Récits de Voyages aux quatre coins du monde
Bonjour et bienvenue sur notre forum, merci de votre participation.
A très bientôt,

Ann et John
Récits de Voyages aux quatre coins du monde

Récits de voyages, conseils, camping-cars, croisières, actualités.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:49






Le Deliziosa idéalement situé entre l'Opéra et le Pont Bien

_________________
Amicalement


Dernière édition par John le Sam 11 Oct 2014 - 16:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:51

Suite ...

Lundi 20 Février 2012 - Jour 53 - 19 ème escale - Sydney - AUSTRALIE

Ce matin excursion à Tobruk Sheep Station situé à environ 100 kms.
En effet lorsque nous somme plusieurs jours au même endroit nous essayons toujours de prendre une excursion hors ville, pour voir le paysage de la campagne, et entrer un peu dans le pays pour «sentir» les choses.
Nous ne fûmes pas déçus. Situé sur un haut plateau qui domine la rivière Hawkesbury, Tobruk est entourée de forêts d’État et de brousse et offre des vues époustouflantes sur les Montagnes bleues. À Tobruk, tout est authentique, il s’agit d’un élevage de 2000 moutons, une partie des locaux ont été adaptés pour permettre la visite, comprendre le métier d’éleveur et tout ce qui fait la vie dans la campagne australienne. Le personnel chaleureux et accueillant nous montre ce qui fait de l’Australie un pays spécial, le charme des bâtiments rustiques, la maréchalerie et les machines agricoles, la chaleur du feu de camp des bergers sur lequel ces derniers font infuser le thé dans une boîte de conserve (le fameux billy tea) et cuire le pain typique de la brousse australienne (tamper). Nous aurons également des démonstrations sur divers ustensiles utilisés ici:•Le maniement du waratah, sorte de petite planche que l’on fait tourner très vite au bout d’une ficelle, émettant ainsi, un son, qui se modifie en fonction de la vitesse de rotation. Cela servait aux arborigènes pour communiquer d’un endroit éloigné à un autre.
•Le maniement du boomerang. Il en existe 2 types, l’un pour chasser et tuer (celui-là ne revient pas) l’autre plus ludique est celui qui revient à son point de départ (À condition d’être doué évidemment...)
•Le maniement du fouet, qui lancé en l’air, émet un son comparable à un coup de fusil. Très impressionnant pour le bétail, mais parfaitement inoffensif car la lanière ne touche jamais l’animal.
Mais ce que nous avons préféré par dessus tout c’est la tonte des moutons, telle qu’elle est pratiquée ici. Un homme peut tondre jusqu’à 150 moutons par jour. À voir le mouton se laisser faire, je suppose qu’il y trouve un certain plaisir, et se sent plus léger après. Un peu comme lorsqu’une femme va chez le coiffeur (bon ok, ok, pas terrible la comparaison...)

De retour à Sydney, nous avons profité du temps libre, et que le bateau reste à quai encore cette nuit pour nous balader dans le quartier ancien, The Rocks, un quartier qui a faillit être détruit complètement pour y construire des tours. Une partie de la population de Sydney s’est mobilisée activement, et le quartier a été épargné.

L’emplacement de Déliziosa est décidément idéalement situé, car les Rocks sont à 100 mètres.

Ce quartier, d’inspiration anglaise, essentiellement bâti avec des briques, regorge de bistrots, de boutiques anciennes, d’anciens entrepôts etc. C’est très animé, il y a beaucoup de jeunes ... et de touristes.

C’est le seul quartier historique de Sydney, aussi la population y est très attachée. On se sent en Europe, ce qui fait contraste avec la cité ultra moderne toute proche.

Nous rentrons à bord vers 19 heures, contents de rentrer «chez nous» eh oui, c’est comme ça que l’on surnomme notre cabine.

Ce soir nous aurons encore le spectacle de l’opéra illuminé, c’est à regretter de s’endormir, pourtant il va falloir, car demain, ce sera une très grande journée, mais en ville cette fois.

Mardi 21 Février 2012 - Jour 54 - 19 ème escale - Sydney - AUSTRALIE

Journée au pas de course, nous allons faire un tour de ville, et essayer de voir un maximum de choses en un minimum de temps. Une ville comme Sydney mérite plus que ces 2 jours et demi, mais tout de même nous sommes très contents d’y être, d’autant qu’il est peu probable que nous y serions allés.

Un peu de pluie éparse nous accueille pour le début de l’excursion. Nous commençons par la tour de Sydney, où la plateforme d’observation est située à 260 mètres. Pour y parvenir 3 ascenseurs rapides nous y amène en 40 secondes, mais on ne sent ni accélération, ni décélération. La tour fait 309 mètre de haut et date de 1981. 56 câbles stabilisent la tour (moi je dirais plutôt haubans, mais c’est vrai qu’il ne s’agit pas d’un bateau). La vue est bien entendu magnifique, on peut voir jusqu’aux Blue Montains, mais avec ce temps pas top, on ne verra guère plus loin que la baie de Sydney. Cette fois, contrairement à la tour d’Aukland, pas de sensation de vertige.

Nous filons ensuite à Bondi Bay, l’une des plages à la mode. On dénombre pas moins de 55 plages à Sydney!
On n’a pu s’empêcher de faire trempette avec les pieds, malgré la météo peu engageante.

Le déjeuner aura lieu à bord d’un bateau (on s’en lasse pas) qui fera un tour dans la baie, pendant le repas. Ce fût convivial et distrayant.

Début d’après-midi, nous passons par le domaine Macquaries, magnifique parc situé en bord de la baie de woolloomoolo (amateurs de scrable, voilà un mot à retenir si vous avez 7 «o» qui vous encombrent, le langage aborigène, ça ne s’invente pas) et face à l’opéra, où de nombreux étudiants, employés, et autres viennent entre midi et deux pratiquer le jogging. C’est Mrs Macquaries qui a donné le nom à ce parc. Cette anglaise qui a dû suivre son mari nommé gouverneur de la région de Sydney, se languissait de l’Angleterre. Elle écrivait à ses amis à Londres, mais, à cette époque une lettre mettait 9 mois pour arriver, si on ajoute le temps nécessaire pour la réponse, c’est plus d’un an et demi qu’il fallait attendre !
Son mari fit tailler dans le rocher, un banc situé face à l’océan, pour qu’elle puisse ainsi se rapprocher par l’esprit de sa terre d’origine. Les australiens ne comprirent jamais comment pouvait-on préférer la pluie et la grisaille au climat australien.

Enfin, nous avons visité l’Opéra de Sydney. Quelle apothéose ! C’est de loin ce qui nous a le plus marqué.
Je dirais qu’il est le parfait symbole de ce que représente, à nos yeux, l’Australie.

Dans la première moitié du 20ème siècle, il a été demandé au Maire de Sydney, la possibilité d’ériger un bâtiment d’opéra, car ni Sydney, ni l’Australie n’en possédait, contrairement à la plupart des pays du monde.

Le Maire accepta l’idée, et un concours d’architectes fut lancé.
Le projet du danois Jørn Utzon a été retenu. C’était le seul qui avait positionné les 2 bâtiments face à la mer.
La forme du projet, se démarque par rapports aux autres projets parallélépipédiques classiques, ce qui a finit de convaincre le jury.
La décision était d’autant courageuse, qu’à ce moment personne ne savait comment construire cette oeuvre ni le coût que cela représentait.
Il est bon, de temps en temps, que les hommes sacrifient la sacro-sainte rentabilité pour pouvoir laisser des oeuvres artistiques à ceux qui nous succèdent.
Le père de Jørn Utzon était architecte naval, il a peut-être influencé son fils qui a voulu créer un bâtiment rappelant la conception d’une coque de bateau pour l’intérieur, et de ses voiles pour l’extérieur.
Lors d’une première réunion de travail, Jørn Utzon pour expliquer son projet, pris une orange, découpa quelques quartiers qu’ils disposât sur la table. L’Opéra de Sydney était ainsi représenté.
Une entreprise australienne trouva la solution pour la construction au moyen de pièces de béton préfabriquées, et assemblées telles un Légo géant.
Aucun poteau à l’intérieur. Nous avons l’impression de rentrer dans une cathédrale !
2 salles principales:
La salle d’Opéra d’une capacité de 1547 places, la salle de concert 2679 places,
puis les salles annexes:
Le théâtre 544 places, la salle de spectacle 398 places, et le studio 324 places.
La sonorité est optimum, chaque siège a été étudié pour répandre le son, comme le ferait un être humain:
Le crâne et les os sont les parties en bois du siège,
Le corps est la partie en tissus au rembourrage très souple.
Ce qui fait que lorsque la salle est vide il n’y a aucune résonance.

Les grandes orgues sont constituées par 10 000 tuyaux ont nécessité 10 ans de construction, et plus 2 ans pour en accorder le son. Depuis sa création, l’accordage se fait sans arrêt, quand on a finit d’un bout on recommence de l’autre.
L’opéra de Sydney emploie 700 personnes, et produit 700 séances par an.

Vous ne verrez aucune photo de l’intérieur, car ces salles étaient toutes en répétition, donc protégées par copyright.

Nous avons eu la chance d’assister à une répétition de l’orchestre symphonique de Sydney. Tapis au fond de nos fauteuils nous nous sommes délectés de cet instant privilégié, conscient de la rareté de cette situation.

En Australie, on a le sentiment que tout est possible pour qui veut oser et entreprendre.

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:54

Suite ...

Mercredi 22 Février 2012 - Jour 55 - En mer

Nous avons quitté la baie de Sydney hier vers 18 heures. Pour rien au monde nous ne voulons rater le départ de cette superbe baie (je ne le répèterai jamais assez).
Quand l’occasion se présente, nous invitons des amis qui n’ont pas la chance d’avoir un balcon.

Nous regretterons le spectacle que nous donnais l’Opéra depuis notre cabine, le soir avant de nous endormir !

Cette fois Neptune n’a pas été clément envers nous, un vent de 40 noeuds, et une mer formée faisait «danser» Deliziosa. Impossible pour le pilote de rejoindre son bateau après plusieurs tentatives dans cette mer pas très maniable. Déliziosa a alors pratiquement stoppé, s’est mis en travers du vent, ce qui a eu pour effet de le faire giter (pencher pour les éléphants ...) le bateau du pilote est passé sous le vent du paquebot et a ainsi pu embarquer.

Cap sur Melbourne surnommée «La Merveilleuse», que nous atteindrons demain.

Nous avons découvert une partie des trésors qu’elle contient, en nous rendant ce matin à la conférence de Frédéric Mathieu.
La ville parait également très prometteuse. Nous aurons deux excursions, l’une le matin, l’autre l’après-midi.
Nous vous en reparlerons.
Pour l’heure, place au classement des photos, des films, de leur sauvegarde... comme d’hab quoi!

Puis après avoir profité des activités que nous propose le bateau, nous nous rendrons à notre nième dîner de gala.

Un peu moins souvent, cela nous conviendrait mieux, mais enfin ... j’ai déjà laissé tombé la cravate, j’ai essayé aussi la veste, mais Mme Chamadou m’a lancé un non catégorique, alors ...

Jeudi 23 Février 2012 - Jour 56 - 20 ème escale - Melbourne - AUSTRALIE

Comment faire deux journées en une?

C’est pourtant ce que nous avons essayé de faire aujourd’hui. Fidèle à notre conception moitié ville, moitié campagne, nous avons fait un tour d’horizon de Melbourne le matin, et la campagne l’après-midi.

Mais d’abord ce fut l’arrivée au port, situé au fond d’une une immense baie. En effet passée l’entrée (à peine plus d’un mille de large), il faut faire 50 milles (92 kms pour les éléphants) dans cette «petite mer intérieure», pour accéder au port. C’est donc une belle navigation longeant un côté de la baie qui s’est offerte à nous, rythmée par le clignotant des balises latérales.

Autre escale, autre décor, c’est au milieu du port de commerce que Deliziosa accoste. Ici point de centre ville, mais tout est organisé pour pouvoir le rejoindre facilement. La ligne 109 du tramway, permet de rejoindre gratuitement le down town.

Melbourne est une ville de 4 millions d’habitants. Capitale de l’état de Victoria, elle est la rivale éternelle de Sydney. Longtemps ces 2 villes se disputèrent pour être la capitale fédérale. Il fut donc décidé carrément de construire une nouvelle ville Canberra situé à peu près à mi-chemin des 2 rivales, et dans un nouveau territoire créé spécialement le T.C.A. (Australian Capital Territory in english). C’est aussi cela la méthode australienne !

Je dirais qu’au niveau du paysage nous avons préféré Sydney, mais que c’est peut-être à Melbourne que nous préfèrerions vivre. Ici la vie culturelle est plus active, la ville est plus animée, avec ses petites rues étroites (the Lands) son nombre records de bistrots et de restaurants, (je ne me souviens plus du nombre) une vie sportive également développée, où ont lieu grands prix de formule 1, de tennis etc. Les grandes entreprises du commerce et de la finance ont leur siège ici, les zones industrielles sont à perte de vue, et le port de commerce est le plus important de l’hémisphère sud. C’est peut-être pour toutes ces raisons, que Melbourne connait un développement plus important que Sydney. Il fut un temps ou la ville comptait 2000 habitants de plus ... par mois! Oui je dis bien par mois.

C’est ce que nous pourrons voir lors de ce tour d’horizon en bus, complété par une promenade sur le fleuve qui traverse Melbourne: le Yarra.
Je ne sais pas pourquoi, mais dès que nous sortons du bateau, on refait encore du bateau !
Enfin là c’était de la navigation fluviale, type bateau «Mouche» mais une mouche australienne. Très agréable et reposant (comme si on avait besoin de repos? je vous entends vous savez!)
Nous ne nous lassons pas d’admirer ces bâtiments ultra design aux formes osées, avec des matériaux nobles, fluides, bref de toute beauté.
Les maisons anciennes au style colonial anglais cohabitent harmonieusement avec les nouveaux quartiers.
Tout est propre, mais vraiment très propre, bien entretenu, sans tags disgracieux.
Pour terminer la matinée, nous sommes allés au Melbourne Muséum. La guide nous a conduit vers les expositions qu’elle souhaitait nous faire voir, mais je savais qu’il y avait dans ce musée l’un des tout premier ordinateur construit au monde, de plus le seul de cette époque qui fonctionne encore.
Alors ni une ni deux, nous désertons discrètement pour aller voir l’objet convoité (surtout par moi, très geek)
le «CSIRAC» (c’est son nom) est là, impressionnant par ses vieilles lampes et ses anciens composants.
Les performances comparées à un petit laptop d’aujourd’hui:
Le laptop a un processeur 3 500 000 fois plus rapide
Sa capacité de mémoire est 200 000 000 fois plus importante,
Sa dimension est 400 fois plus petite
Son poids est 1250 fois moins important
Sa consommation 3000 fois moins grande.

Bon, vous me direz qu’aller si loin pour voir une vieille antiquité technologique ça ne vaut pas le coup.

Et bien je vous l’accorde, si on va en Australie c’est (aussi) pour voir des ... des ... mais oui, des kangourous et des koalas.
C’est justement pour cette raison que nous sommes partis à la campagne, pour voir ces animaux endémiques, mais pas dans un zoo, non, en totale liberté dans la nature.
La particularité des grandes villes australiennes c’est qu’il n’y a pas de banlieue avec ses interminables constructions diffuses. Ici c’est clair, on passe de la ville à la campagne sans transition.
Nous avons apprécié notre route, avec un horizon sans limite, une herbe jaunie en cette fin d’été, ces forêts d’eucalyptus, les cultures maraîchères irriguées à perte de vue, et cette pancarte: à vendre ferme avec 4 600 hectares de terrain.
Cela donne le ton, ici tout est vaste. Bien sûr on peut comparer avec le Canada ou les USA, mais ici, on a l’impression que c’est différent, que rien n’est impossible, c’est peut-être ça qui donne cette sensation d’immensité.

Nous voici arrivés au beau milieu de la réserve naturelle de Serendip, au beau milieu d’une forêt d’eucalyptus.
Un guide animalier nous accompagne aidé par deux gardes forestiers.
Ces derniers avaient préparé notre arrivée, en repérant le matin même 2 arbres sur lesquels étaient installés des koalas.
En effet il faut savoir qu’un koala est le seul animal au monde qui se nourrit exclusivement de feuilles d’eucalyptus, il dort environ 20 heures sur 24, vit sur un territoire de 2 km2 qu’il défend âprement. De fait, en liberté on ne peut pas voir un grand nombre de ces animaux. Il arrive même que l’on n’en voit pas du tout. C’est le jeu, sinon direction le zoo.
Lorsque nous nous sommes approchés, à pas feutré, sans bruit (enfin presque) et que nous avons vu un koala perché dans son arbre, tranquille et détendu, cela nous a procuré une grande émotion. Que la nature est belle ! Une vrai peluche!

Quelques kilomètres plus loin nous apercevons des kangourous. Ici c’est relativement courant d’en trouver. C’est vrai que les panneaux routiers ont le pictogramme «attention kangourous». C’est un peu comme les chevreuils chez nous. Le plus difficile c’est de s’en approcher. Notre guide emmène à pied notre petit groupe, nous fait changer plusieurs fois de direction, pour «obliger» les kangourous à se déplacer vers un endroit que le guide a choisit: vraiment très fort !
C’est un peu comme une battue, mais ici pas de tuerie, hein!
À un moment il nous ordonne de nous regrouper et de ne pas aller plus loin. Il y a une distance à respecter entre les animaux et l’homme. Trop près ils s’énervent, avec toutes les réactions qui peuvent en découler, ou s’enfuir.
Grand moment, que celui où nous les avons observés, avec les émeus comme témoins, et cette maman kangourou qui porte son petit dans sa poche (le plus à gauche sur la photo)

Belle escale Melbourne, très différente de Sydney, mais aussi enrichissante. Que nous réservera Perth, notre dernière escale australienne?
Vous le saurez après nos 3 jours de mer nécessaires pour nous y rendre.


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:55

Suite ...

Vendredi 24 Février 2012 - Jour 57 - En mer

Aujourd’hui, nous profitons pleinement de cette journée en mer.

Après la précipitation d’hier, un peu de calme fait du bien.

Ce matin nous avons satisfait aux obligations des services d’immigration d’Australie.
Nous avons redonné nos passeports avec le formulaire obligatoire pour sortir du territoire.
(NDLR: impossible à réaliser en France, compte tenu que nous ne savons pas qui entre ...)

Puis ce fut la réunion sur nos prochaines escales (après Perth) où nous devons nous positionner par rapport aux choix d’excursion. Mais nous l’avions déjà fait par internet, ce qui nous a été dit ce matin, conforte en réalité nos choix.

Il y a encore beaucoup de jours de mer, et oui, un tour du monde cela fait une sacré distance, d’autant que nous ne le faisons pas en ligne direct.

Avec Perth, c’est la fin du tronçon Panama - Australie, qui pour nous représentait le meilleur de notre tour du monde, celui qui attisait le plus notre curiosité, et nous n’avons pas été déçu. Avant Panama, nous connaissions la plupart des pays traversés ou leur région, après Perth, nous sommes déjà allé dans les pays où nous accosterons, excepté ceux du golf persique et le canal de Suez.

On peut dire que ça sent la fin de notre voyage, même s’il reste un peu plus de 40 jours.

Allons, pas de nostalgie, faut qu’on se ressaisisse !

Samedi 25 Février 2012 - Jour 58 - En mer

Chic! c’est samedi aujourd’hui, c’est donc le week-end.

Deliziosa a dansé le Pogo toute la nuit dans une houle formée. Lorsque le paquebot prend son rythme de tangage, l’inertie ne parvient plus à l’arrêter. On a pas très bien dormi, mais on s’est rattrapé avec l’heure que l’on nous a donné cette nuit, et on complètera avec une sieste, c’est le week-end, alors on en profite, normal non?

Personne de malade, depuis 58 jours nous avons eu le temps de nous amariner.
Par contre à terre, nous avons souvent l’impression que tout bouge, surtout à l’intérieur d’un bâtiment. Il est drôle de voir les passagers se déplacer en se tenant à tout ce qu’ils peuvent!

Conférence intéressante à 10 heures 45 de notre professeur italien multi-langue. Le sujet était: «l’Hindouisme, croyances et rites».
Nous approchons des pays ou cette religion est très répandue, il est normal de connaître un peu mieux leurs différents dieux et déesses, et leurs rituels, c’est une question de respect et d’ouverture d’esprit. Quant à Carlo Scopelliti, nous avons appris à le connaître et à l’apprécier, à l’occasion de sorties que nous avons effectué en sa compagnie.

Ce soir, nous irons au spectacle de 19 heures 30 précédent le dîner.

À ce propos hier soir, nous avons eu un spectacle de première qualité: un magicien accompagné de 2 jolies femmes, une brune et une blonde pour ne fâcher personne. Elles disparaissaient à tour de rôle dans des caisses transpercées d’épées. Entre chaque numéro ils dansaient tous les trois. C’était très varié, plein d’énergie, rehaussé d’une musique entrainante et d’un jeu de lumières et de lasers du meilleur effet.

Après ce sera le repas, ensuite nous avons décidé de sortir (pas en ville, c’est trop loin) pour goûter à ce fameux buffet de beignets dont tout le monde dit le plus grand bien.

Mais sans exagération, bien sûr, pour bien dormir il faut manger léger ...

Dimanche 26 Février 2012 - Jour 59 - En mer

Si hier on a dansé le Pogo toute la nuit, aujourd’hui on est secoué comme des pop-corns.

La mer s’est creusée, mais impossible de vous dire la hauteur des vagues car nous sommes situés au pont 4 à environ 10 mètres de haut. Compte tenu d’une très grande houle et des crêtes qui s’envolent, je dirais environ 3 à 4 mètres de creux.
C’est impressionnant de voir la masse de notre paquebot de près de 100 000 tonnes, et 290 mètres de long, «monter» sur la vague, et redescendre en tapant parfois sur l’étrave.
C’est sûr que nous sommes bien situé à l’arrière, où les mouvements sont (légèrement) moins importants.
Mais un marin du bord nous a dit que le plus difficile sera probablement entre Perth et Singapour, car en cette saison dans l’hémisphère sud, les tempêtes tropicales se succèdent. On verra bien.

Ce matin à 10 heures, traditionnel briefing, en vue de préparer notre escale de Perth.
Nous accosterons en réalité à Fremantle, situé à l’embouchure de la rivière Swan à une vingtaine de kilomètres de Perth.
Pour nous la journée sera longue car notre excursion dure 12 heures, et promet d’être particulièrement captivante.

Vers 22 heures nous avons franchi le cap Leewin l’un des trois grands caps mythiques de notre planète avec Bonne Espérance et le Horn bien sûr.

Demain matin, nous assisterons très tôt et depuis notre balcon, aux manoeuvres d’approche et d’accostage de Deliziosa. Ce sera la dernière escale australienne.

C’est toujours le même plaisir d’aborder ainsi une côte inconnue que nous ne connaissons pas.

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:57

Suite ...

Lundi 27 Février 2012 - Jour 60 - 21 ème escale - Perth - AUSTRALIE

Le réveil a sonné à 6 heures ce matin. Nous devons être prêt pour l’excursion qui commence à 8 heures 15, mais aussi et peut-être surtout, pour assister à la manoeuvre d’approche de Déliziosa dans le port de Fremantle.
C’est toujours la même magie de voir se dessiner dans l’aube naissante, la côte habillée de bleu-gris décorée par une guirlande lumineuse.
La mer encore bleue nuit, porte le bateau pilote qui longe Déliziosa pendant un quart d’heure, jusqu’à l’aborder délicatement pour permettre le débarquement de son pilote.
Puis vient l’heure du débarquement. On nous avait prévenu: interdiction formelle de débarquer de la nourriture, des plantes ou de la boisson. Les autorités australiennes sont très strictes sur ce point.
La raison? Tout simplement, du fait de leur isolement, l’Australie ne connait pas les épidémies et infections qui touchent la faune et la flore dans le reste des 4 autres continents. Par exemple ici il n’y a pas la rage, et les plantations sont nettement moins attaquées par les virus, donc plus vulnérables.
Tout ça pour dire que lorsque nous descendons du bateau nous sommes toujours accueillis par une charmante jeune fille avec un petit chien style cocker qui renifle les passagers et leurs sacs. Aucune agressivité ou fermeté, tout le monde s’accorde à dire que c’est plutôt sympa.

Ça y est, nous voilà partis, direction le désert des Pinnacles.

L’Australie comporte des zones désertiques importantes, nous ne voulions pas partir sans approcher ce type de paysage caractéristique du pays.
Situé à 250 kms au nord de Perth, non loin de la côte, le désert des Pinnacles est un des sites naturels les plus visité en Australie. Son originalité vient des milliers de piliers calcaire qui se dressent dans un paysage de sable jaune.

Avant d’y parvenir, nous ferons quelques étapes. Nous commençons donc par le tour de la ville de Perth, 2 200 000 habitants soit 10% de la population australienne qui en compte 22 000 000. Ici les distances sont importantes voire déroutantes pour les français que nous sommes. Il est plus rapide, par exemple, d’aller à Bali passer ses vacances, plutôt qu’à Sydney, de même la terre la plus proche de Perth est l’Île Maurice.

Perth est une ville très riche, l’extraction pétrolière, les mines d’or, le port, contribuent largement à son développement. Le down town présente le même aspect que dans les autres villes australiennes avec ses buildings de verre et d’acier flambant neufs. On trouve de jolies maisons de type colonial anglais, ou carrément ultra contemporaines dans les quartiers résidentiels situés en bord de mer. Les prix varient entre 1 et 5 millions de dollars australiens (équivalant aux euros) Tout est neuf, les universités, les écoles, les équipements publics et sportifs, et surtout bien entretenu.
Ici pas de tags, de dégradations, de trous dans les trottoirs, d’équipements routiers noircis par la pollution des véhicules. Tout est propre, le gazon est présent dans les trottoirs, il est bien raz, bien vert, sans mauvaises herbes.
Je ne le dirai jamais assez, l’Australie est vraiment agréable à habiter, le plein emploi est pratiquement atteint, le niveau de vie et le pouvoir d’achat bien supérieur à la France, les perspectives d’avenir sont optimistes, l’immigration (choisie) est en augmentation pour répondre aux besoins du pays.

Nous quittons Perth, et faisons le 2ème arrêt au parc animalier de Caversham, à une heure de route.
Nous y verrons les animaux endémiques traditionnels de l’Australie, et toujours les fameux koalas et kangourous. Certes nous avons apprécié de pouvoir les toucher, leur donner à manger, les caresser, mais nous avons préféré de loin leur observation à distance dans leur milieu naturel.

Nous reprenons la route en traversant une région viticole qui produit un excellent vin. Ne pensons pas que les français sont les seuls à faire du bon vin, nous avons bu à bord un excellent vin australien.
Vers 14 heures nous nous arrêtons à Cervantes, situé à proximité des Pinnacles, pour déjeuner.

Enfin après une mini sieste en bus, à peine le temps de digérer, les Pinnacles nous apparaissent quelques kilomètres après.

Que dire de cette première impression, majestueux? grandiose? étonnant? superbe?, peut-être tous les qualificatifs à la fois.
Cette formation calcaire formée à l’origine par des coquillages a mis plusieurs centaines de milliers d’années pour se créer. On a démontré que ce site a été mis à jour il y a 6 000 ans.
Nous nous promènerons durant près de 2 heures dans ces «champs» de pierres verticales qui ressemblent parfois à des menhirs, en appréciant le calme régnant, mais aussi en subissant le vent violent mêlé de sable cinglant nos petites frimousses. On finira par ranger caméra et appareil photo pour ne pas les abîmer avant la fin de la croisière.

Déjà l’heure du retour, mais encore une halte dans un endroit idyllique et désertique avec un paysage de dunes de sable fin blanc comme de la neige.
Aujourd’hui nous avons été gâtés et nous nous sommes régalés de tous ces paysages variés, jusqu’à cette dernière image de Perth la nuit, avec ses buildings illuminés sur le chemin du retour.

Rentrés à 21 heures 30 sur le bateau, épuisés mais heureux de cette journée.

Nous ne voulons pas rater le départ, fidèle à nos habitudes.
C’est depuis le pont 9 que nous assisterons aux manoeuvres de départ et au magistral demi-tour sur place de Déliziosa.
Nous quittons le port à 22 heures sous les sifflets, les «ohé», les clignotants et appels de phare des voitures, des personnes à quai, sans oublier les 3 coups de la corne de brume de Déliziosa.

Bye bye Australia, we hope to see you soon !
Direction Singapour après 5 jours de mer.

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 16:59






_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Sam 11 Oct 2014 - 17:00

Suite ...

Mardi 28 Février 2012 - Jour 61 - En mer

Repos bien mérité ce matin après la journée d’hier assez «speed». L’âge sans doute qui se rappelle à nous.

Profitons de ces moments calmes pour nous mettre à jour, photos, films ... et notes perso du tour du Monde !

Nous remontons maintenant vers le nord, et sommes à proximité du tropique du Capricorne. La température est de 31°C, nous sommes poussé par un vent de 30 noeuds, qui donne des ailes à Déliziosa, la mer est d’un bleu profond, que vous pourrez constater sur la photo.

Profitons des joies qu’offre le navire.

Cette nuit, c’est gala à bord. Les dames se font encore plus belles, et les messieurs essaient d’être à la hauteur. Ce soir c’est décidé, je met la cravate ! (maintenant j’évite, ça me rappelle une vie antérieure ...)

Après le dîner de gala, nous serons présenté au commandant Francesco Serra, avec qui nous nous ferons tirer le portrait.
C’est une tradition sur les bateaux de croisière, mais cette fois nous y tenons particulièrement car c’est le commandant de notre tour du monde.
Il est calme, simple, gentil, on le croise souvent dans les couloirs et les divers salons. Il a besoin de se dégourdir les jambes, discute avec les uns et les autres, cela m'a d'ailleurs permis d'avoir des informations certainement plus exactes que les ragots incessants qui circulent à bord, et puis pour lui c'est une bonne occasion de vérifier la bonne marche des choses.

Mercredi 29 Février 2012 - Jour 62 - En mer

Aujourd'hui, nous avons appris la triste nouvelle du Costa Allegra, remorqué dans l’Indien.
Le mauvais sort frappe Costa, c’est la loi des séries.

Bon, nous on est hyper prudent, car je vois mal un chalutier remorquer un paquebot de 100 000 tonnes. Mais nul n’est à l’abri d’un accident, ici comme ailleurs. De toute façon maintenant, fini les grandes traversées océaniques, on reste à rayon d’action d’hélicoptère, hors de portée des pirates somaliens qui vont tout de même jusqu’aux Seychelles avec leurs petits rafiots!

La soirée de gala d’hier soir s’est terminée par un spectacle au théâtre Duse, Le commandant à cette occasion est venu nous dire quelques mots rassurants (on le comprend) et présenter les officiers qui l’assistent.
Petits fours et proseco pétillant nous ont été servis pour l’occasion.

Moment le plus important du jour: la visite des cuisines.

Impressionnant de propreté et de clarté, la cuisine est répartie en espaces spécialisés: entrées, desserts, plats principaux, etc.
110 cuisiniers travaillent 14 heures par jour, 7 jours sur 7, pendant neuf mois consécutifs.
C’est d’ailleurs la même répartition du temps de travail pour les autres catégories de personnel, exceptés les cadres, qui eux, sont italiens.
De l’esclavage me direz-vous, peut-être en tout cas ceux qui travaillent dans ces conditions sont volontaires. Il faut comparer les 900 euros, nourri, logé et blanchi sur le Deliziosa, par rapport à 50 euros par mois en moyenne aux Philippines, le choix est vite fait.

Voici un aperçu des quantités totales embarquées pour nourrir les 2300 passagers et 1000 hommes d’équipage pendant le tour du Monde:

Café 4 900 kgs,
Boeuf 37 600 kgs,
Agneau 4 900 kgs,
Porc 13 500 kgs,
Poisson 38 500 kgs,
Crustacés et fruits de mer 19 200 kgs,
Céréales 5 800 kgs,
Farine 75 000 kgs,
Fromage 17 900 kgs,
Glaces 18 200 kgs,
Lait 64 200 kgs
Yaourts 137 000 pots,
Huile 37 000 litres,
Sucre 7 350 kgs,
Pâtes 21 700 kgs,
Riz 18 300 kgs,
Charcuterie 11 900 kgs,
Oeufs 185 000,
Bière 41 000 litres,
Eau minérale 240 000 litres,
Liqueurs 472 litres,
Rhum 310 litres,
Vodka 470 litres,
Vin 378 000 bouteilles,
Whisky 620 bouteilles,
Sodas 113 000 canettes

Bon, et bien avec ça on a plus faim!

Bonne digestion.

_________________
Amicalement


Dernière édition par John le Lun 13 Oct 2014 - 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
Paul
Animateur
Animateur
avatar

Masculin Vierge Messages : 2789
Date d'inscription : 24/03/2011
Age : 50
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 7:51

Boulot ce Chamadou Bravo

Sont récit va vous être très utile John et Ann Clindoeuil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mamimelle
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Scorpion Messages : 2566
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : La Crau (Var)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 8:26

Vous devez être encore plus impatient de partir après avoir lu ce beau compte rendu Bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 8:48

Oui Armelle et Paul, avec ce récit, nous apprenons énormément de choses pour préparer et nous préparer à cette aventure de 107 jours Clindoeuil

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:27




_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:29

Suite ...

Jeudi 1er Mars 2012 - Jour 63 - En mer

Nous naviguons actuellement à mi-chemin entre l’équateur et le tropique du capricorne, entre l’Île de Java et l’Australie.
On pourrait dire aussi entre 2 civilisations, ou encore entre 2 continents l’Océanie et l’Asie.

Il fait chaud (31°C) la mer est belle sous un soleil éclatant, le vent est pratiquement nul, bref les conditions idéales pour naviguer.
Encore 2 jours de mer pour rallier Singapour, où nous resterons 4 jours. C’est une escale importante pour Costa, qui doit à cette occasion refaire le plein de la cambuse et de carburant.
Nous en serons au 2/3 de notre tour du monde, le temps passe si vite!

La vie à bord s’organise comme toujours autour des activités du bateau que vous connaissez déjà.
Donc ce petit mot est juste pour éviter de mettre simplement ces 2 mots: en mer.

Vendredi 2 Mars 2012 - Jour 64 - En mer

La principale activité de la matinée, (deux heures quand même, pour nous c’est énôôôrme !) a été l’exposé de Frédéric Mathieu, sur les différentes excursions proposées de Colombo à Civitavecchia (le port situé le plus près de Rome).

Nos choix avaient déjà été faits par Internet, nous nous félicitons d’avoir procédé ainsi, car celles qui paraissent être les plus intéressantes sont déjà complètes. D’autre part nous avons été conforté dans notre choix, sauf une, peut-être deux que nous allons essayer de modifier si cela est possible. Ce sera sans doute l’une de nos principales occupations de demain, dernier jour de mer avant Singapour.

La route que nous empruntons actuellement est un vrai boulevard, nous croisons 2 ou 3 cargos par jour. Et oui tout est relatif, mais quand on a connu 5 jours de mer sans voir le moindre bateau, aujourd’hui nous serions presque dans des embouteillages !
Le temps est gris et couvert, il fait de plus en plus chaud. Nous passerons entre Java et Sumatra cette nuit, je pense vers 1 heure du matin. Il faut que je refasse mes calculs en approchant, grâce à l’iPad et la cartographie que nous avons emmené.

Suite à la visite des cuisine j’ai pensé utile de vous donner d’autres chiffres qui me paraissent significatifs (eh oui, j’aime les chiffres, on ne se refait pas aussi facilement)

150 personnes travaillent à la cuisine dont 110 cuisiniers et 40 qui s’occupent de la vaisselle et du ménage.
160 serveurs travaillent au restaurant «Alabatros» et «Samsara».
À ces chiffres il faut ajouter le personnel qui travail au restaurant buffet «Muscadins» ceux qui travail au restaurant gastronomique «Club Deliziosa», sans oublier le personnel de restauration qui travaille pour la restauration de l’équipage.
Avec les femmes et hommes qui font le ménage dans les cabines, c’est en tout 700 personnes qui travaillent dans le domaine de l’hôtellerie et de la restauration sur un total de 1000.

C’est pour toutes ces raisons que le service hôtelier, comme celui de la restauration, est impeccable.

C’est le moment de vérifier, tout ce que je viens d’écrire, excusez moi mais le devoir m’appelle!

Cargo porte-conteneurs croisé en fin de soirée

Samedi 3 Mars 2012 - Jour 65 - En mer

La journée d’hier s’est finie en beauté. Après 4 jours de mer sans voir la terre, nous arrivons au détroit de la Sonde. Bon je vous dresse le tableau: Nous étions tranquillement en train de tenter de nous rafraîchir dans la piscine, quand des amis nous ont signalé une île sur bâbord... puis une autre sur tribord.

Il s’agissait en fait du fameux détroit de la Sonde situé entre Java et Sumatra.

Le nom de la sonde a été choisi en raison de sa faible profondeur, qui n’excède pas les 20 mètres, et les difficultés occasionnées au navires pour franchir ce passage, d’autant que sa largeur ne dépasse pas les 13 milles (24 kms). Notre commandant a cependant préféré cette option plutôt que le détroit de Malacca, habituellement emprunté par tous les navires de la région, pour nous offrir ce superbe spectacle. La végétation est luxuriante, et plusieurs volcans en activité mêlent leurs fumées aux nuages importants dans cette région très chaude et hyper humide.

Pour immortaliser l’instant nous nous sommes arrachés de l’eau bienfaitrice de la piscine arrière de Déliziosa et enfiler short et T-shirt pour être présentable.

Après le dîner nous avons regagné notre cabine, du balcon nous avons observé pléthore de plateformes pétrolières, éclairées par leurs torchères caractéristiques. Le ciel orageux, illuminait par ses puissants éclairs la multitude d’embarcations qui naviguent dans le secteur.

Parlons justement du nombre important de bateaux dans la région, c’est à dire la mer de Java. Parmi eux il y a des pirates, qui à l’instar de ce qui se passe au large des côtes somaliennes, opèrent également ici. On nous a dit qu’ils étaient moins agressifs, mais beaucoup plus nombreux. Aussi par précaution, le commandant a ordonné l’extinction de tous les feux extérieurs, hormis ceux qui sont obligatoires en navigation, et a posté des marins qui surveillent 24 heures sur 24 les parages (voir photo)
Bon faut pas stresser, mais par précaution nous verrouillons de l’intérieur la porte donnant sur le balcon.

Au réveil ce matin, nous avons croisé divers bateaux typiques de la région, je vous passe les cargos.

Nous avons récupéré nos passeports avec le visa de Singapour et la fiche d’entrée. Un rapide coup d’oeil sur notre passeport: les pages se remplissent !

Nous avons assisté également à la réunion préparatoire à notre séjour de 4 jours à Singapour, où il existe moult choses intéressantes à voir, à faire et à visiter.

Après le repas, c’est dans l’ordre sieste, rédaction des notes de bord, tea time, piscine, spectacle, dîner.

Comme d’hab, quoi !

À bientôt pour nos premières impressions sur Singapour.

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:31






_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:32

Suite ...

FLASH SPÉCIAL ... FLASH SPÉCIAL ... FLASH SPÉCIAL ...

Nous venons de franchir l’Équateur. Désormais nous sommes dans l’hémisphère nord.

Ouf ! marcher la tête en bas, ça finissait par être fatiguant !

Dimanche 4 Mars 2012 - Jour 66 - 22 ème escale - SINGAPOUR

Dans la moiteur de la nuit Deliziosa arrive à Singapour. Les îles alentours ne sont que raffineries sur raffineries, torchères sur torchères, avec des centaines de cargos en attente.

Singapour, cette ville état de 4 600 000 habitants née de l’indépendance depuis 1965 avec la Malaisie nous interpelle dès notre arrivée.

D’abord sont port immense, rivalisant avec Shanghai pour être le plus important du monde. (Auparavant c’était Rotterdam)
Soixante trois petites îles composent son territoire de 699 km2, dirigés par ce qui est considéré comme une démocratie autoritaire.

Ici c’est tolérance zéro:
Il est interdit de fumer, manger ou boire dans la rue, de faire grève, de manifester, la représentation de la nudité dans les magazines, la télévision et le cinéma est interdite, l’homosexualité masculine est interdite, la détention de drogue est passible de peine de mort, et ce quelque soit la drogue ou la quantité détenue.
C’est le pays qui détient le plus fort taux de peine de mort (pendaison).
C’est sûr, que dans ces conditions on peut se promener sans crainte, n’importe où, et à toute heure.

Des slogans nationaux sont placardés un peu partout dans la ville, incitant au civisme et à l’honnêteté tel que celui-ci émanant de la présidence:
«Nous ne sommes pas les plus riches, nous ne sommes pas les plus puissants, et nous ne sommes pas les plus nombreux. Nous devons donc pour nous faire une place au soleil d’être les plus capables et les plus instruits.

Pas les plus riches? Pas sûr, Singapour dispose d’un très haut niveau de vie, elle est souvent surnommée la «Suisse d’Asie», et affiche aujourd’hui la plus forte concentration de millionnaires, rapportés à la population totale devançant Hong Kong, la Suisse, le Qatar et le Koweit, excusez du peu !

C’est également le troisième état au monde en P.P.A. après Hong Kong et Taïwan.

Tout ceci pour vous dire que lorsque l’on arrive, tout ce que je viens de vous décrire, saute aux yeux immédiatement.

Ce matin nous irons faire un tour de ville pour voir les différents points, les lieux qu’il ne faut pas manquer, et surtout avoir les explications de notre guide. L’escale dure 4 jours, nous pourrons nous promener à notre guise et en toute liberté.
Nous sommes accueillis à la descente du bateau par une troupe de chinois, qui font tournoyer d’immenses dragons au son de la musique.
Cela nous arrive de temps en temps d’avoir ainsi une petite aubade. C’est une attention que nous offrent certains pays pour accueillir chez eux le bateau effectuant le tour du monde.

Ensuite direction le jardin national des orchidées. Nous avons réellement apprécié ce magnifique jardin situé en plein centre ville, très vert, très coloré, et très rafraîchissant.

Nous poursuivons notre tour d’orientation, passons devant l’hôtel Raffles, le seul 7 étoiles au monde!

Nous nous arrêtons sur les quais de la rivière qui traverse la ville, où une promenade aménagée nous amène jusqu’au lion à la queue de poisson, son nom: le Merlion, symbole de Singapour. Nous profitons des beaux points de vue que nous offre cet endroit pour voir l’opéra, avec son architecture avant-gardiste (mais nous préférons tout de même Sydney), l’immense hôtel Marina Bay qui accueille au sommet une incroyable piscine à débordement de 140 mètres de long!, un musée ayant la forme d’une fleur de lotus, et beaucoup d’autres immeubles intéressants par leur concept architectural.

Nous passons par «Little India» le quartier indien, et faisons un stop à China Town. Là, c’est sûr nous sommes en Asie, avec ses couleurs, ses odeurs, ses échoppes multicolores qui vendent de tout. Ça grouille, ça marchande, ça vit.
Pas de doute, nous irons nous balader dans ces 2 quartiers prochainement.

Nous terminons notre virée par le mont Fabert, d’où l’on peut voir une belle vue (sky line) sur Singapour.

Retour au bateau vers 14 heures, puis nous allons écouter Marie-Pierre Gomez, avec qui nous aimons discuter au hasard des rencontres sur le bateau.

Ce jeune officier de 32 ans travaille chez Costa depuis 12 ans. Elle est en charge de l’immigration, de l’embarquement des passagers et de l’équipage, des ressources humaines, et de la comptabilité hôtelière du bateau.
Elle parle couramment 5 langues: le français, l’espagnol, l’anglais, l’italien (obligatoire chez Costa) et l’allemand.
La conversation a été très intéressante, de même les questions que nous lui avons posé, les uns et les autres.

Pour terminer en beauté cette magnifique journée, nous irons dîner au restaurant "Club Deliziosa".

C’est tout pour aujourd’hui !

L'opéra de Singapour

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:35


L'opéra de Singapour


Le Merlion


Voyez la piscine du Marina Bay qui relie les 3 tours et avec plantation de palmiers!

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:37

Suite ...

Lundi 5 Mars 2012 - Jour 67 - 22 ème escale - SINGAPOUR

Les jours qui vont suivre, ne nous laissent aucun temps disponible. Nous pourront récupérer le retard pendant les journées des 11 et 12 mars pendant que nous serons en mer entre Phuket et Colombo.

En ce jour du 5 mars donc, nous avons été accueilli par un véritable déluge. Le ciel était sombre, il faisait pratiquement nuit!
Nous pensions que cela allait rapidement se terminer, comme c’est souvent le cas dans les régions tropicales. Il n’en fût rien ! Une trombe d’eau équatoriale (chaude) s’abattait sur nous sans discontinuer toute la matinée, nous obligeant à rester à bord, comme tous les autres passagers.

Il faut vous dire aussi que nous sommes accostés à 25 kms de Singapour au milieu des conteneurs, des grues, des industries. Pas très enchanteur tout ça, mais Costa a mis en service un service de navettes entre 8 heures et minuit, qui a très bien fonctionné pendant ces 4 jours d’escale. Chapeau! car un nombre impressionnant de bus ont été «réquisitionnés» pour l’occasion, et je dois dire que rarement nous avons attendu.

Ces navettes nous déposent dans un grand centre commercial, que dis-je un immense centre commercial, Harbour Center, d’où partent métro, bus et taxis.

Les tourdumondistes 2013 seront plus chanceux, car le nouveau quai en constructionà Harbour Center et permettant de recevoir les grosses unités sera terminé d'ici peu.

Début d’après-midi le temps s’améliore et malgré une rivière de 10 cms d’eau qui coule au pieds de Déliziosa (si si les bateaux ont des jambes comme dans la chanson) nous sortons nous dégourdir en ville, las d’attendre.

Nous décidons de faire une tournée de reconnaissance pour organiser le shopping de demain. En effet nos amis avec qui nous partageons tous les dîners le soir au restaurant, souhaiteraient acheter du matériel électronique, mais ne connaissant ni l’anglais, ni les produits high tech, ils nous ont demandé si nous pouvions les accompagner. Dans cet optique nous déambulons dans Singapour, et empruntons le magnifique métro, qui a lui tout seul mérite une mention spéciale pour sa beauté, la richesse des matériaux, ses équipements, son air conditionné et sa propreté.
Rien de comparable avec la France: ici on pourrait manger par terre!

À l’instar de l’aéroport de Singapour classé n° 1 mondial des aéroports pour sa propreté, je pense que s’il y avait un classement des métros, ce serait la même chose. Il y a aussi des boutiques et des magasins dans les différentes stations.

Après nous être promené dans divers quartiers, nous jetons notre dévolu sur «Sim Lim Square» situé dans le quartier de «Little India», immense magasin d’électronique avec des boutiques réparties sur 7 étages. C’est décidé, nous y retournerons demain.

Nous sommes déjà allés à Singapour, il y a environ 10 ans, et nous n’avons rien reconnu, mais rien de rien. Ici les plans de ville évoluent moins vite que la construction des bâtiments! Nous avons désespérément recherché les quartiers dans lesquels nous nous étions promenés, mais sans succès.
De même la tour au sommet de laquelle nous sommes allés déjeuner, apparemment n’existe plus.
Ici on rase et on reconstruit.

Juste le temps de rentrer à bord pour l’excursion que nous avons prévue: Singapour by night, même pas le temps de se changer!
Nous commençons par Chinatown qui présente un aspect et une atmosphère très différente la nuit. Nous aimons voir toutes ces chinoiseries présentées dans les différentes échoppes. Mais le marchandage est un art difficile et compliqué avec un chinois. Il faut reconnaitre qu’ils excellent dans ce domaine.

Nous allons dîner ensuite dans un restaurant ... chinois, où pas moins de 12 plats se sont offerts à nous, sans compter les différentes sauces qui les accompagnent. Nous avons mangé très léger ce soir là ...

La promenade sur la rivière qui a suivi était fort agréable. Singapour brillait de ses milles feux, et le bateau en bois qui nous a promené, était parfaitement silencieux grâce à sa propulsion électrique. Nous avons savouré ce moment à l’ambiance romantique.

Quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous accostons de découvrir la statue «Merlion» (le lion à la queue de poisson) changer de couleurs, jusqu’au jet d’eau. Dans les photos qui suivent vous verrez ses différents aspects.

Nous admirons les différents symboles de Singapour illuminés, le «Marina Bay Hôtel» avec son bateau piscine suspendu à 146 mètres de haut, la grande roue, l’opéra qui représente un durian, fruit local au goût et à l’odeur nauséabonde (dixit les guides locaux) mais dont certains raffolent.

Il est maintenant près de minuit, nous rentrons à bord, vite on se couche, demain réveil à 6 heures !

Mardi 6 Mars 2012 - Jour 68 - 22 ème escale - SINGAPOUR

Aujourd’hui c’est shopping, ensuite shopping et pour terminer ce sera shopping.

Et oui Singapour c’est aussi des milliers et des milliers de magasins, où l’on trouve finalement les mêmes choses que chez nous, pas forcément moins cher d’ailleurs, excepté peut-être l’électronique, quoique je n’en sois pas si sûr.

Mais nous avions promis de nous occuper de nos amis de table, très charmants au demeurant, c’est bien volontiers que nous les accompagnons.
Nous prenons un des premier bus qui fait la navette entre Harbour Front et Deliziosa.
Ensuite métro jusqu’à Little India et marche à pied jusqu’à Sim Lim Square, l’»enfer» de l’électronique.
Nous y resterons jusqu’à 17 heures !

Nos amis ont investi en téléphone, disque dur, camescope, tablette, carte mémoire etc ...
À chaque fois, pour chaque appareil, et dans chaque magasin, un interminable marchandage qui dure, qui dure et qui dure encore, parfois jusqu’à la rupture. Il faut alors tout recommencer ... dans un autre magasin.
C’est exténuant, on en a vite marre. Mais c’est leur méthode, il faut faire avec.
En tout cas nos amis ont été ravis. La tentation à la vue de tout cet étalage a été la plus forte.

Nous rentrons à bord vers 18 heures, n’ayant rien fait d’autre que marchander toute la journée.

Avant le dîner, nous assistons au spectacle quotidien. Une troupe chinoise nous a donné une superbe représentation , toute en couleur et en musique traditionnelle. Nous avons apprécié en particulier cette femme aux multiples masques qu’elle changeait en une fraction de seconde, indétectable pour nous, et au rythme de 12 à la minute. Jamais vu rien de tel, époustouflant.

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:39

Suite ...

Mercredi 7 Mars 2012 - Jour 69 - 22 ème escale - SINGAPOUR

Dernière journée d’escale à Singapour.

Il nous reste encore beaucoup (trop) de choses à voir. Il faut faire des choix. Et bien nous commencerons la journée avec l’île de Sentosa, située à quelques centaines de mètres de l’endroit ou nous amène le bus.

Singapour est à l’étroit sur son petit territoire de 700 kilomètres carrés environ. La pression immobilière est très forte. Les russes et les chinois investissent en masse, que ce soit dans l’habitat ou les immeubles destinés au secteur tertiaire. Un appartement de 200 m2 dans une tour se négocie aux environs de 5 millions d’Euros. Les chinois qui raffolent de ce type de logement ont fait grimper les cours. On cite l’exemple d’une taïwanaise qui voyant 2 tours en construction s’enquit de savoir si les appartements étaient à vendre. On lui répondit que oui, aussitôt elle s’est empressée d’acheter les 2 tours. La crise n’est pas pour tout le monde !

Pour aller à Sentosa, plusieurs moyens de transports sont à notre disposition, cable-car, bus, monorail, c’est finalement ce dernier que nous retiendrons, n’ayant jamais pris ce moyen de transport.

Cette île est entièrement artificielle, tout a été reconstitué dans la tradition malaise, le sable blanc importé, cocotiers plantés et ... attractions diverses dont les singapouriens sont friands. Rien ne manque: Mac Do, manèges à sensations fortes, soit environ une trentaine d’attractions. Ici beaucoup de jeunes, mais aussi beaucoup de nurses qui sortent avec les enfants qui leur sont confiés.

Un petit train fait le tour de cette petite île, nous décidons de le prendre pour voir si notre déplacement valait la peine.
Et bien non, à notre goût bien sûr.

Il est déjà midi nous filons vers la grande roue, c’est la plus grande du monde.

Arrivés sur place, nous sommes tout de suite impressionné par sa taille et l’échantillonnage des structures. Nous pensions naïvement qu’elle ressemblerait à une grande roue de fête foraine.
Que nenni! du fixe et du solide.
Les nacelles sont climatisées et peuvent contenir 25 personnes. On effectue le tour en une demi-heure. Nous sommes à 160 mètres au dessus du niveau de la mer, pratiquement à hauteur de la piscine du Marina Beach Hôtel.
De la-haut Singapour est superbe, nous avons une vue d’ensemble sur le centre ville, mais aussi sur une partie du port et de ses centaines de cargos mouillés en rade.
Malheureusement aujourd’hui il fait gris, et les photos ne rendent pas aussi bien, mais enfin nous garderons un excellent souvenir de ces 4 jours passés à Singapour.

Il est temps de regagner le bord (même pas eu le temps de déjeuner... si, si), Deliziosa doit maintenant naviguer vers sa prochaine escale Kuala Lumpur en Malaisie.


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:40






_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:42

Suite ...

Jeudi 8 Mars 2012 - Jour 70 - 23 ème escale - Port Klang - Kuala Lumpur - MALAISIE

«Selamat datang ... Bienvenue en Malaisie» Le pays des contrastes et terre aux charmes multiples.

Pour y parvenir nous avons emprunté le détroit de Malacca, infesté de pirates.
On a recensé 135 détournements de cargos et navires de toutes tailles en 2009, excusez du peu!
La configuration est idéale pour la piraterie, le détroit fait 2,8 kms dans sa partie la plus étroite située près de Singapour, 50 kms au plus large, et 500 kms de long. Les forêts de mangroves occupent les berges et offrent une cache idéale pour les pirates.

Ils opèrent toujours de nuit, en surgissant de nulle part. Pour toutes ces raisons, le commandant a renforcé les équipes de sécurité du bord qui ont veillé toute la nuit sur le pont n°3 équipés de lances à eau destinées initialement pour l’incendie. Tous les feux du navire ont été éteints, hormis ceux obligatoires pour la navigation.

Quant à nous, nous avons verrouillé la porte qui donne sur le balcon, frêle précaution peut-être...

En fait c’est la pluie qui nous accueille ce matin. La saison des pluies arrive généralement en avril, mais cette année, aux dires des autochtones la mousson serait plus précoce.
Pas de chance, nous espérons que cela ne va compromettre notre excursion qui doit durer toute la journée.

Deliziosa accoste ce matin au port de commerce de Port Klang, au milieu des grues et des conteneurs. On commence à avoir l’habitude. Ici pas de port de croisière à proximité de Kuala Lumpur, on a pas le choix.
À Singapour notre bateau était trop gros pour le port de croisière existant, on a eu droit aussi à la forêt des grues, sans parler de l’odeur des raffineries ...

Je l’ai dis et je le redis, chaque escale est totalement différente et une nouvelle découverte. Nous sommes toujours en Asie, mais cette fois dans un pays à large majorité musulmane.

La Malaisie est un pays dirigé par une monarchie constitutionnelle. Grâce au gisements de pétrole ce pays a connu un développement rapide au cours de ces dernières années. Le riz, l’or, l’étain, le gaz, la bauxite, le caoutchouc (3ème producteur mondial), l’huile de palme (1er producteur mondial) et le bois (malheureusement au prix d’une déforestation non contrôlée) sont les autres ressources essentielles de la Malaisie, pays résolument tourné vers l’avenir.

Le poids de l’islam est très important et conditionne la vie des malais. Ici vous pouvez pratiquer la religion que vous souhaitez, mais si vous n’êtes pas musulman, vous vous verrez refuser certains accès au logement, ou serez «condamné» à payer le double que ce soit un loyer ou une acquisition.
Il existe dans ce pays un ministère du culte, cela nous a laissé songeur ...

Compte tenu de la pluie persistante, nous commencerons par visiter le musée national. Il nous a surpris par sa petitesse, et le temps qui nous a été imparti était largement suffisant. Le musée conserve le patrimoine historique et culturel du pays et se distingue par d'intéressantes galeries dédiées à la culture, l'histoire naturelle, la céramique, la musique et aux armes.

Nous continuons à travers le centre-ville en faisant une halte place de l'Indépendance où est érigé le plus haut mât porte drapeau du monde de 100 mètres de haut, un rêve pour les photographes, il est en effet, le lieu le plus mitraillé de toute la Malaisie. Nous sommes passé devant la magnifique gare de Kuala Lumpur, le palais du Roi, et la Mosquée nationale où nous nous sommes arrêtés.

Nous avons, midi sonnant, déjeuné d’un excellent repas malais, dont tout le monde gardera un bon souvenir. Rien à voir avec la cuisine chinoise !

Ensuite départ pour Chinatown, le plus vieux quartier oriental de Kuala Lumpur. Nous avons flâné dans la galerie marchande de Petaling Street, qui propose toutes sortes de marchandises, que de la contrefaçon, des T-shirts aux herbes chinoises traditionnelles, un véritable paradis pour les chasseurs d'occasions et les collectionneurs d' «authentiques imitations". Un peu plus loin, nous sommes allé à Central Market, centre artistique et artisanal, que nous avons beaucoup apprécié.
Pour terminer la journée nous avons fait un arrêt photo aux Petronas Twin Towers, plus hautes tours jumelles du monde, ayant la particularité d’être reliées à la hauteur du 46ème étage. Elles sont aujourd’hui le symbole de Kuala Lumpur.

De retour vers le bateau nous traversons d’immenses citées, où les maisons, toutes identiques, sont construites en bande.
Nous montons à bord, et nous nous dirigeons vers notre «terrasse» pour assister au départ imminent.
Nous constatons au «pied» de Deliziosa, une eau polluée, jonchée des bouteilles, de plastiques et de détritus divers. On est loin de la propreté de Singapour!
Douche, spectacle superbe d’acrobates et contorsionnistes, dîner et dodo.
On arrête pas !

Vendredi 9 Mars 2012 - Jour 71 - 24 ème escale - Baie de Patong- Île de Phuket - THAÏLANDE

Thaïlande dit «le pays du sourire» dont la devise est: l’unité du peuple fait le succès.

Deliziosa jette l’ancre à 13 heures dans la baie de Patong, sur la côte ouest de l’île de Phuket (prononcer poukette).
Le temps est légèrement couvert, la chaleur étouffante et humide.
Les chaloupes se mettent à l’eau et se préparent à débarquer les 2300 passagers. Imaginez l’organisation!
Et bien, nous n’avons pas attendu plus que ça, de l’ordre de 10 minutes tout au plus. Ce service de navette entre la plage de Patong et le bateau sera sans interruption, nuit comprise, jusqu’à notre départ prévu demain soir.
Chapeau bas les gars!

De notre balcon on peut déjà voir l’animation qui règne dans ce haut lieu du tourisme, où bars, restaurants, boîtes de nuit, commerces, s’étalent tout au long de la plage (et des rues annexes) sur plus de 3 kilomètres.

C’est après-midi, nous effectuerons un petit tour d’horizon dans cette île.
Un car poussif, nous emmène au travers du pays très vallonné, où les côtes seront montées au pas et en 1ère vitesse!
C’est la deuxième fois que nous revenons en Thaïlande, et le pays n’a pas beaucoup changé depuis notre dernier voyage. Toujours ce commerce omniprésent où tout se vend, dans les magasins, mais aussi dans les endroits plus insolites. Je me demande s’il n’y a pas plus de boutiques que d’habitants!

Les Tuk-Tuk, célèbres tricycles motorisés, se croisent avec scooters, voitures, camions, dans un joyeux foutoir, occasionnant tout de même une moyenne de 2 morts par jour sur l’île. Cardiaques s’abstenir.

L’île de Phuket, plus grande île de Thaïlande, s’étend sur une largeur de 20 kilomètres en moyenne pour 50 kilomètres de longueur.

Nous commencerons notre tour par une halte au cap du sud de l’île pour y admirer le point de vue panoramique.

Ensuite nous continuons vers une salle de concert où nous il nous sera donné de voir un spectacle folklorique. De la musique, aux danses, sans oublier les costumes, tout était du meilleur gout et très agréable à l’oeil comme à l’oreille.
Cette salle climatisée nous a apporté un peu de fraîcheur, et qui plus est, à chaque place une boisson était à disposition.

C’est par le temple bouddhiste, l'un des plus vénérés de l'île, Wat Chaiyathararam, un monastère situé non loin de la ville de Phuket, également connu de tous sous le nom de Wat Luang Po Cham. Luang Po Cham est l'abbé le plus révéré du monastère.

Il était très intéressant de voir comment s’effectue la prière pour les fidèles. Après le recueillement, ils agitent un gobelet en bois contenant des bâtonnets numérotées. Chaque numéro correspond à une prédiction de bonne ou mauvaise nouvelle, en amour, famille, santé, travail etc. ..

A force de secousse, l’un des bâtonnet finit par tomber en premier, il suffit de lire le chiffre pour savoir de quoi sera fait demain.
Nous avons vu ainsi des regards joyeux, mais aussi des plus tristes.

La nuit tombe déjà, nous choisissons de regagner le bord, plutôt que de dîner en ville, car toutes ces journées enchaînées à pas de course nous ont fatigué.
C’est en tête à tête que nous dinerons ce soir, car les amis qui partagent notre table ont fait le choix inverse.
Je dois avouer que ce fut agréable de se retrouver à deux.

Mais chut !

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:45


La sécurité électrique vu par les thaïlandais


Une Thaïe


Un temple Bouddhiste

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:46

Suite ...

Samedi 10 Mars 2012 - Jour 72 - 24 ème escale - Baie de Patong- Île de Phuket - THAÏLANDE

Aujourd’hui la journée est placé sous le signe des vacances. Pas de Bouddha et autres temples, pas de boutiques non plus.
Nous partons tôt le matin pour l’île de Phang Nga, ce nom ne vous dit rien, et c’est bien normal, mais pourtant vous la connaissez. Quand je vous dirai qu’ici tout le monde ici l’appelle l’île de James Bond, vous commencez à savoir de quoi il s’agit. En effet, le film de James Bond «l’homme au pistolet d’or» a été tourné précisément, là où nous nous rendons. James Bond était incarné par Roger Moore.
Il faut que je vous explique la dure vie d’un croisiériste sous les tropiques.
Lever tôt le matin, petit déjeuner, retour en cabine pour préparer le sac à dos. Ne pas oublier casquettes, serviettes de bain, rechange, appareil photo, camera, crème solaire, anti-moustiques, etc...
Ensuite se rendre au rendez-vous du départ de l’excursion (quand celle-ci est organisée par Costa), à ce moment on vous indique par quel pont vous pouvez sortir, il diffère d’un port à l’autre en fonction des aménagements sur place.
Quand la chaloupe se présente à vous, nous nous engouffrons un à un, jusqu’à la remplir totalement. À ce moment vous vous dites, que c’est très petit et qu’il vaut mieux jamais en avoir besoin. Le temps nécessaire pour atteindre le petit ponton d’accostage, soit 1/4 d’heure environ, le temps de rejoindre le bus à pieds, vous voilà à pied d’oeuvre !

C’est exactement ce que nous avons fait aujourd’hui. Nous avons traversé l’île de Phuket d’Est en Ouest pour rejoindre l’endroit où de puissants bateaux nous attendais.
Il s’agit de vedettes pouvant contenir l’ensemble du car (nous étions 36 ce matin) propulsées par 3 moteurs hors bord de 225 CV chacun. Avec cette puissance inutile de vous dire que ça décoiffe, au sens propre comme au sens figuré.

Ces vedettes nous ont mené jusqu’à l’île de James Bond à une vitesse incroyable, sachant qu’il fallait parcourir 60 kms, et que nous avons mis 3/4 d’heure, je vous laisse le soin de calculer la vitesse. Aux abords d’îlots présentant des concrétions calcaires, le pilote (à ce stade on ne peut pas parler de barreur) ralentissait pour nous permettre d’admirer le spectacle qui s’offre à nous, sympa !

Pour ceux qui connaissent la baie d’Halong, c’est un peu la même chose, en plus petit, mais Mme Chamadou et moi sommes tombés d’accord tout de suite pour dire que nous préférons Phuket.
Puis vint à nous cette fameuse île, sur laquelle nous débarquâmes. Du monde, c’est sûr qu’il y en avait, venu de partout, des japonais, des chinois, des, des et deux petits français.
Descendre du bateau n’était pas chose facile, l’endroit étant rocailleux, pentu et surtout exigu. Mais enfin nous y voilà; j’emmène ma James Bond’s girl vers l’endroit qui fut rendu célèbre par le film.

Retour sur le go fast, direction Nail Island. Nous avons visité le seul village qui occupe cette petite île, une communauté de pêcheurs musulmans venant d’Indonésie et installée depuis environ 150 ans dans des maisons construites sur pilotis et donc sur l'eau. Nous avons eu la possibilité de rencontrer la population locale, visiter les échoppes et les boutiques, eh oui après la pêche c’est leur deuxième revenu.

Il est déjà 14 heures lorsque nous accostons sur la plage de Rang Yai Island où nous attend un délicieux déjeuner Thai, que nous avons dégusté les pieds dans le sable, à l’ombre et à 20 mètres de la mer, le paradis en somme. Nous avons eu ensuite du temps libre pour nous relaxer à la plage et nager dans l’Océan Indien. nous sommes rentré enfin au port de Boat Lagoon où nous attendait le bus pour rentrer au port.

Ensuite, chaloupe et embarquement à bord de Deliziosa, un peu fatigué par cette chaleur (34°C) et surtout l’humidité proche de 90%!

Voilà une très belle journée qui se termine, il fait nuit, le bateau lève l’ancre, direction Colombo à Ceylan, notre prochaine escale.
Nous garderons de cette journée comme l’une des plus belle de notre tour du monde.

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:48


Paysages de la Baie de Phang Nga


Le village des pêcheurs


Déjeuner les pieds dans le sable et à l'ombre ! Eau 28°C Air 34°C

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:50

Suite ...

Dimanche 11 Mars 2012 - Jour 73 - En mer

Nous avions attendu ce moment, pas de réveil ce matin, voilà de quoi récupérer un peu de la fatigue accumulé en une semaine.
Après tout, nous avons droit aussi à notre week-end non?

La journée sera essentiellement consacrée à charger et copier les photos et films accumulés, ainsi qu’à la rédaction des différentes pages des notes du tour du monde.
En fait tout le monde à bord attendait ces deux journées en mer.
À la question trouvez vous le temps long en mer ? C’est non et non, de plus nous les attendons !

Cet après-midi madame la mer nous a encore offert le spectacle de dauphins qui nageaient le long de Deliziosa, on ne s’en lassera jamais.

Nous avons également passé beaucoup de temps à discuter les uns les autres, pour nous relater mutuellement les diverses activités, sorties ou excursions que nous avons faites, avec toutes les anecdotes qui pimentent, voire enjolivent les récits.

Zut, ce soir c’est dîner de gala, ça revient quand même vite ! Il faudra que j’en parle à Francesco (le commandant), mais non je plaisante !

Lundi 12 Mars 2012 - Jour 74 - En mer

Deuxième journée de mer avant les escales de Ceylan et d’Inde qui vont se succéder quotidiennement.

Nous naviguons actuellement dans le golfe du Bengale, la température est toujours aussi chaude, mais en mer, avec le vent, c’est beaucoup plus supportable. La mer est calme, décidément nous aurons eu beaucoup de chance dans ce tour du monde. À part un coup de vent frais à la sortie de Marseille, et un autre temps de «Demoiselle» dans l’Indien, la mer et Neptune nous ont gratifié de leur clémence.

Ce matin après le petit déjeuner, nous sommes allés sur le pont n°3 discuter avec les marins chargés de la sécurité.
Ils sont postés tout autour du navire, jumelles aux yeux, et lances à incendie à portée de main. Un curieux appareil à l’arrière de déliziosa a attisé ma curiosité. Renseignement pris auprès d’un marin, il s’agit d’un radar d’une conception particulière qui permet de voir les objets au ras de l’eau et d’une portée de 10 kms. Ce dernier m’a également assuré qu’il n’y avait pas de risque de piraterie ... pourquoi ce dispositif alors?
En réalité je pense qu’il a reçu des instructions pour ne pas inquiéter les passagers.

De 10 à 11 heures Frédéric Mathieu nous a communiqué tous les renseignements utiles concernant notre escale de Colombo.
C’est la 3ème fois que nous allons à Sri Lanka, aussi demain nous partirons à l’intérieur des terres, à 2 heures et demi de bus. J’ai entendu parler d’éléphants, mais chut, je ne vous ai rien dit hein !

Après la réunion, un passager m’a demandé un petit coup de main pour résoudre un problème informatique. Si ça continue, je vais monter ma petite entreprise à bord.

Cet après-midi nous finirons de tout mettre en ordre, avant les excursions qui vont s’enchaîner.

Moins romantique que la photo du soleil couchant d'hier, la photo où l’on voit l’avitaillement du navire à Singapour.
99 palettes ont été comptabilisées par un passager qui n’avait sans doute rien de mieux à faire...

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:51

Suite ...

Mardi 13 Mars 2012 - Jour 75 - 25 ème escale - Colombo - SRI LANKA

Accostage en douceur ce matin au port de Colombo. Nous sommes parmi les grues et les conteneurs. D’aucuns commencent à trouver cela désagréable, mais à Colombo, comme dans beaucoup d’autres ports, il n’y a pas d’accueil réservé bateaux de croisières, ni même pour la plaisance, alors il faut faire contre mauvaise fortune bon coeur, non?

La chaleur est toujours étouffante d’humidité, le temps est couvert, mais se dégagera en cours de journée.

Un groupe folklorique de musiciens et de danseurs nous accueille à la descente de Deliziosa, sympa, de même que ces commerçants ambulant qui ont profité de l’aubaine de notre arrivée pour installer leurs étales.

Nous nous dirigeons ver notre bus, et là une bonne et une mauvaise nouvelle nous attendent:

La bonne, c’est que nous étrennons un bus «made in China» flambant neuf,
la mauvaise c’est que le chauffeur ne savait pas se servir de la sono, de la climatisation, et visiblement sa conduite était saccadée, les coups de freins brutaux. À moins que ce ne soit la coutume locale...

Destination «Pinnawela Elephant Orphanage», l’orphelinat des éléphants situé à 2 heures 30 de bus du port.

Aujourd’hui Madame Chamadou a voulu me faire plaisir en allant à la rencontre de mon animal préféré.
Créé en 1975 comme réserve par le gouvernement de Sri-Lanka, une dizaine d’hectares de forêt tropicale offre aujourd'hui un refuge à environ une centaine d’éléphants (dont une cinquantaine sont très jeunes) abandonnés ou orphelins. Le premier éléphanteau né dans cet " orphelinat " a vu le jour en 1984. Nous avons vu comment les éléphants sont soignés, nourris et dressés par le personnel du centre.

Souvenir inoubliable et touchant de voir un jeune éléphanteau téter sa mère. Les jeunes sont ultra protégés par les éléphantes, quant aux mâles ils encadrent le troupeau.

Nous avons vu un troupeau se baigner dans la rivière. Il faut voir comme ils se délectent, c’est un plaisir de les voir.

Ensuite les cornacs les ont emmené en troupeau vers leur «pâture». Pour ce faire les éléphants ont traversé la rue du petit village où nous étions. Les boutiques pour l’occasion ont baissé leurs rideaux de fer pour protéger les vitrines, les touristes étaient encadrés derrière une limite à ne pas dépasser. Le troupeau s’engage, jusqu’à ce qu’un touriste italien indiscipliné (c’est un pléonasme, excusez moi) sorte des limites imparties.

Les éléphants, pensant qu’on voulait s’en prendre aux petits encadrés par leurs mères, se mirent à barrir puissamment, et commencèrent à charger.
Je peux vous dire qu’à cet instant l'italien a perdu de sa superbe!

Après un excellent repas cingalais, il est temps de prendre le chemin du retour.

Nous nous arrêtons dans un temple bouddhiste, l’un des plus vieux de Sri Lanka, où est conservé un cheveu de Bouddha. Tradition culturelle oblige, nous ne pouvions quitter Sri Lanka, sans avoir visité un temple, tout en ayant appris un peu sur la philosophie bouddhiste.
Ce temple était très joli, tant de l’extérieur que de l’intérieur. De nombreux fidèles priaient, faisaient brûler de l’encens, ce qui, en cette fin d’après-midi nous apporta quiétude.

De retour à bord, nous assistons, comme d’habitude, au départ de Deliziosa prendre la route vers Cochin en Inde.
Deux vedettes de l’armée Sri Lankaise nous escortent, allant même jusqu’à sommer 2 bateaux de pêcheurs, dont le seul tort était de nous faire un petit salut d’au revoir, d’aller pêcher ailleurs !

Le dîner fut marqué par mon anniversaire. Il est de coutume la compagnie fasse un gâteau d’anniversaire. Ayant eu vent que nos amis qui partagent nos repas du soir appréciaient l’omelette norvégienne, j’avais demandé au maître d’hôtel de confectionner ce dessert.

En fin de repas celui-ci arrive en tête, suivi par quelques serveurs en chantant à tue tête «joyeux anniversaire» avec dans les mains ... un gâteau aux chocolat. En fait de surprise, c’est moi qui a été surpris.

Je ne dis rien, un peu déçu quand même de ne pas pouvoir faire plaisir à nos amis, quand soudain, le serveur revient, un peu confus, la fameuse omelette norvégienne dans les assiettes.
Tout le monde s’esclaffe, heureuse surprise pour tout le monde cette fois. Et bien pour mes soixante ans nous auront eu 2 desserts, qu’on se le dise!


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 70
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:53






_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou
» Tour du monde 2016 sur le "Costa Luminosa" !
» tour du monde septembre 2016
» Fourgon prêt pour...Un tour du monde !...
» Un tour du monde, combien ça coûte ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Récits de Voyages aux quatre coins du monde  :: Les récits de nos voyages :: Vos récits de voyages-
Sauter vers: