Récits de Voyages aux quatre coins du monde
Bonjour et bienvenue sur notre forum, merci de votre participation.
A très bientôt,

Ann et John
Récits de Voyages aux quatre coins du monde

Récits de voyages, conseils, camping-cars, croisières, actualités.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:54

Suite ...

Mercredi 14 Mars 2012 - Jour 76 - 26 ème escale - Cochin - INDE

C’est vers 13 heures que Deliziosa accoste à Cochin, à une dizaine de kilomètres du centre ville, au milieu des grues et des conteneurs, et encadré par deux cargos. Cochin ne dispose pas de port de croisière, mais cela nous importe peu.

Plus tôt dans la matinée, Frédéric Mathieu, comme à l’accoutumé, nous a informé de l’escale qui nous attend, mais surtout des modalités douanières très compliquées en Inde, plus que tout autre pays.
Voici les étapes successives à accomplir: •Prendre son passeport
•Remplir la fiche douanière de l’Inde et la signer,
•Rempli la fiche d’escale de Cochin et la signer,
•Passer devant le service indien de l’immigration qui s’est installé à bord avec tous ces documents,
•Redonner son passeport avec la fiche douanière,
•Garder une photocopie du passeport et classer avec la fiche d’escale de Cochin,
•Présenter le tout aux douaniers qui attendent au pied de la passerelle.
Vous me suivez? non? c’est pas grave, sachez simplement que l’obtention du visa indien a été encore plus fastidieuse.

Mais je dois préciser que grâce à l’efficacité du personnel Costa qui a été mobilisé en nombre, ces démarches ont pu être exécutées en un temps record.

À la descente de la passerelle, danseurs et musiciens nous ont donné l’aubade, c’est toujours un moment très sympathique et cela met dans l’ambiance.
C’est la deuxième fois que nous visitons ce pays, la première fois nous avions découvert le nord de l’Inde.

Aujourd’hui, c’est excursion version «campagne». Nous allons à Kubalangi, un petit village de pêcheur situé à une heure trente de bus.
Kubalangi est un village qui possède une vaste étendue d’eau reliée au reste de Kerala par des canaux de communication. Ce qui rend la visite de Kubalangi particulièrement intéressante est le fait qu’il s’agisse d’une terre vierge, qui n’ait pas eu à souffrir de la présence excessive des touristes. Nous y découvrirons un paysage calme et silencieux et ses sympathiques habitants vivent en accord avec la nature.
Le bus s’arrête pour nous déposer à un embarcadère. Des grandes barques faites de teck nous attendent. Elles sont équipées de chaises de jardin en plastique blanc, recouvertes de tissus et d’un petit noeud rouge en guise de décoration. Et oui, nous sommes en Inde, le dépaysement est total et leur culture différente.
Pas de moteur, mais 2 hommes qui déhalent l’embarcation au moyen de grandes perches. Le silence est total, quel bonheur, et le spectacle qui s’offre à nous est tout simplement superbe.
Nous croisons des femmes nageant au beau milieu de la baie, qui reviennent de la pêche. Elles nous exhibent avec fierté le produit de leur pêche. (regardez la photo)
Nous découvrons aussi ces merveilleux filets de pêche chinois, rustiques, faits de branches, c’est de toute beauté.
Nous débarquons sur cette petite île occupée par quelques familles. Ils vivent essentiellement de la pêche, mais exploitent aussi la noix de coco, sous toute ses formes.
Ces habitants sont calmes, souriant, et très gentils. Les enfants nous abordent avec un large sourire et essaient de communiquer au mieux avec nous en anglais.
Un jour passé à Kubalangi est un festival de souvenirs….un spectacle pour les yeux et l’esprit. Kubalangi est une terre exotique, de constructions navales, de toile en fibre de noix de coco faites à la mains et d’élevage de poissons que nous avons eu la possibilité d’observer.
Le soleil descend sur l’horizon, les tables sont dressées sous la tonnelle illuminée de guirlandes lumineuses.
Le buffet composé de mets indiens délicieux est en place. Nous dînons devant ce spectacle magnifique des filets chinois, éclairés de leurs lamparos.
Absolument inoubliable, quel bonheur! nous nous régalons de cet instant présent en espérant secrètement qu’il s’éternise un peu.
Mais il faut repartir, et c’est en Tuk-Tuk que nous regagnerons notre bus.
Finit la sérénité, la quiétude et la tranquillité !
Notre chauffeur s’installe et se retourne en me lançant un «ready?» Je lui est tout simplement répondu «yes!»
Alors il s’est pris pour Alonso, double entre les voitures qui se croisent, évite de justesse piétons, se faufile entre les vélos.
Enfin, il s’arrête: ouf! sains et saufs, nous sommes sains et saufs!

Hasard ou préméditation, nous nous arrêtons sur le chemin du retour, visiter l’église catholique Saint Georges, il a sans doute fait quelque chose pour nous, ce n’est pas possible autrement!
Voir cette église, la nuit, donne à notre visite une atmosphère particulière.

Nous rentrons à bord, il est 21 heures. Ce soir Deliziosa restera à quai.
Nous pourrons ainsi découvrir un peu plus Cochin.

Alors vivement demain !

Jeudi 15 Mars 2012 - Jour 77 - 26 ème escale - Cochin - INDE

Réveil 6 heures. Il faut être prêt pour l’excursion et les formalités douanières qui précèdent.
Aujourd’hui ce sera sortie «ville», nous aurons ainsi un (petit) aperçu de Cochin.

Beaucoup d’envahisseurs étrangers ont posé le pied à Kochi (c’est le nom actuel, autrefois la ville était connue sous le nom de Cochin). Tous ont marqué leur influence, et ce mélange de civilisations ajoute au caractère de la ville.

Nous sommes allés dans le quartier de Fort Kochi et à Saint-Francis, la plus vieille église européenne d'Inde, construite par les Portugais.
Nous avons vu d’autre filets de pêche chinois avec plaisir. C’est le seul symbole de l'influence des Chinois sur cette côte.
Non loin de là nous avons traversé, toujours à pied, le célèbre marché aux poissons, où les vendeurs font cuire et servent leurs plats sur place.

La communauté juive a elle aussi laissé ses marques. Dans le quartier de la synagogue, nous avons flâné dans la rue des Juifs, bordée de chaque côté de maisons pittoresques et de magasins proposant une grande variété d'articles, des épices aux objets d'art ancien (?).

Mais la matinée se termine déjà et nous devons être à bord pour 12 h 30. Deliziosa appareille vers 14 heures pour Goa, avec une heure de retard. Nous en ignorons la cause. Nous naviguons désormais dans la mer arabique également appelée mer d’Oman.

L’après-midi sera principalement consacrée à la réunion d’information concernant nos 2 prochaines escales de Goa et de Bombay.

On parle du Deliziosa dans la presse locale indienne !

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:56


On parle du Deliziosa dans la presse locale indienne !




_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:57

Suite ...

Vendredi 16 Mars 2012 - Jour 78 - 27 ème escale - Goa - INDE

Surprise à l’accostage ce matin, en plus des grues et des conteneurs, nous sommes au milieu d’immenses tas de charbon, dans lesquels circulent des trains!
Notez que moi ça ne me dérange pas, par contre nous avons eu la surprise en fin d’après-midi, lorsque nous sommes revenus d’excursion de voir notre balcon noir de poussière, sur les fauteuils et sur la table. Mme Chamadou en bonne fée des logis, a eu vite fait de tout remettre propre.

Notre excursion qui dure toute la journée, est un mélange de culturel et de nature.
Nous démarrons par la visite d’un temple hindouiste, le Sri Mangueshi - un temple raffiné du XVIIIe siècle dédié au dieu Shiva. Nous sommes en Inde, la première religion est l’hindouisme qui représente environ 85% de la population. Il est toujours intéressant d’en savoir un peu plus sur cette religion.

L’excursion se poursuit par la visite d’une plantation d’épices. Nous nous promenons au travers d’une végétation tropicale généreuse, aux senteurs délicates, dans des chemins ombragés qui nous procure un peu d’air rafraichissant.
Il faut dire qu’ici, la chaleur (34°C°) chargée d’humidité est éprouvante. Il n’a pas plu depuis le mois de septembre!
Nous apprécions toutes les informations que nous prodigue le guide, mais il ne parle qu’en anglais, et nous ne comprenons pas tout.
En effet, j’ai oublié de vous dire précédemment que les indiens exigent des guides qu’ils s’adressent aux touristes exclusivement en anglais. De même ils interdisent que les membres polyglottes de l’équipage de Deliziosa puissent nous accompagner pour faire la traduction.
Ils ont également interdit à tout l’équipage de descendre à terre... Complètement aberrant!!!

Mais revenons à nos vaches sacrées. Nous déjeunons sur place, en profitant de la cuisine locale, que nous apprécions beaucoup. (je vous parle pas des petites bananes, bien mûres ... mmmm ... un régal!)

Nous retrouvons la fraîcheur du bus pour aller vers la cathédrale de «Se» (j’ai bien dit Se en 2 lettres) dédiée à sainte Catherine, l'une des plus grandes églises de la ville. C’est ici que nous avons rencontré de jeunes indiennes qui voulaient absolument se faire photographier avec nous. Ils étaient gais et enjoués. Il y a sans doute une raison, mais cela restera un mystère.
Goa a été pendant plusieurs siècles une colonie portugaise. C’est pourquoi il est intéressant de voir beaucoup d’habitations et même certains quartiers, avec leurs maisons typiques du Portugal. Ils ont aussi construit des églises et des cathédrales.

Nous poursuivons par la visite de la basilique du Bon Jésus, construite par les jésuites au XVIe siècle, c'est une des plus importantes églises de Goa.

Pour terminer cette excursion nous passons par Panaji pour nous promener dans le quartier latin de Fontainhas, construit par les Portugais. Le quartier est typique et coloré. Nous avons l’impression de ne plus être en Inde.

Nous voilà déjà de retour sur Deliziosa, qui appareille cette fois un peu plus tôt à 17 heures. La route nous mènera à Bombay demain matin.

Vue du port de Goa depuis notre balcon... mais pas d'autre solution pour Deliziosa
Samedi 17 Mars 2012 - Jour 79 - 28 ème escale - Bombay - INDE

Après une bonne nuit passée en mer, dans un bateau parfaitement immobile dans une mer d’huile, nous découvrons Mumbai dans la brume. Les français connaissent Bombay, mais en réalité le vrai nom de la ville, qui est connu internationalement est Mumbai, et ce depuis 1995.

Nous allons faire un tour de ville, aller voir les monuments et endroits les plus importants, puis nous avons décidé que cet après-midi sera «relax».
De toute façon dans une ville de 21 millions d’habitants, rester une semaine ne servirai pas à grand chose de plus, et puis nous serons encore là demain toute la journée.

Re et re formalités de sortie du bateau; qu’est-ce qu’ils sont lourds ces indiens! (sans jeu de mots)

Enfin nous voilà descendu du bateau.

Après être passés par les zones commerciales du sud de la ville, les monuments construits durant la période britannique - Chatrapati Shivaji Maharaj Terminus (la gare Victoria), l'université de Bombay, la Cour suprême et le Prince of Wales Muséum, les tours du Silence, nous nous arrêtons au grand lavoir de Dhobi Ghat, encore populaire malgré l'avènement du lave-linge moderne ! C’est un endroit très visité de Bombay, et c’est un choc comme vous le constaterez sur la photo. À la descente du bus, nous sommes accostés par des mendiants, surtout des enfants qui essaient de nous apitoyer pour quelques pièces. Nous plongeons brutalement dans un autre monde.

Direction le musée Mani Bhavan, qui fut la résidence du père de la nation, le mahatma Gandhi, lors de son séjour à Bombay de 1917 à 1934. Cette maison appartenait à l’un de ses amis Shri Revashankar Jhaveri qui l’hébergea durant cette période.
On peut y voir des scènes qui retracent sa vie sous forme de petites statuettes, une façon ludique pour apprendre à connaître un des grands personnages de l’histoire mondiale.

Nous nous arrêtons au temple jaïniste Iskon Girgaum, que nous visitons. L’ambiance est à la prière et à la méditation. Nous sommes très bien accueillis, et un bonze nous offre une petite boulette au gout de praliné en guise de bienvenue.

Puis nous passons devant quelques-unes des principales attractions de la ville comme la Bibliothèque asiatique (l'ancien hôtel de ville), Marine Drive, la promenade de bord de mer également connue sous le nom de Collier de la Reine.

Nous visitons ensuite les Jardins suspendus et le parc Kamala Nehru, qui offre une très belle vue sur la ville.

L'excursion se poursuivra alors par la visite de l'église afghane. Dédiée aux soldats britanniques qui tombèrent durant les campagnes de la province du Sind et d'Afghanistan de 1838 et 1843, cette église, également connue sous le nom d'église Saint-Jean, fut construite en 1847. Une imposante structure de basalte surplombée d'une haute flèche de calcaire, qui en impose avec ses grands arcs gothiques et ses beaux vitraux.

Avant de rentrer au port, nous faisons un arrêt photo à la Gateway of India, la porte de l'Inde.
C’est le roi Georges V qui la fit ériger au début du siècle dernier. Depuis elle est devenue le symbole de Bombay.
Quelque chose me dit que nous y retournerons demain...

De retour sur le bateau vers 13 heures 30, nous déjeunons, puis redescendons à terre visiter quelques échoppes.

Ensuite relax, comme je vous l’ai dit.

Chut ! do not disturb !

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 15:59

Suite ...

Dimanche 18 Mars 2012 - Jour 80 - 28 ème escale - Bombay - INDE

C’est le dernier jour de notre escale à Bombay, et c’est dimanche.

Dès 8 heures nous quittons le navire, peu de circulation encore à cette heure, c’est dimanche, les bombaysiens (?) se reposent.
Nous dirigeons vers la «Porte de l’Inde», où nous montons dans un vieux bateau en bois vers l’île d’Elefanta.

Passer du Costa Deliziosa à ce rafiot (je ne trouve pas d’autre terme) est à lui seul un choc culturel!
Ne cherchez pas les brassières de sauvetage: il n’y en a pas. Trois «marins» sont aux commandes de ce vaisseau.
Le premier est sur la «passerelle», une guitoune en bois, posée sur le toit du 1er étage.
Et oui, en plus il y a un étage! Complètement à l’arrière, il n’a aucune visibilité sur ce qui se passe devant... Qu’à cela ne tienne, un deuxième marin, que j’ai pompeusement baptisé «le radar» scrute à la proue un éventuel bateau ou obstacle. Lorsqu’il perçoit quelque chose, il fait de mystérieux gestes à destination du «commandant» dans sa guitoune, qui lui, à l’air de comprendre.
Ouf! on vient de croiser un autre «rafiot» on l’a évité de justesse, ça fonctionne, youpi !
Le «commandant» n’a pas accès aux commandes du moteur, c’est donc le 3ème marin qui fait le travail.
Il juge quand nous approchons du port à quel moment il doit ralentir, pour ce faire il s’engouffre dans la cale et au moyen d’un levier, ralenti le moteur.
Il ressort, le quai approche! il ressaute dans la cale et met au point mort le «bouzin».
Il ressort encore, il faut accoster, il plonge dans le compartiment moteur pour mettre un grand coup de marche arrière, puis coupe le moteur. Miracle la manoeuvre a fonctionné parfaitement!
Bon d’accord, en cas de grosse mer, ou de brouillard, le meilleur moyen de s’en sortir c’est de faire une prière à Shiva !

Nous partons, disais-je, pour un voyage d’environ une heure vers l’île d’Elefanta.

La particularité et sa célébrité de cette île, c’est le temple rupestre de toute beauté qui s’y trouve. Il date du 7ème siècle après J.C.
Pour ceux qui connaissent Pétra en Jordanie, on peut faire un parallèle. C’est un site à ne manquer sous aucun prétexte, si un jour vous venez à Bombay. Il y a des flots de touristes, mais les hindous sont largement les plus nombreux.
Arrivés sur l’île, et sous une chaleur écrasante, nous nous rendons aux grottes situées à environ 20 minutes à pieds. On peut aller plus vite avec le petit train, dans ce cas 5 minutes suffisent, mais comme nous sommes sportifs (...) nous décidons d’y aller à pied. Nous devons ensuite grimper les 120 marches qui nous conduisent à l’entrée. Si vous n’êtes pas sportif, ou invalide, des chaises à porteur sont à votre disposition. Emmenées par 4 hindous, ils vous feront gravir ces 120 marches dans un confort total. En voyant leur frêle constitution, j’ai écarté l’idée tout de suite.
Pour avoir vu certains emprunter ce moyen de locomotion, je me suis dit que l’esprit colonial n’était pas encore tout à fait disparu...

Les grottes contiennent de surprenants reliefs représentant la mythologie indienne. Notre guide nous expliquera les histoires cachées derrière chaque sculpture, telle celle qui concerne la trilogie de Brahma (le Créateur), Vishnu (le Protecteur) et Shiva (le Destructeur).

A la fin de la visite, nous redescendons (c’est plus facile) faisons notre marche de 20 minutes, sous un soleil de plomb, reprenons le bateau pour retourner à la « Porte de l’Inde ».

Une heure plus tard, notre bus nous attend pour nous ramener à bord, mais là, c’est une autre chanson, à croire que tous les hindous ont décidés de sortir en même temps, ce n’est qu’embouteillages et concert de klaxons.

C’est vers 13 heures que nous regagnerons notre cabine.

Nous avons passé une grande et très belle matinée. La visite de ce temple a été passionnante, et voir ces imposantes statues et colonnes creusées dans la roche, laisse une très forte impression.

Il fait trop chaud pour travailler, comme dit la chanson, aussi nous resterons à bord au frais cet après-midi.

Ce soir Deliziosa appareillera vers 19 heures, avec une heure de retard. En effet les autorités indiennes ont voulu contrôler une dernière fois l’identité de tous les passagers et membres d’équipage. Ils ont fait attendre les dix personnes préposées à l’amarrage, le bateau pilote, le bateau de la marine indienne qui s’occupe de notre sécurité dans leurs eaux territoriales etc...

Destination Abu Dhabi que nous atteindrons le 21 mars au matin après 2 jours de mer.
On va pouvoir profiter de la navigation, c’est un moment que tout le monde apprécie.


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:01


La porte de l'Inde avec les "rafiots" devant


Insolite: Un sous-marin devant Deliziosa


Les statues rupestres d'Elephanta

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:02

Suite ...

Lundi 19 Mars 2012 - Jour 81 - En mer

Après l’agitation de la dernière semaine, nous voici au calme, en mer, pour rejoindre notre prochaine escale Abu Dhabi.

La perception de l’Inde que nous avons eue aujourd’hui est très différente de celle que nous avions eue il y a 20 ans déjà.
La progression du pays a été fulgurante, les routes ont remplacé les chemins en terre battue, les voitures ont remplacé les mobylettes, les mobylettes ont remplacé les vélos.
Si la pauvreté est toujours omniprésente, elle est nettement moins répandue qu’alors.
L’habillement traditionnel a fait place aux jeans et t-shirts. Nous avons vu de beaux magasins, beaucoup de voitures neuves, des grosses cylindrées de luxe, mais aussi des Nano de chez Tata, que l’on peut acquérir neuve pour 2000 Euros.
Pas de doute, l’Inde est en pleine croissance économique, même si la population qui se chiffe à un milliard deux cent millions d’individus est répartie en une petite classe riche, une très grande classe de pauvres. Quant à la classe moyenne elle est réduite à la portion congrue.

Bien évidemment, ces impressions n’engagent que nous, et ne sont pas forcement le reflet exact de la réalité. En si peu de temps on ne peut tirer des conclusions aussi généralistes. Nous nous basons sur la comparaison faite par 2 touristes en 20 ans d’intervalle, ainsi que par toutes les informations et discussions que nous avons eues avec différents guides et qui se corroborent tout à fait.

Gérer démocratiquement un pays avec autant d’habitants n’est pas chose aisée, je pense qu’avec le temps, la classe moyenne se développera en diminuant par la même, la classe des pauvres.

L’enseignement est la grande priorité du pays, aujourd’hui 80% de la population sait lire, écrire et compter. C’est énorme ce qui a été fait en quelques années. Dans les campagnes les plus reculées il y a des écoles, où les élèves se rendent en uniforme. L’instruction est la richesse du pays, c’est par l’enseignement que se construira l’avenir et la prospérité de l’Inde. Il en est ici comme ailleurs.

Aujourd’hui l’Inde a le plus fort taux de croissance, juste derrière la Chine. Dans 20 ou 30 ans ils nous aurons peut-être dépassé.

Le port où nous avons accosté est très important, les cargos, pétroliers, vraquiers, en attente dans l’immense rade se comptent par centaines, rien à voir avec nos ports français.

Mais ils ont, je pense, la phobie des agressions qui pourraient venir de l’extérieur, et en particulier du Pakistan.

C’est ce qui pourrait expliquer toutes les tracasseries administratives que nous avons connues, jusqu’à la dernière minute, le nombre de militaires qui veillaient sur notre bateau jour et nuit, etc...

Maintenant l’Inde est derrière notre sillage. Nous pensons aux futures escales, c’est pourquoi, ce matin, nous sommes allés à la réunion de Frédo (en 3 mois on peut commencer à avoir quelques familiarités non?).
Nous avons eu un aperçu sur le proche orient, ses composantes, son histoire, sa religion, ses structures politiques etc.. C’était fort intéressant , et demain on remettra le couvert avec cette fois la présentation des escales et les informations touristiques indispensables.

Pour le reste, c’est comme d’hab., la vie à bord est toujours très agréable, on ne s’en lasse pas !

Mardi 20 Mars 2012 - Jour 82 - En mer

Un peu agitée la nuit, bah lorsque nous rentrerons je suis sûr que ce bercement nous manquera. Et puis cela complique la tâche des pirates!

Justement à propos de piraterie, sur notre bateau les choses s’organisent, et sont prises au sérieux. Des agents de la sécurité veillent au pont N°3, 24 heures sur 24, équipés de gilets pare-balles. Les tuyaux des lances à incendie sont déroulés tout autour du bateau, robinets ouverts prêt à intervenir.
Pour mémoire le Costa Allegra, celui qui a connu récemment une panne de moteur a connu une agression dans les parages.
2 go fast noirs, équipés de puissants moteurs hors bord avaient tenté d’arraisonner le navire. Immédiatement du fil barbelé a été déployé sur le pourtour, les lances incendies mises en marche, les pirates ont finalement renoncé.

Quand on sait que le Deliziosa est 4 fois plus gros, augmentant ainsi les difficultés d’accéder à bord, je pense que nous n’avons pas à nous inquiéter d’avantage.

Ce matin à 10 heures nous allons à la réunion de Frédo, pour découvrir les deux prochaines villes que nous allons visiter: Abu Dhabi et Dubaï. Là aussi je pense que nous allons connaître un nouveau choc culturel, mais dans l’autre sens cette fois.
La température a sensiblement rafraîchi, et le vent est assez fort, aussi nous resterons à l’intérieur du bateau aujourd’hui. Il est suffisamment vaste, pour que l’on trouve un coin pour la lecture ou pour boire un bon chocolat chaud (extra dark) ou taquiner une machine à sous.

Ce soir c’est le dîner du commandant, autant vous dire que c’est pingouin pour les hommes, pour être à la hauteur de la beauté de nos épouses

Demain nous débarquerons à Abu Dhabi. Restez en ligne !


_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:08

Suite ...

Mercredi 21 Mars 2012 - Jour 83 - 29 ème escale - ABU DHABI

Surprise au réveil de matin. Notre balcon est recouvert d’un sable fin venu du désert, nous approchons d’Abu Dhabi dans une brume de poussière de sable. On nous dira plus tard qu’une tempête de sable s’est déclarée il y a 3 jours. C’est généralement au 3ème jour que cela s’arrête, et justement nous sommes le 3ème jour, alors tous les espoirs sont permis.
Mais gare aux appareils photo, cette poussière se glisse partout.
Côté mer par contre, elle est d’un joli turquoise invitant à la baignade, mais pas le temps, faut y aller!

Nous partons dans la fraîcheur matinale, et oui 23°C sans un poil d’humidité, il y a des semaines qu’on a pas connu ça, et on apprécie!
Nous partons vers Al Ain, une petite ville située à 150 kms environ d’Abu Dhabi. Nous avons choisi délibérément de zapper la ville, car côté grattes-ciel en tout genre, je crois que nous allons être servi demain.

Dès le départ le choc avec l’Inde est frappant (normal s’agissant d’un choc...). Nous sommes passé d’une extrême à l’autre. Imaginez un pays croulant sous les pétrodollars, en chantier constamment (on ne compte plus les grues) des immeubles neufs, des équipements publics neufs, bref tout le pays transpire la richesse et l’opulence.
Cependant contrairement à sa voisine Dubaï, cette richesse repose sur des bases solides, et l’avenir du pays sans pétrole est habilement prévu. De même, pour se différencier des autres émirats, Abu Dhabi a décidé d’investir dans la culture, c’est une bonne chose. Beaucoup d’équipements culturels sont en construction, dont le «Louvre» de l’architecte français Jean Nouvel.

Je passe sur le niveau de vie, sur le taux de chômage proche de 0%, nous dit-on, sur la taille des voitures, sur les autoroutes éclairés en plein désert, sur le super à 20 centimes d’Euro, sur les appartements qui valent 5 fois plus chers qu’à Dubaï, sur les cent cinquante millions de palmiers plantés et... arrosés, sur l’Emirate Hôtel autoproclamé 7 étoiles qui ne comporte que des suites de 150 à 1 200 m2, allant de 3 000 à 15 000 Euros la nuit principalement occupé par des russes et des chinois, bref le mot crise, est inconnu ici.

Al Ain, à l'est d'Abu Dhabi, se trouve dans une région luxuriante qui foisonne de sources. Autrefois, cette ville oasis constituait une étape essentielle sur la route des caravanes qui reliait les Émirats et le sultanat d'Oman, ensuite elle fut la ville où le cheikh Zayed, l'ancien président des Emirats Arabes Unis et l'ex-gouverneur d'Abu Dhabi, passa une partie de son enfance.

Aujourd’hui c’est son fils Khalifa qui règne depuis 2004.
Pour la petite histoire c’est Khalifa qui a fini de financer la plus haute tour du monde à Dubaï, pour la modique somme de 1 milliard de dollars, les travaux étant momentanément stoppés faute de crédits. En échange il demanda simplement que cette tour de 825 mètres de haut porte son nom. Ainsi la tour Burj Khalifa de Dubaï porte le nom de l’Émir d’Abu Dhabi.

Nous commençons par faire une halte à l’ancien palais de l’émir d’Abu Dhabi, ce dernier semble avoir été très estimé par la population. Il tenait absolument que le palais reste toujours ouvert, pour que les voyageurs puissent venir prendre quelque repos après la traversée du désert.

Ensuite nous nous arrêtons au musée national d’Al Ain, qui retrace l’histoire du pays et son évolution, en particulier depuis les 60 dernières années.
La visite terminée, nous allons marcher dans l’oasis qui jouxte le musée. Il existe 3000 oasis à Al Ain, qui font oublier totalement que nous sommes en plein désert. La pollinisation des palmiers nous est expliquée avec démonstration à l’appui. Un arboriculteur est monté au faîte du palmier pour effectuer la pollinisation, un peu comme on fait pour la vanille, pour ceux qui connaissent, mais là il faut grimper! Un homme fait environ 20 palmiers par jour.
Nous avons par la même occasion admiré un parfait exemple de l'ancien système d'irrigation, dit falaj, ainsi que le moyen pour répartir l’eau entre chaque exploitant par un ingénieux système de planches trouées.

Puis nous nous rendons au seul marché aux chameaux qui existe encore dans la région, où la population locale peut acheter un de ces animaux, à un prix avantageux, parait-il ! Les chameaux sont vendus pour la viande, ici on se nourrit du chameau ou du dromadaire, comme nous du boeuf. Un ami de notre guide est venu ce matin, il a acheté 6 dromadaires pour manger à un repas de noces qui compte 1 000 convives. Il nous a également invité à ce festin, mais nous avons décliné son invitation car nous repartons ce soir à minuit, en revanche le guide, lui, a accepté.

Nous nous arrêtons ensuite déjeuner à l’Hôtel Hilton d’Al Ain, puis prenons le chemin du retour. En chemin nous ferons un stop pour faire une photo de la très belle mosquée du Sheikh Zayed.

Enfin pour clore cette journée, nous avons invité Frédéric Mathieu et sa collègue Séverine, nos hôtes français, autour d’un bon dîner. C’est notre façon de les remercier pour l’excellent travail qu’ils ont fourni depuis 3 mois

Voilà, maintenant il se fait tard, demain nous serons à Dubaï distante de 88 milles marins seulement.

Une broutille pour Deliziosa !

Jeudi 22 Mars 2012 - Jour 84 - 30 ème escale - DUBAÏ

Des grues et encore des grues ! Oui mais celles là ne sont pas celles dont on se sert pour charger les cargos, mais celles qui servent à la construction.
Dubaï est un immense chantier de construction.
Costa Deliziosa accoste à son quai, il a été inauguré il y a deux ans ici même, et les autorités locales lui accordent un traitement de faveur, avec tapis rouge et accueil personnalisé.

Dubaï est différente de sa grande soeur Abu Dhabi.

Membre des Etats Arabes Unis, c’est l‘Émir Khalifa d’Abu Dhabi qui est le président» de cette fédération. Son économie est basée presque exclusivement sur la finance, le commerce, et le pétrole, dans une toute petite mesure. Abu Dhabi qui regorge de pétrodollars, partage ses richesses en investissant massivement à Dubaï, mais aussi dans les autres pays des Émirats.

C’est un paradis fiscal, c’est ce qui explique l’explosion de ces investissements et la richesse du pays. Ici pas d’impôts ni de taxes.

J’ai tout de suite adoré Dubaï, Mme Chamadou un peu moins.

Dubaï, pays des records: La plus haute tour du monde (828 mètres), avec l’ascenseur le plus rapide au monde (10 mètres par seconde) le plus long métro sans conducteur (75 kms), le plus long tunnel d’aquarium en acrylique (33 mètres), les plus hauts jets d’eau (175 mètres) jusqu’au cocktail de fruit le plus cher 6 000 Euros (cela n’a pas empêché un couple de russes de s’en offrir 2 !

Mais revenons à nos chameaux.

Cette visite de Dubaï nous emmène aujourd'hui, dans le Dubaï de demain. Nous commençons avec le tour à Dubaï Land, parc en voie de développement, où nous prenons conscience de l'échelle des constructions. De multiples projets de milliard dollars seront construits d'ici 2020.
Nous faisons ensuite un arrêt photo à Burj Al Arab, le plus grand hôtel du monde sur une île réalisée par l'homme (encore un record!). Souvenez vous de la publicité vue sur beaucoup de chaînes de télévisions, il s’agissait d’un match de tennis entre Nadal et Féderrer joué sur la piste d’atterrissage pour hélicoptère (record du match de tennis joué le plus haut!)

Le prochain arrêt sera à Burj Khalifa la plus grande tour du monde. Mais l’Arabie Saoudite met en chantier un gratte ciel de 1,1 km de haut, pulvérisant ainsi le record.
Déjà à Dubaï on travaille pour surélever le Burj Khalifa et conserver le titre...

La vue de cette tour est impressionnante de par sa hauteur, mais aussi et surtout pas sa beauté. À l’entrée nous sommes informés par une présentation multimédia de la chronique de l'histoire de Dubaï et de Burj Khalifa. Nous effectuons ensuite un voyage long de 65 mètres qui nous transporte à travers temps, depuis le tout début de Dubaï jusqu’à aujourd'hui. Nous nous engouffrons dans l’ascenseur qui nous propulsera en un clin d’oeil au 124e étage. Là première surprise, dans l’ascenseur les lumières s’éteignent et font place a de petites lumières bleues réparties surtout le pourtour, des écrans de télévision retracent l’histoire de la construction, une petite musique douce est diffusée pendant cette ascension. Mais la plus grande surprise réside dans la douceur de l’ascension, à aucun moment nous n’avons senti l’ascenseur démarrer, ni s’arrêter. La pressurisation fait que nous sommes grimpé à 600 mètres de haut sans le moindre mal d’oreille. Lorsque les portes s'ouvrent, vous sommes étonnés par la vue à 360 degrés sur la ville et le désert, malheureusement les conditions météo sont mauvaises, la visibilité est très réduite par la poussière de sable en suspension qui s’infiltre partout. Nous n’avons pas la possibilité de voir les îles palmiers, les îles «The World» (à propos la France est à vendre, par les temps qui courent elle ne doit pas valoir trop chère ...)

Le plus haut bâtiment du monde est entouré par des hôtels, et est aussi une destination pour le shopping, et le divertissement.

Après cette expérience incroyable nous nous immergeons dans un monde de couleurs fantastiques, avec des animaux spectaculaires: l’aquarium de Dubaï et le zoo sous-marin où nous pouvons approcher de plus de 33 000 animaux aquatiques. Cet aquarium nous a donné des vues uniques des Requins du Tigre du Sable, des Mérous Géants, et des bancs de sable miroitants de poisson Pélagique. Avec une capacité de 10 millions de litres d'eau, l’aquarium de Dubaï et le zoo sous-marin exposent mondialement une des collections les plus diverses de la vie aquatique. Nous avons pu y observer des pingouins se promener sur de la vraie neige et plonger dans de l’eau glacé! Nous oublions que nous sommes au milieu du désert et que l’été les températures avoisinent les 50°C.

Nous avons également traversé le tunnel de l'aquarium, à 11 mètres sous la surface.

Ensuite, place aux joies du shopping au Centre commercial de Dubaï (on appelle cela un Mall), le plus grand centre commercial dans la région avant de revenir au port.

L’après-midi nous sommes repartis en taxi à «Dubaï Mall» pour assister au spectacle des jets d’eau. Après nous être promené dans le mall, nous avons pris place à une terrasse d’un restaurant située au premier étage, afin d’avoir une vue privilégiée sur les jets d’eau.

Nous avons été ravis par le spectacle... et par notre dîner en amoureux.

À demain, toujours à Dubaï

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:09






_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:10

Suite ...

Vendredi 23 Mars 2012 - Jour 85 - 30 ème escale - DUBAÏ

Nous commençons la journée avec une déception.

En effet nous avions prévu de faire un survol de Dubaï en hydravion, n’ayant jamais eu l’occasion de prendre ce moyen de transport, pour découvrir entre autres, les fameuses iles palmiers et «the world».
Malheureusement les conditions météo et la visibilité réduite, due à la tempête de sable, ont conduit à l’annulation de cette sortie.

Il est 9 heures, nous devons être à bord au plus tard à 12 heures 30, car Deliziosa appareille à 13 heures.

Pas beaucoup de solutions, trouver un taxi pour aller en ville, voir un musée, aller au marché aux poissons, rejoindre le souk de l’or ou celui des épices réclame plus de temps si on tient compte du trajet aller et retour.

Finalement nous nous orientons vers une ballade avec un bus type (Hop on, Hop off) pour faire un tour de ville au 2 ème étage, à l’air, commentaires en français compris.
C’est mieux que rien non ?

Nous ramènerons quelques photos supplémentaires de ce pays déroutant.

Nous avons vu des femmes, toutes de noir vêtues, excepté les yeux, conduire des Porsche, le sac Luis Vuitton posé sur le siège passager, des arrêt de bus climatisés, des trottoir et passages protégés en marbre, des pelouses vertes, malgré qu’il n’a pas plut depuis 14 mois. Mais aussi des hommes vêtus tout de blanc, dans le costume traditionnel, accompagnés de 3 ou 4 épouses...

Bien nous a pris de choisir ce moyen de transport pour faire un tour de ville, car nous sommes arrivés juste à temps à bord de Déliziosa, malgré l’assurance qui nous avait été donné d’être de retour à 11 heures...

Il est 13 heures Déliziosa quitte son quai.

Nous nous rendons à 16 heures à la réunion de Frédo, qui nous informe de notre prochaine escale: Mascate, capitale du Sultanat d’Oman.

Cela à l’air très prometteur!

Samedi 24 Mars 2012 - Jour 86 - 31 ème escale - Mascate - OMAN

Après avoir franchi pour la deuxième fois le détroit d’Ormuz nous naviguons vers Mascate, capitale du Sultanat d’Oman, et plus petite capitale du Monde.

L’arrivée est superbe, avec vue sur le porte encens géant, situé au sommet d’une colline et symbole d’Oman.
Malheureusement, la tempête de sable a sévit également ici, et les poussières en suspension dans l’air, altèrent la visibilité.
Pendant l’accostage de Deliziosa, nous avons le loisir de voir l'un des yacht du Sultan amarré tout à côté, ainsi que de magnifiques boutres multicolores (ici on utile le mot anglais: dhow) en cours de chargement, par la méthode traditionnelle, sac par sac et non pas par conteneurs.

La température continue de grimper, elle est de 23°C le matin et de 34°C dans l’après-midi. La tempête de sable qui eu lieu est annonciatrice de l’été. Les températures seront à ce moment aux environs de 45°C.
Les entreprises de travaux publics et du bâtiment travaillent la nuit et le matin. Tout le reste du pays commence tôt le matin (vers 6 heures) et arrête à 12 heures 30, les écoles également.

Ce qui frappe tout de suite le visiteur qui arrive à Mascate, c’est la propreté et l’excellent état d’entretien de la ville. Elle fut élue capitale la plus propre du monde en 2008, devant Singapour !

Aujourd’hui nous déserterons la capitale pour visiter ... l’ancienne capitale d’Oman: Nizwa.
C’est là que résidait l’Imam qui contrôlait tout le pays jusqu’en 1970, date à laquelle le sultan actuel prit le pouvoir.

Ce dernier est très aimé par son peuple, il a réussit, sans heurts, que les religieux s’occupent uniquement du culte pour lui laisser la gestion des affaires politiques.

Il a porté son pays du Moyen Âge à l’ère moderne, grâce aux pétrodollars. Les réserves étant estimées à 200 ans, la construction du pays se fait progressivement, avec un ordre établi: les routes et moyens de communication en premier, les réseaux électrique, gaz, téléphone, internet ensuite, actuellement c’est l’enseignement qui est prioritaire.

Beaucoup de choses sont gratuites: l’enseignement, la santé etc... Ici pas de taxes ni d’impôts, pas de péage autoroutier, l’essence est à 25 centimes d’euro, la routine quoi, pour un pays de l’or noir.
Les hommes peuvent avoir jusqu’à 4 femmes, les dotes varient en fonction de la beauté, de l’instruction et du lieux. Ainsi pour une femme de Mascate la dote est d’environ 12 000 euros, à Salalah, où nous serons après-demain, la dote est de 100 000 Euros. C’est vraiment un autre monde.

Lorsque les omanais se marient, ils reçoivent de la part du sultan une maison en cadeau.
Par contre si l'un des deux n'est pas omanais, le couple aura droit de l'acheter ...

J’en étais où? ah oui, j’y suis: Nizwa.

Nous partons dans un bus à moitié rempli (ou à moitié vide si vous préférez). C’est très agréable, on peut se déssérer un peu, et puis surtout, c’est plus confortable pour les visites commentées par le guide.

Notre guide Steve parle parfaitement le français, il vient de la côte d’Ivoire. Il nous a expliqué que le taux de chômage est proche de 0% en Oman. Il est interdit de ne pas travailler quand on est Omanais. Les besoins supplémentaires sont assurés par des immigrés, (les français en font parti) qui ont un contrat de travail de 2 ans maximum. Si au bout de ces 2 ans l’état Omanais a besoin de vous, il sera prolongé de 2 ans supplémentaires, sinon vous rentrez chez vous.

Au départ du port Mina Qaboos, nous prenons la direction de Nizwa pour un voyage de 2h30 environ. A notre arrivée, nous visitons le marché couvert et le souk, où l’on trouve des articles de l'artisanat local tels que bijoux en argent, cuivre et tissus.

Puis nous visitons le fort de Nizwa, le plus vieux d'Oman : commencé en 1668, sa construction prit des années et rien que son énorme tour, sa principale caractéristique, ne fut achevée qu'au bout de 30 ans.

Après l’agréable déjeuner dans les jardins au Falaj Daris Hôtel, nous visitons le château de Jabrin, point d’orgue de cette journée, probablement le plus beau et pittoresque d'Oman.

Il est maintenant temps de rentrer, de faire ces 2 heures 30 de bus, qui passent finalement très vite, car le paysage montagneux et désertique, entrecoupé de villages pittoresque, est de toute beauté.

Deliziosa appareille à 18 heures, laisse dernière nous Mascate illuminé dans la pénombre naissante, nous admirons une dernière fois le porte encens, nous longeons les côtes de la péninsule arabique direction Salalah, l’autre ville d’Oman, plus au sud.

Entre-temps nous avons droit à une journée complète de repos en mer: ouf !

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:13






_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:14

Suite ...

Lundi 26 Mars 2012 - Jour 88 - 32 ème escale - Salalah - OMAN

Nous voilà arrivé à Salalah, l’autre ville du sultanat d’Oman que nous visiterons et située dans le sud du pays dans la région du Dhofar, non loin de la frontière avec le Yemen.

Pas de temps à perdre pour cette excursion d'une journée, nous sommes sortis du bateau à 8 heures 10, formalités comprises.
Beaucoup de sites à visiter, nous avons réservé l’excursion la plus complète, et la plus longue aussi. Nous voulons en profiter un maximum.

Nous commencerons notre tour par une visite au souk. Une fois n’est pas coutume de commencer ainsi une excursion, mais les souks sont fermés l’après-midi, aussi nous devons nous adapter. La spécialité locale c’est l’encens, puisque la région est plantée de beaucoup d’arbres à encens.
Cette production fit les beaux jours et la richesse d’Oman, avant la découverte du pétrole.
À une époque l’encens était considéré comme une matière précieuse et 1 kgs d’encens s’échangeait contre 1 kgs d’or ! Aujourd’hui Oman reste le plus grand producteur mondial d’encens.

Une odeur caractéristique plane sur le souk où l’encens est vendu à toutes les échoppes, avec tous ses dérivés sous forme de parfums. On y trouve aussi toutes sortes de tissus, d’habits traditionnels, et les différents souvenirs qui font l’attraction de ce type de lieu. On y verra même 2 dromadaires, chargés dans un petit camion, pattes entravées, prêts à être négociés à bon prix.

Ensuite nous prenons la direction du village de pêcheurs de Taqah, la troisième grande "ville" du Dhofar et qui compte environ 3000 habitants. Ses habitants étaient traditionnellement des fermiers et des pêcheurs et Taqah est aujourd'hui renommé pour ses sardines. Nous visitons le château de Taqah, qui nous donne un aperçu de la vie de ses habitants il y a quelques années. Du haut des murailles nous profitons de la belle vue sur le village et la campagne environnante.

Nous reprenons la route pour rejoindre la crique de Khor Rori, probablement le site de la cité détruite de Sumhuram, autrefois capitale du commerce de l'encens exotique d'Arabie. Les fouilles du site témoignent d'une ville antique qui participait à des échanges commerciaux maritimes avec des pays d'Extrême-Orient, voire même jusqu'à la Grèce. On prétend aussi que s'y dressait le palais de la légendaire reine de Saba, désormais en ruine et en cours de restauration.

À propos de restauration, c’est déjà l’heure du repas. C’est dans hôtel confortable que nous ferons une pause déjeuner, afin de reprendre un peu d’énergie. Marcher sous le soleil écrasant n’est tout de même pas chose si aisée.

Nous poursuivons vers le site archéologique d'Al-Balid, qui propose des expositions sur l'archéologie, l'histoire et le patrimoine de la région.
Ce trajet nous permettra de contempler le paysage qui se déroule sous nos yeux, un désert entrecoupé par de rares habitations et quelques troupeaux de dromadaires. La route, comme toutes les routes d’Oman est belle, bien entretenue et éclairée de nuit ! Ici toutes les routes et autoroutes sont éclairées sur toute leur longueur, même en plein désert !

Ce site est complet et intéressant. Il comporte un musée sur la marine, dans lequel nous nous sommes attardés un peu plus... un musée qui retrace l’histoire d’Oman, avec des photos avant/après quel chemin parcouru par ce pays: impressionnant. Nous pouvons aussi avoir une vue sur les maquettes des principaux équipements du pays, universités, hôpitaux etc. Le niveau d’équipement mis à la disposition de ses habitants est impressionnant.

Je vous confirme que ce pays est très, très propre. Des trottoirs partout, avec pavés auto-bloquants, des ronds points paysagés avec fontaines etc... du gazon qui partage l’espace des trottoirs, nous avons vu des jardiniers faire les finitions aux ciseaux ! Tout ceci pour vous dire que les heures de bus passent très vite, mais aujourd’hui nous n’avons pas fait beaucoup de route.

Cette visite nous a permis également de découvrir grâce aux arbres à encens présents dans les alentours, les procédés de sa récolte, technique comparable à celle de la résine, ou du caoutchouc.
Autrefois, le Dhofar était renommé pour le commerce de l'encens. La légende veut que le roi mage porteur d'encens venu adorer l'enfant Jésus, fut du Dhofar. Mais aujourd'hui, l'usage de l'encens ayant diminué, les arbres à encens ne poussent plus que dans quelques rares pays (le Yémen et le sultanat d'Oman)
Nous ferons également un rapide tour à pieds dans le site archéologique attenant, qui fut autrefois le port d’où partaient et où se faisait le commerce de l’encens.

Nous nous dirigeons ensuite vers la plage de Mughsail, plus de trois kilomètres de sable immaculé délimitée par de hautes falaises et parsemés d'aires de pique-nique. En route nous sommes arrêtés par des militaires à un «check point». En effet nous sommes tout proche de la frontière avec le Yemen, et la tension est grande entre ces deux pays.

Une curiosité locale attire bon nombre de visiteurs. Sur un petit promontoire le long de la côte il existe des évents. Ces trous se sont formés naturellement dans la roche, et sous l’effet des mouvements de la mer, nous voyons jaillir des jets d'eau pouvant atteindre jusqu'à 15 mètres de hauteur.

C’est très spectaculaire et on ne se lasse pas de se promener dans ce site entre ciel bleu, mer bleue, sable blanc, le long de falaises découpés, procurant une ombre bienfaitrice, rafraîchie par une légère brise.

Mais il faut déjà repartir pour rejoindre Deliziosa.

Nous avons beaucoup aimé Oman, c’est une destination idéale pour passer un mois d’hiver au chaud.
Le pays est propre, on ne le dira jamais assez, les autochtones, sont calmes, gentils, accueillants, les paysages sont parfois à couper le souffle, les touristes rares, malgré de superbes hôtels et des plages de rêve, la sécurité est presque à 100%, enfin la vie est bon marché.

Nous quittons le port de Salalah, direction Charm El Cheikh que nous atteindrons le 31 mars après 4 jours de mer.

Mardi 27 Mars 2012 - Jour 89 - En mer

Nous sommes actuellement dans le golfe d’Aden entre les côtes du Yemen et de la Somalie, nous descendons toujours vers le sud ouest.
C’est la région où la piraterie est la plus active, mais toutes les précautions ont été prises au niveau de notre navire. Ce matin nous avons été escorté pendant quelques temps par un bâtiment militaire, on peu supposer qu’il a passé toute ou partie de la nuit à nos côtés. Dans l’après-midi un hélicoptère (voir photo) nous a survolé.
Les cargos naviguent en convoi.

Aujourd’hui c’est une belle journée de repos, et les 4 jours de mer à venir sont appréciés de tous. Mme Chamadou qui redoutait ces jours de mer, aujourd’hui les apprécie, peut-être même secrètement les espère-t-elle ?

Ce matin nous sommes allé à l’espace «Samsara» du navire, c’est une zone réservée aux soins du corps et à la remise en forme. Nous en sommes ressortis avec 10 ans de moins ...

Depuis le départ de ce tour du monde, il n’est pas une journée où nous avons l’occasion d’observer quelques animaux à proximité de Déliziosa.
Ainsi avant-hier une centaine de dauphins sont venus «jouer» tout à côté de nous. Il sautaient en retombant à plat ventre avec de grands «splach». La nuit tombait, j’ai sorti l’appareil, malheureusement avec la faible luminosité seules une ou deux photos permettent d’entrevoir ces dauphins. Décidément ils ne se laissent pas mitrailler comme ça eux! Je verrai demain si je peux en publier une.

Hier soir, ce sont des poissons d’environ 40 cms de long qui faisaient aussi d’incroyables bons en l’air. Probablement qu’ils se sentaient menacés (par des dauphins?) et qu’ils essayaient d’échapper à leurs prédateurs.

Plus calme ce matin les exocets qui volaient à ras de l’eau tout autour du bateau, des vols d’une cinquantaine de mètres peut-être.

Entretemps Deliziosa était parcouru de long en large pas des enfants et des ados dans un jeu de piste. Compte tenu de la taille du navire et de toutes les pièces, salons et endroits aussi divers que variés, pas de doute qu’il se sont bien amusé !

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:17


Plage de rêve...


Le château de Taqah


t'as de beaux yeux tu sais ...

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:19

Suite ...

Mercredi 28 Mars 2012 - Jour 90 - En mer

Le réveil commence par la mise à l’heure de nos montres, aïe aïe aïe, ça sent la fin du voyage!

Plus qu’une heure de décalage avec vous.

Ça y est nous sommes en Mer Rouge, et remontons désormais en direction du nord ouest.

Quelques occupations en perspective ce matin, on ne va tout de même pas parler de travail !

À 10 heures, je me suis rendu au grand salon Mirabilis, pour donner quelques explications sur le fonctionnement et la manipulation de l’iPad. C’est incroyable l’efficacité du bouche à oreille, bon, mais maintenant je me suis spécialisé dans les produits Apple, j’ai arrêté de renseigner sur les PC, trop compliqué en tout. 2 «clients» m’attendaient et j’ai pu résoudre leurs petits problèmes.

Ensuite, nous avons assisté à une présentation fort intéressante sur les coulisses du Deliziosa. Après la projection d’un diaporama commenté par Frédéric Mathieu, le commandant est venu répondre à nos questions.
Il est apparu simple, décontracté avec une pointe d’humour du meilleur effet.

Il fait chaud, aussi nous irons passer quelques instants à la piscine.

L’après-midi se soldera par un apéro «balcon», en effet nous avons décidé de nous réunir à une dizaine sur notre balcon, chacun venant avec ce qu’il a en liquide et solide, afin de partager un moment de convivialité.

Ensuite ce sera le dîner et les activités habituellement proposées pour passer agréablement la soirée.

Jeudi 29 Mars 2012 - Jour 91 - En mer

Les jours défilent à toute vitesse maintenant.

On nous a annoncé un nouveau changement de fuseau horaire pour la nuit. Désormais nous aurons la même heure que vous. S’il ne fallait qu’un signe annonciateur de la fin de la croisière, l’absence de décalage horaire serait suffisant. C’est la 24 ème fois que nous changeons d’heure, la prochaine fois ce sera en octobre ... pour l’heure d’hiver.
À propos d’hiver, on ne l’a pas vu celui-là !

Nous naviguons actuellement au beau milieu de la mer rouge entre l’Arabie Saoudite et l’Égypte, entre l’Asie et l’Afrique.
Nous croisons beaucoup de cargos, c’est une route maritime fréquentée, et nous sommes quasiment en convoi.
Mais cette fois pas pour des raisons de sécurité comme dans la mer d’Oman, mais pour être au beau milieu du «rail» que les navires doivent emprunter.

À propos de sécurité, hier, 2 bateaux pneumatiques équipés de puissants moteurs se sont approchés de Deliziosa.
5 marins sont en faction équipés de gilets pare-balles, de lances à incendie, et d’autres choses peut-être, que nous ne savons pas. Une brève altercation a eu lieu entre les marins et les «pêcheurs» dirons nous. Ils ont rebroussé chemin, sans doute étaient-ils venus pour estimer la sécurité du navire.

Nous avons croisé des cargos équipés de fils barbelés et de mannequins en guise de sentinelles. C’est sûr qu’ils ne disposent pas d’un équipage suffisant, alors ils se débrouillent comme ils peuvent.

Ce matin, à 9 heures nous devons remplir les formalité d’entrée en Égypte et récupérer nos passeports. La chose fût faite aisément et sans attente. Je n’ai jamais vu autant de tampons sur nos passeports!

Nous sommes allé ensuite à la conférence de Carlo Scopelliti ayant pour thème: «Le mystère des pyramides». Il est toujours très intéressant, et nous en sortons avec de meilleures connaissances sur tous ces symboles, la relation entre l’architecture et les étoiles, et également sur les divers rituels.

C’est après-midi, après le goûter, nous irons à la présentation en images et aux informations touristiques de l’Égypte, du sud du Sinaï, et des côtes de la mer rouge, commentaires d Frédéric Mathieu, comme d’hab.

Pour bien terminer la soirée, nous avons décidé de nous offrir un dîner en tête à tête au «Club» le restaurant gastronomique du Deliziosa.

Il ne reste plus que quelques jours alors on en profite !

Fumer nuit gravement à la santé ...

Vendredi 30 Mars 2012 - Jour 92 - En mer

Frisquet sur le balcon au petit matin, tout est relatif bien sûr, mais après plusieurs semaines de fortes chaleurs, les 24°C que nous gratifie la mer rouge ce matin nous semblent frais. Nous filons plein nord, avec un peu d’ouest dedans.

Ce matin à 10 heures, réunion d’information au théâtre Duse présentée par Fredo ayant pour thème:
«L’Égypte, le canal de Suez, et les Pyramides. Deuxième escale égyptienne, Alexandrie, une des sept merveilles du monde antique et perle de la Méditerranée»
Il s’agit à la fois de préparer la prochaine escale, ainsi que la traversée du canal de Suez, ce sera également un des grand moment de notre tour du monde.

Vous avez sans doute remarqué au cours des posts parus sur FV depuis notre retour, des fautes d’orthographe qui «ornent» ça et là, un paragraphe, cachées derrière une virgule, ou fièrement exhibées devant un point d’exclamation ! (tiens le voilà justement)
Et bien, j’ai beau avoir été bon en dictée quand j’étais jeune potache, je ne sais si c’est l’âge qui me rattrape, ou la vue qui baisse, mais toujours est-il que ces foutues fautes parviennent toujours à avoir le dernier mot.

J’ai beau faire la chasse à coup de lecture et relecture, elle finissent toujours par se dissimuler, pour ressortir me narguer ostensiblement, dès publication du post.

Savez vous que nous faisons en réalité 2 journals journaux (zut c’est journaux et pas journal, j’ai failli faire encore une faute!)
Mme Chamadou, fidèle à la tradition écrite sur papier, couche quotidiennement, et de façon très détaillée, tout le déroulement de la journée. C’est la documentaliste de notre voyage. Dès que j’ai besoin de savoir, quand, combien, où, qui est le père d’untel, Mme Chamadou m’apporte aussitôt le renseignement!

Quand à moi, adepte sans conditions des nouvelles technologies, je rédige mon journal sur ordinateur, et suis responsable de la gestion des photos et des films. Dès que Mme Chamadou me demande un renseignement photographique, hop voilà c’est fait!

Nous sommes complémentaires, nous lisons bien évidemment ce qu’écris l’autre. Les sensations et le vécu du voyage ne diffèrent pas sur le fond, mais l’approche est différente.

Un exemple:
L’autre jour nous étions dans une salle d’un château, Mme Chamadou a photographié une ouverture ouvragée, très jolie au demeurant, et bien au même moment j’ai photographié la magnifique jambiya qui était ... juste en dessous! (c’est une arme blanche courte, style poignard, et porté à la ceinture, c’est Mme Chamadou qui m’a donné le nom...)

C’est la différence qu’il peut y avoir entre la sensibilité masculine et féminine.
La complémentarité c’est de regarder les deux photos pour avoir la totalité du tableau!

Demain nous accosterons à Charm El-Cheikh, on nous a prévenu que l’arrivée sera superbe et majestueuse, à ne rater sous aucun prétexte, alors nous nous lèverons à 5 heures et demi, nous voulons profiter au maximum!
Ne nous en voulez pas, mais il faut qu’on vous laisse, on va se reposer.

Chuuuuut ! ..... Rrrrrrrr......Bzzzzzz...... Rrrrrrrr..... Bzzzzzz......

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:20

Suite ...

Samedi 31 Mars 2012 - Jour 93 - 33 ème escale - Charm El-Cheikh - ÉGYPTE

L’arrivée à Charm El-Cheikh a tenue ses promesses. Heureusement car c’est finalement à 5 heures que nous nous sommes levés.
Les montagnes désertiques sont parées d’une couleur rougeâtre qui vient s’accorder au bleu de la mer rouge (vous me suivez?)
Charm El-Cheikh est une ville du sud du Sinaï située dans le golfe d’Aqaba c’est à dire que nous sommes toujours en Asie. La délimitation entre l’Afrique et l’Asie se situe dans le golfe de Suez, prolongé par le fameux canal du même nom. À l’ouest l’Afrique, à l’est l’Asie.
Charm El-Cheikh est surtout connue pour être une station balnéaire à la mode, un peu comme La Baule chez nous ...
Mais ce qui a retenu notre attention, c’est un site célèbre et prestigieux: le monastère de Sainte Catherine, construit au pied de la montagne du même nom.
Nous prenons un «risque» car l’ouverture de ce site est conditionné par le bon vouloir des popes qui régissent le monastère. Il est très fréquent que les cars repartent comme ils sont venus. Ils n’ont pas du tout le sens du tourisme, et on ne peut pas leur en vouloir, après tout ils ont peut-être raison.

3 heures de bus sont nécessaires pour parvenir au premier bastion de la chrétienté encore existant. Alors c’est dès 7 heures et quart ce matin que le bus démarre.
Le trajet nous offrira des vues à couper le souffle de formations rocheuses arides, de montagnes et d'étendues désertiques désolées et de quelques rares campements de bédouins.

Enfin, nous découvrons ce site magnifique accroché aux montagnes arides. Ce lieu inspire la paix et le recueillement.

Maintenant je vous propose quelques lignes d’histoire extraites de documents en notre possession, afin de mesurer l’importance de ce site:

Fondé par l'empereur Justinien et l'impératrice Théodora entre 527 et 535 apr. J.-C. sur les contreforts des monts Moïse et Megafa, le monastère fut un lieu de culte et d'enseignement pendant plus de 1.450 ans.
Née d'une noble famille d'Alexandrie en 294 apr. J.-C, Dorothée étudia la poésie, la musique, la peinture, la physique, la mathématique, l'astronomie et la philosophie dans une école païenne et, convertie au christianisme, elle fut baptisée Catherine.
Elle fut torturée et décapitée pour sa foi et sa croyance en Jésus par l'empereur Maxime le 25 novembre 305 à Alexandrie. Son corps disparut et, d'après la tradition, il aurait été transporté par les anges au sommet du plus haut mont du Sinaï, qui porte désormais son nom.

Trois siècles plus tard, quelques moines du monastère s'inspirèrent d'un rêve pour retrouver son corps, qu'ils descendirent de la montagne pour le déposer dans un sarcophage plaqué d'or se trouvant dans le chœur de la basilique.
Au VIIe siècle, le prophète Muhammad dicta un long document par lequel il accordait sa protection au monastère et l'exemptait de taxes. Une copie de ce document est accrochée dans la galerie des Icônes, près d'une lettre de protection de 1798, signée Napoléon.
Une mosquée construite en 1381 à l'intérieur de l'enceinte du monastère convainquit les troupes ottomanes qui avançaient sur le site que ce dernier était en partie musulman, ce qui le sauva de la destruction.

Depuis le 11ème siècle, le monastère de la Transfiguration est connu sous le nom de monastère de Sainte-Catherine. Sa bibliothèque, la deuxième après celle du Vatican, compte une collection de 5.000 livres et de plus de 3.000 manuscrits - dont la plupart en grec - qui comprend quelques-uns des exemplaires les plus importants et anciens du monde.
Tout au long de son histoire, le monastère a reçu des dons des papes, des princes chrétiens et, en particulier, des tsars russes qui se considéraient comme les successeurs naturels des empereurs byzantins.

Nous commençons notre visite à l’intérieur du monastère par le puits de Moïse où l’histoire dit que Moïse a rencontré les filles de Jéthro, dont l’aînée, Séphora, qui deviendra sa femme.

Puis nous entrons dans la basilique de la Transfiguration, avec sa porte d’entrée composée de 4 vantaux et datant du 7ème siècle.
Une précieuse et splendide collection d’icônes datant du 5ème au 7ème siècle est exposée.
Selon la tradition orthodoxe, l’autel se trouve derrière l’iconostase formée de 4 panneaux dorés et marquetés.

Derrière l’iconostase et au-dessus de l’autel se trouve la pièce la plus précieuse de la basilique: la grande mosaïque de la transfiguration datant du 6ème siècle.

Malheureusement les photos et caméras sont totalement prohibées dans ce lieu, et de nombreux gardiens veillent au respect de cette règle. Par conséquent vous ne pourrez voir aucune photo de l’intérieur des lieux que nous avons visité.

Nous nous dirigeons ensuite vers le buisson ardent, que Moïse avait vu en flamme, mais sans se consumer, toujours là, toujours vert, sans entretien particulier, ni eau. Une barrière située à environ 5 mètres devant a été dressée, car certains visiteurs peu scrupuleux, prenaient des morceaux pour replanter chez eux!

Le musée a été également un moment fort de notre visite. Nous y avons admiré de très belle icônes et une précieuse collection d’ouvrages datant pour les plus anciens des manuscrits sur papyrus du 5ème siècle.

Nous sommes ressortis de ce monastère, heureux d’avoir vu tant de trésors chargés d’histoire. Quelles que soient les convictions des uns ou des autres, il est impossible de rester insensible à ce lieu, comportant en son sein tant d’oeuvres aussi rares que précieuses.

Après avoir grimpé la colline jouxtant le monastère pour y faire une photo panoramique, nous regagnons notre bus.
La route est longue (mais qu’est ce que les paysages sont beaux) et nous appareillons à 16 heures, c’est pourquoi nous déjeunerons en route avec un copieux repas froid que le bateau nous a préparé.

16 heures les 3 coups prolongés de la corne de brume de Deliziosa retentissent dans la baie de Charm El-Cheikh, direction le canal de Suez, que nous commencerons à traverser à 5 heures du matin.

Il va encore falloir se lever tôt !

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:22


Le monastère de Sainte Catherine


4x4 local...



Beauté du désert

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:24

Suite ...


Dimanche 1er Avril 2012 - Jour 94 - canal de Suez - ÉGYPTE

Et oui, c’est encore un coup de 5 heures ce matin, et on appelle ça des vacances?
Mais le spectacle en valait la peine, et nous a fait oublier notre courte nuit.
Suez est encore tout illuminé, le canal se présente droit devant nous.

Le canal de Suez a été percé entre 1859 et 1869. Il est long de 162 kms, a une largeur moyenne de 146 mètres et une profondeur qui varie de 15 à 24 mètres. Il relie la Mer Rouge à la Méditerranée, de Suez à Port Saïd.
Il n’y a aucune écluse, les deux mers reliées ayant le même niveau.
Les navires transitent regroupés en convois d’environ 40 à 50 unités en file indienne. Il doit y avoir une parfaite organisation pour synchroniser les deux convois dans le but qu’ils se rencontrent aux lacs Amer, unique point où les convois en direction opposées peuvent se croiser.

Le premier pilote embarque à Suez, c’est au total 4 pilotes, embarqués au fil de l’avancement de Déliziosa, qui auront la responsabilité de la bonne marche du navire jusqu’à Port Saïd. Un remorqueur nous accompagne également, au cas où...

Le ressenti est totalement différent de Panama, on ne peut comparer les deux.
D’un côté les écluses et la luxuriance des paysages, de l’autre pas d’écluse et le désert comme décor.

Nous avons découvert un accès sur l’avant du pont 6 et peu connu des passagers. Nous nous y rendons et de là nous avons une situation idéale sur l’avant du navire. Nous sommes sous la passerelle située 2 ponts au-dessus.
Devant nous la Méditerranée, derrière la Mer Rouge, à gauche l’Afrique, à droite l’Asie.

La première chose que nous remarquons, c’est la quantité de militaires présents pour assurer la sécurité du canal. Il y a un soldat tous les 500 mètres de part et d’autre des 2 rives. Ils sont coiffés d’un casque rouge orangé particulièrement visible! Il y a aussi quelques dizaines de petites bases avec camions, mitrailleuses etc... Je peux me tromper, mais l’ensemble parait un peu «léger»

Ci et là quelques vestiges de la guerre des 6 jours, des dunes, beaucoup de dunes, et comme nous y avons été habitué, une tempête de sable démarre, ce qui soulève la poussière et diminue sensiblement la luminosité.

Quelques pêcheurs se hasardent à pêcher au milieu de tous ces cargos et tankers, je n’ai pas vu les têtes des poissons, mais on peut imaginer qu’ils peuvent être légèrement pollués...

Côté accueil, c’est peut-être un point qui pourrait rapprocher Suez de Panama: tout le monde siffle à notre passage, même les militaires. Ils nous lancent des «welcome» et des «we love you»

Déjà le pont qui enjambe le canal apparait, c’est signe que dans une heure environ nous serons de l’autre côté.

Et voilà, nous sommes en Méditerranée, notre périple est bientôt terminé, les jours qui restent vont défiler à toute vitesse!

Demain matin Escale à Alexandrie où nous arriverons à 8 heures.

Alexandrie, Alexandra, j’ai plus d’appétit qu’un barracuda, clo clo on pense à toi!

Ma qué yé té dit qué c'est plou facile qué Panama !

Lundi 2 Avril 2012 - Jour 95 - 34 ème escale - Alexandrie - ÉGYPTE

Nous accostons ce matin à 6 heures, après avoir avancé à vitesse très réduite toute la nuit. Normal quand on connait la faible distance entre Port Saïd et Alexandrie.
Alexandrie est la première et sera la seule escale effectuée en Afrique. Nous pouvons désormais dire que nous avons foulé le sol des 5 continents.

Située au nord-ouest du delta du Nil, Alexandrie est le plus grand port de la République arabe d'Égypte et l'un des plus grands centres touristiques d'été de la Méditerranée. Fondée par Alexandre le Grand en 332 av. J.-C., Alexandrie est la perle de la Méditerranée immortalisant le nom d'Alexandre. La ville s'est développée au-delà de toute espérance, pour devenir une métropole culturelle, intellectuelle et économique majeure, dont les traces sont encore bien visibles aujourd'hui. Elle devint la nouvelle capitale des Ptolémées et le cadre du drame poignant de Cléopâtre, Jules César, Marc Antoine et Octave.
Nous avions la possibilité, au cours de cette escale, de pousser jusqu’aux pyramides situées à 220 kms de là.
Mais nous étions curieux de découvrir Alexandrie, dans la mesure où nous sommes déjà allés voir les pyramides.
C’est vrai aussi que les 47 bus et les 7 heures de voyage aller retour nous ont peut-être influencé.

Nous ne regretterons pas notre choix, car nous avons vu beaucoup de choses pendant ces 10 heures d’excursion, avec pour le coup, très peu de temps de transport.

Nous sortons du port et nous sommes tout de suite immergés au travers des rues colorées.
Nous contemplons l’architecture magnifique, témoin du charme et de la nostalgie du siècle passé. Malheureusement l’état de délabrement de l’ensemble nous rend un peu triste.

Nous faisons un premier arrêt aux jardins de Montaza, lieu du palais d'été de l'ancien roi Farouk. Construit au milieu des palmiers, le palais est utilisé encore aujourd'hui par le gouvernement actuel, pour des cérémonies officielles.
À l'intérieur des jardins se trouve le grand hôtel Salamek, jadis villa royale, dont l'architecture est également impressionnante.
Nous longeons ensuite la corniche pour arriver à la bibliothèque d'Alexandrie, l'un des chefs-d'oeuvre architecturaux les plus particuliers du 21e siècle.
Nous avons été très impressionné par ce bâtiment cylindrique, dont le toit incliné fait référence au soleil sortant de l’eau pour donner la vie, directement dicté par l’histoire antique locale. Le mur cylindrique extérieur est gravé par les 120 écritures différentes connues à ce jour. Son toit offre un éclairage zénithal qui permet en tout lieu de cette immense bibliothèque de bénéficier d’une lumière naturelle. Il y a 5 millions de livres, dont 500 000 offerts par la bibliothèque nationale française, faisant ainsi d’Alexandrie la 4ème bibliothèque francophone au monde.
Nous admirons l'équipement informatique moderne mis à la disposition du public.
Au cours de notre visite nous avons vu beaucoup d’enfants accompagnés par leur professeur.
Une machine a tout particulièrement retenue notre attention: il s’agit d’une imprimante un peu spéciale.
Sur l’écran vous choisissez un ouvrage parmi les 5 millions que comporte la bibliothèque. Attendez 3 minutes, je dis bien 3 minutes, et le livre ressort relié avec couverture, illustrations en couleur ou noir et blanc, et le tout pour le prix d’un livre normal.
C’est une réponse aux futures librairies de demain, pour ceux qui se refusent encore aux livres numériques. Pas de stocks, ni de papier gâché inutilement par les invendus.
Il s’agit, paraît-il d’un prototype.

Nous poursuivons par l'amphithéâtre romain de Kom El Dekka, avec ses 12 terrasses de marbre en demi-cercle, il est unique en Égypte. Nous déambulons dans les allées pour admirer les statues issues des fouilles archéologiques et conservées dans un état remarquable.

À proximité se tient le Musée National qui recueille des photos et statues des opérations de récupération du Palais submergé de Cléopâtre. Nous trouvons plusieurs pièces archéologiques datant de l'Antiquité jusqu'au Nouveau Règne, en passant par l'époque Pharaonique, à celle Ptolémaïque, Romaine, Byzantine, jusqu'à l'Islam Moderne, avec la révolution de 1952. Ce musée est très bien fait et grâce aux indications fournies par la guide, la visite fut captivante.

Nous prenons ensuite le temps de nous détendre et de savourer un délicieux repas dans l'un des bons restaurants de la ville.

Après le déjeuner nous allons visiter les fantastiques et intrigantes catacombes de Shuqafa, un vaste complexe funéraire sur trois niveaux datant du 2e siècle après. J.-C.. Une des salle funéraire est magnifiquement ornée de colonnades et de statues.
Nous nous dirigeons vers le Fort Qait Bey, construit sur le site d'origine de Pharos, le phare d'Alexandrie qui comptait parmi les 7 merveilles du monde antique. Nous nous arrêtons brièvement pour prendre des photos.

Pendant les transferts en bus, nous avons loisir de voir la vie dans les rues.
Nous pourrons voir ainsi la statue équestre en bronze de Mohamed Ali, fondateur de l'Égypte moderne et qui orne le Mansheya square.
À quelques pas de là, se situe l'élégant monument en marbre du Soldat inconnu, flanqué de ses gardes d'honneur de part et d'autre. Enfin, la Mosquée d'Abu El Abbas, l'une des curiosités islamiques d'Alexandrie, qui est reconnaissable à ses hauts minarets et à ses quatre dômes.

La ville est parfois impressionnante de misère et de pauvreté.
Nous revenons d’Inde, autant nous avons pu mesurer les progrès effectués depuis notre dernier passage, qu’ici, nous avons la nette impression que c’est l’inverse qui se produit.
Tout est fait pour notre sécurité (du moins nous voulons bien le croire). On nous dépose au plus près des portes d’entrées des sites que nous visitons, la rue est sécurisée lorsque nous la traversons, etc., etc. Actuellement il est risqué de se déplacer seul dans ce pays. Ils sont nerveux, se soupçonnent entre eux, le climat n’est pas spécialement détendu.

Retour au bateau vers 18 heures, un peu las de ces visites au pas de course. Nous quittons le port vers 21 heures 30 direction Civitavecchia, le port situé près de Rome.

2 jours de mer nous seront nécessaires, ils sont les bienvenus !

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:27


Ma qué yé té dit qué c'est plou facile qué Panama !


Musulmans et Chrétiens côte à côte


Bienvenue en Egypte...

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:30

Suite ...

Mardi 3 Avril 2012 - Jour 96 - En mer

C’était très calme ce matin au petit-déjeuner. Les excursions de 13 heures, et arrivées tard la veille ont eu raison des passagers lève-tôt (dont nous faisons parti)

À 10 heures nous allons écouter pour la dernière fois Frédéric Mathieu qui nous parle de Civitavecchia, Rome, Le Vatican etc...
Il y a tant de choses à voir, qu’il faudra faire des choix. Nous y sommes allés, il y a environ 3 ans, aussi nous nous débrouillerons seuls, en essayant de découvrir des endroits qui nous sont inconnus.

Avant le déjeuner nous avons pris notre dernier apéro-cabine. Je dis dernier car nous avons fini la bouteille!

L’après-midi est consacré à l’enregistrement des photos, des films et à la rédaction de nos notes des 2 derniers jours.

Nous venons de recevoir de la part du Commandant, notre invitation au «Dîner de gala de l’au revoir», tout est dans le titre !
Il sera précédé du «Cocktail de gala de l’au revoir» Ça sent la fin.

Les discussions entre nous tournent autour du remplissage des valises et de l’organisation pour descendre à Savone.
C’est vrai qu’en plus de 3 mois, nous nous sommes installés dans nos cabines, presque comme chez nous. Il va falloir du temps pour tout remettre en ordre dans les valises.

Bon, il reste encore ... allez je ne compte pas, on verra bien

Mercredi 4 Avril 2012 - Jour 97 - En mer

Voilà, c’est notre dernière journée en mer.

La température s’est rafraichie, la piscine située au pont arrière est désertée par ses baigneurs, la météo annonce de la pluie à Rome. Nous qui venons de l’été, il va falloir s’habituer au printemps. Comme quoi tout est relatif !
Ambiance tristounette donc, en cette fin de croisière. Mais nous sommes si heureux de retrouver les nôtres, que cela motive notre moral qui est au beau fixe lui, sans pluie, ni froid, ni brouillard.

Même la réunion à Fredo de ce matin invite à la morosité. je vous en livre le titre:

«Réunion d’informations sur les procédures de débarquement définitif (ce mot là, il fait très mal) au port de Savone.
Étiquettes, bagages, transferts, moyens de paiements, etc...»

Plus aucun doute, la boucle est bouclée. Il nous a été officiellement remis notre document signé par le commandant Serra attestant de notre tour du monde, avec les différents cachets que nous avons fait apposer au fur et à mesure des différents points marquants: Le départ, le tropique du Cancer, le tropique du Capricorne, l’Équateur, et les mers.

Je souhaite maintenant vous communiquer quelques statistiques qui concerne notre tour du monde sur Deliziosa.•99 Jours (on nous a subtilisé le 9 février, vous vous rappelez?),
•37 Ports d’escale compris Marseille (le départ) et Savone (l’arrivée),
•21 États indépendants de visité, plus
•4 Dépendances et territoires à souveraineté spéciale,
•30 560 Milles nautiques soit 56 597 kilomètres,
•1518 Bus ont assuré la totalité des excursions, plus
•422 4x4 tous terrains,
•263 Bateaux,
•62 Hélicoptères,
•5 Vols d’avion.
Quant à nous voici ce qui nous a été donné de vivre:•2 Canaux (Panama et Suez, )
•5 Continents (Europe, Amérique, Océanie, Asie, Afrique),
•4 Océans (Atlantique, Pacifique, Indien, Austral,
•10 Mers,
•8 Détroits,
•6 Golfes,
•L’Équateur, le tropique du Cancer, le Tropique du Capricorne, le Méridien de Greenwich, la ligne de changement de date,
•Le plus petit état du monde: le Vatican,
•La plus petite capitale du monde: Mascate,
•La capitale située la plus au sud du monde: Wellington,
•La ville de plus de 50 000 habitants la plus à l’Est du monde: Suva aux iles Fidji,
•La ville de plus de 50 000 habitants la plus à l’Ouest au monde: Honolulu,
•Le foyer de population le plus éloigné au monde: Hawaï.
Il est 14 heures 30, nous franchissons, l’ultime détroit de notre tour du monde: le détroit de Messine. Depuis notre balcon nous admirons les côtes siciliennes visibles depuis bâbord, les côtes italiennes se trouvant sur tribord. Le passage est très étroit et le paysage montagneux. Bonjour vieille Europe, on t’aime bien, t’en fais pas, nous sommes de retour.

Enfin, avant le repas, tous les amis de notre forum se sont réunis autour du verre de l’amitié à la discothèque Sherazade, que nous avions privatisé pour l’occasion. Cela a été un plaisir quotidien de nous rencontrer, au hasard d’un repas, d’une excursion ou d’un pot.

Maintenant cela ne rigole plus nous sommes à J-2 !

Le "diplôme"



_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
John
Admin
Admin
avatar

Masculin Vierge Messages : 4607
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 69
Localisation : Bourgogne (Yonne)

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 16:35

Le mot de la fin pour Chamadou ...

Bonjour à tous,

Et un grand merci pour vos compliments, je ne pensais pas susciter de votre part tant d'enthousiasme.

Je vais sans doute vous décevoir (aïe aïe aïe ma carrière chez Costa est compromise) mais je n'ai rien noté pour les 2 derniers jours.
Pourquoi?
Et bien tout simplement parce que ma condition physique était à bout.
En effet, vous vous rappelez peut-être que j'ai fais une mauvaise chute le 6 janvier sur le pont n°3.

La flexion au niveau du genou a été très forte, ensuite il s'est mis à enfler et me faire mal lorsque je marchais.
À cette époque, j'avais 2 solutions: rentrer en France ou continuer quand même notre tour du monde, mais à vitesse lente et en boitant.
C'est cette deuxième solution que j'ai retenu.
Cela a souvent été très difficile pour faire certaines excursions, mais j'ai réussi quand même et c'est l'essentiel.
Mme Chamadou a été une bonne petite infirmière, s'est très bien occupée de moi en me mettant de la glace plusieurs fois par jour sur le genou, je prenais aussi des anti-inflammatoires.

En rentrant, je suis allé voir un médecin spécialiste: il m'a ordonné de cesser immédiatement de marcher. Aujourd'hui je me déplace en fauteuil roulant, mais étant d'un naturel optimiste, je garde le moral.
Il est possible que je subisse une intervention chirurgicale, mais nous devons attendre le diagnostic dans quelques semaines.

Nous sommes venus plusieurs jours à Rome il y a quelque temps, et nous devons y retourner lors de notre prochaine croisière en novembre.
Dans ces conditions, nous avons préféré, faire les valises, et profiter du bateau au calme pendant toute cette journée.

Vous voyez, qu'il n'y a rien de passionnant à cette avant dernière journée.
D'un naturel optimiste, je n'est pas voulu me lamenter et parler de ma situation personnelle.
Il était plus important à mes yeux de vous faire voyager, tel que nous l'avons fait, avec notre ressenti et notre enthousiasme.

Si c'était à refaire, nous le referions 2 fois plutôt qu'une.
D'ailleurs, nous projetons de repartir sur un autre tour du monde que Costa prépare en ce moment à l'horizon 2014 avec un circuit très différent.

Bien sûr, rien n'est parfait, mais quand les bons côtés l'emportent sur les mauvais, alors il faut savoir les apprécier aussi.

L'arrivée à Savone a été quelque peu mouvementée, car le nombre de bagages exceptionnel a perturbé l'organisation habituelle.

Un exemple: nous étions 17 dans notre bus pour 97 valises.
Si bien que les bus ont manqué, que certains se sont énervés etc. etc.

Mais après 99 jours de vacances, cela ne me semble pas si dramatique de perdre 1 heure ou 2.

Je suis à votre disposition pour vous donner tous les renseignements que vous souhaitez, voire mon avis, qui sera personnel bien sûr, mais toujours direct, et avec franchise.

Bien à vous tous et encore merci pour vos remarques.



Un grand Merci à vous Monsieur Chamadou,

Ami John

_________________
Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ggplus.blogy.fr/
Caro
Animateur
Animateur
avatar

Féminin Bélier Messages : 1493
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 42
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Lun 13 Oct 2014 - 22:22

Merci pour ce magnifique compte rendu Chamadou. Merci aussi à Madame Chamadou de vous avoir soigné pour vous permettre de nous rapporter d'aussi beaux souvenirs. J'espère que vous allez vous rétablir rapidement Clindoeuil





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paul
Animateur
Animateur
avatar

Masculin Vierge Messages : 2789
Date d'inscription : 24/03/2011
Age : 49
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   Mar 14 Oct 2014 - 8:09

Quelle aventure John Super

Merci à Chamadou de nous l'avoir fait vivre par sa plume Bravo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Tour du Monde 2012 du Costa Deliziosa par Chamadou
» Tour du monde 2016 sur le "Costa Luminosa" !
» tour du monde septembre 2016
» Fourgon prêt pour...Un tour du monde !...
» Un tour du monde, combien ça coûte ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Récits de Voyages aux quatre coins du monde  :: Les récits de nos voyages :: Vos récits de voyages-
Sauter vers: