aura lieu jeudi!

Mercredi 15 Février 2012 - Jour 48 - En mer

Nous avons quitté Auckland hier à 19 heures, Déliziosa s’est frayé un chemin parmi tous les bateaux de sortie, depuis le kayak jusqu’au gros motor yacht en passant par le voilier. Le plan d’eau encastré dans des côtes verdoyantes et vallonnées était tout simplement magique. Auckland est appelée également Sails City. Ici on dit qu’il y a plus de bateaux que d’habitants. Voilà pour clore ce chapitre.

Nous descendons toujours plus au sud et atteignons les 40 èmes. C’est la première fois que nous descendons si sud, dans cet hémisphère. La température est descendue à 19°. Demain nous atteindrons Wellington la capitale la plus au sud du monde. Nous longeons actuellement les côtes de Nouvelle Zélande. Cela nous change de l’immensité des océans que nous avons traversé. Nous approchons maintenant de la moitié de notre périple (en distance et en durée). La seconde moitié se fera beaucoup plus proche des côtes.

Du point de vue sanitaire, c’est une sécurité pour nous. En effet une personne a dû être évacuée du navire avant hier. Il a fallu attendre que les 2 hélicoptères (l’un assurant la sécurité de l’autre) soient dans leur rayon d’action.

Sur le pont arrière, à proximité immédiate de la piscine, tout a été démonté et les passagers évacués pour permettre l’hélitreuillage.

La manoeuvre a été effectuée avec une précision extrême, au beau milieu du «H» dessiné à l’endroit adéquat.

Depuis le début de ce tour du monde, nous avons eu à déplorer des évacuations sanitaires aux différents ports, mais également, et c’est beaucoup plus triste, des personnes qui sont partis pour un autre monde.

L’âge moyen des passagers, fait qu’il y a beaucoup plus d’incidents voire d’accidents, et l’infirmerie ne désemplit pas.

Bon, on ne va pas être pessimiste hein!
D’autant que depuis ce matin la mer est d’huile, seuls quelques dauphins et oiseaux viennent à troubler le calme de cet océan encore pacifique. On aimerait voir ce spectacle tous les jours. C’est merveilleux et captivant, on ne s’en lasse pas.


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:46

Suite ...

Jeudi 16 Février 2012 - Jour 49 - 18 ème escale - Wellington - NOUVELLE ZÉLANDE

Comme chacun le sait, (la géographie étant une spécialité française ...) Wellington est la capitale de la Nouvelle Zélande. Son nom en Maori fut débaptisé pour porter le nom du Duc de Wellington, vainqueur de Napoléon à Waterloo. C’est d’ailleurs au quai Waterloo, que Déliziosa a accosté ce matin. Les querelles d’antan ont la peau dure!

C’est un petit 14° qui nous accueille ce matin avec un temps couvert, brrrr, on a perdu l’habitude!
Tout le monde a été unanime pour se réjouir qu’il ne pleuve pas. C’est vrai qu’il fait 200 jours de soleil par an, soit 165 jours de pluie quand même.

Ce matin, nous décidons de quitter tout de suite la ville pour aller à Pencarrow situé à la pointe extrême sud de l’Île du Nord. En effet les 2 principales îles de Nouvelle Zélande s’appellent l’Île du Nord, et pour l’autre je vous le donne en mille: l’Île du Sud.
Nous ne regretterons pas notre choix, c’est tel que l’on s’imaginait: des collines couvertes d’une végétation rustique, propice à la vie des moutons qui sont ici en liberté. On en dénombre 40 millions pour une population néo zélandaise de 4 millions.
Les côtes sont déchiquetées, avec de nombreux rochers. Dangereuses, 65 navires sont venus s’échouer à l’entrée du détroit de Cook, passage que nous allons emprunter en quittant Wellington pour Sydney, passant par la même occasion de l’océan pacifique à la mer de Tasmanie, réputée pour être difficile.

Nous longeons cette côte pendant environ une heure. Le paysage et la lumière sont extraordinaires. Soudain la route s’arrête, le chauffeur descend, ouvre une barrière, redémarre, et nous continuons ainsi sur une dizaine de kilomètre par une petite route non goudronnée, dans une propriété de 800 hectares, appartenant à un éleveur de moutons.

Nous passons devant le plus ancien phare de Nouvelle Zélande, construit pour éviter l’échouage des navires, mais apparemment cela n’a pas suffit. Quelques carcasses de coques de navires en acier, rouillent à l’abandon.
Des bois flottés jonchent la grève, parfois ils sont entassés méthodiquement ou certains morceaux sont sculptés: c’est l’oeuvre de maoris qui aiment à donner vie à ces objets inertes.

Enfin nous arrivons au terme du chemin. Nous sommes accueillis dans un magnifique Lodge, où collations et petits gâteaux nous sont offerts.
Puis nous assistons à une démonstration de chiens de berger aux prises avec un troupeau de moutons.
C’est très captivant et incroyable de voir ces chiens qui obéissent au coup de sifflet. Il existe 2 types de chiens, ceux dressés pour garder le troupeau dans un endroit précis, les autres destinés à les faire avancer. Le berger peut ainsi les faire aller vers la gauche, vers la droite, les immobiliser, comme des jouets téléguidés.
Efficaces les toutous, mais certains moutons garderont un souvenir pinçant aux chevilles !

Nous regagnons le bord, avec un ciel bleu, et une température en hausse.

L’après-midi nous la consacrerons à rester en ville. Wellington est une petite capitale de 180 000 habitants, 360 000 si on y ajoute la banlieue.
Elle est à échelle humaine, et très agréable. S’y promener est un réel plaisir, les gens sont calmes, la ville peu bruyante et peu polluée, les rues commerçantes possèdes de belles vitrines, bref on s’y sent bien tout de suite. Unanimement toutes les personnes avec qui nous avons échangé nos impressions, vous le diront: c’est une ville où nous pourrions y vivre sans difficulté.
Nous nous dirigeons vers le «cable car», en réalité un funiculaire reliant «down town» au jardin botanique. Nous débouchons alors sur les hauteurs de Wellington, d’où nous admirons la vue panoramique. Quelques photos, visite au musée du «cable car», déjà il faut regagner le bord.

Déliziosa appareille à 19 heures. Nous regardons le paysage qui se déroule sous nos yeux, d’autant que nous sommes très proche de la côte. Nous «tournons» à droite (virons sur tribord pour les puristes) pour nous engager dans le détroit de Cook.

Bye bye New Zealand, nous avons aimé Auckland, nous avons adoré Wellington, l’Australie est maintenant devant l’étrave, adieu kiwis, salut les kangourous !

Le parlement néo zélandais surnommé "La Ruche" pour sa forme, mais aussi pour le bruit et l'agitation intérieure !

Vendredi 17 Février 2012 - Jour 50 - En mer

Ça y est, nous sommes au début de la seconde moitié de notre tour du monde. Chaque mille parcouru nous rapproche de la maison.
Nous avons encore plein d’images dans la tête de cette Nouvelle Zélande, vraiment attachante et à la nature généreuse. Savez vous que les paysages à proximité immédiate de Wellington, ont servi de décors pour des films tels qu’Avatar, le Seigneur des Anneaux, et récemment le dernier Tintin. D’ailleurs le réalisateur d’origine canadienne Cameron, vient d’acheter une propriété à côté de Wellington. Ici on parle même de Wellywood, c’est vous dire!

Bon, assez rêvé, il faut penser aux prochaines escales australiennes.

Justement ce matin nous devons accomplir les formalités d’entrée sur le territoire australien. Pour ce faire, 4 personnes des services de l’immigration d’Australie ont embarqué à Wellington.

Nous nous présentons à eux munis de notre passeport, de notre formulaire Esta, de l’accusé de réception par courriel dudit formulaire (pièce qui nous manquait à Marseille) de la fiche d’entrée sur le territoire australien dûment remplie .... ouf!
Nous pensions sincèrement attendre plus d’une heure comme ce fut le cas devant les autorités états-uniennes.
Il n’en fut rien ! Pas de cow-boys imbus de leur petite personne cette fois. Mais des gens extrêmement sympathiques, avec qui nous avons pu échanger quelques mots. En effet l’une d’entre elle était d’origine mauricienne, lorsqu’elle a vu le tampon figurant sur notre passeport, elle a aussitôt embrayé la conversation.
Bref en moins de 5 minutes tout est bouclé.
Chapeau bas, à l’administration australienne, un bel exemple à suivre pour d’autres pays (notez que je ne donne pas de nom...)
Ils ont bien mérité ces 3 jours de croisière en notre compagnie!

Voilà pour la matinée, je sais, je sais, c’est peut-être pas beaucoup, mais vous savez avec l’âge ....

Ensuite emploi du temps traditionnel, avec une soirée carnaval ce soir (!?)

Samedi 18 Février 2012 - Jour 51 - En mer

Après les festivités d’hier soir, le carnaval que nous avons fêté en même temps qu’à Venise, et l’anniversaire d'un français d’origine italienne qui partage notre table le soir, il n’était pas très tôt quand nous avons pris notre p’tit dej.

C’est pourquoi la conférence de 10 heures arriva vite.

Il était question des diverses possibilités qui s’offrent à nous pour visiter de Sydney. Elles sont nombreuses, cette découverte de Sydney et des environs paraît prometteuse.

Nous y resterons deux jours et demi.
Dans un premier temps Déliziosa jettera l’ancre au beau milieu de la baie de Sydney, et regagnera ensuite le quai situé en plein centre ville vers 22 heures. Le spectacle d’arrivée risque d’être prometteur, d’autant que, contrairement à d’habitude, elle aura lieu vers midi. Souhaitons que le soleil soit également de la partie!

Nous descendrons donc en chaloupe, ça ne nous dérange pas, nous on aime bien.

Le premier soir nous rentrerons vers 23 heures, et les deux jours suivants nous partirons tôt le matin pour toute la journée.
Il y a tant de choses à voir ici, que nous voulons en faire un maximum.

Frédéric Mathieu nous informe des diverses possibilités offertes par Sydney

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:47

Suite ...

Dimanche 19 Février 2012 - Jour 52 - 19 ème escale - Sydney - AUSTRALIE

Enfin vint le moment tant attendu: l’arrivée dans la baie de Sydney. Faut dire que nous sommes particulièrement gâtés car nous entrons aux alentours de midi, sous un soleil radieux, dans la magnifique baie de Sydney, réputée pour être le plus grand port naturel du monde.

Vous dire quelle est la plus belle entre San Francisco, Auckland, Wellington et Sydney serait bien difficile!

Le fait d’avoir attendu tant de jours, traversé tant de mer, en avoir tant rêvé, donne à cette arrivée toute la valeur quelle mérite. Et puis des bateaux, des bateaux, de partout, de toutes les directions, à voile (largement les plus nombreux) mais aussi à moteur. C’est dimanche, et cela donne l’impression que tout le monde est sur l’eau. Tous nous lancent des ohé! des vivas!, welcome in Australia!, mais quel accueil! quel accueil!

Et ces bateaux, de toute beauté! la plupart flambants neufs ! des unités énormes, même des classe America avec la célèbre aiguière marquée en tête de grand voile, des 40er aux voiles démesurément grandes, filant à des vitesses complètement folles, des goélettes anciennes, des bateaux avec roue à aubes, des traversiers, et même des hydravions.

Nous restons peut-être ainsi pendant 2 heures, scotchés comme des enfants devant une boutique de jouets. Il est difficile de vous rendre compte de l’ambiance et du décor.

Et surtout cet opéra magnifique fruit d’un coup de crayon de génie de son architecte danois. Chef d’Oeuvre d’architecture, mais aussi défit technologique. Savez-vous par exemple qu’il a fallu 3 ans pour mettre au point les tuiles qui le recouvrent ?

Nous sommes actuellement à l’ancre, car la place à quai est prise, nous accosterons ce soir après 21 heures.

C’est donc en chaloupe que nous descendons en fin d’après-midi.

Si le port de Sydney est spectaculaire de jour, il est à couper le souffle de nuit ! Nous avons embarqué dans un bateau restaurant style théâtre, à roue à aubes, pour un dîner-croisière dans la baie de Sydney. Nous avons navigué le long des rives qui offrent un spectacle enchanteur. De temps en temps un groupe arborigène animait la soirée au son d’un instrument à vent produisant une «musique» sur une seule et même note: bizarre.

Nous regagnons Déliziosa, et avons à cette occasion l’agréable surprise de constater qu’il est idéalement situé, en plein coeur de Sydney, entre les deux symboles de la ville: l’Opéra et le Grand Pont qui enjambe les deux rives de la baie.
Puisqu’un plaisir ne vient jamais seul, de notre cabine nous avons vue imprenable et en gros plan sur l’Opéra. Je ne sais pas s’il existe à Sydney un hôtel aussi bien placé !

C’est en admirant cet édifice depuis notre lit que nos paupières se referment, on ne peut faire plus beau rêve, sauf que là, c’est la réalité !


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Récits de Voyages aux quatre coins du monde  :: Les récits de nos voyages :: Vos récits de voyages-
Sauter vers: